Non, le standard de recharge CHAdeMO pour véhicules électriques et hybrides rechargeables n’est pas mort et enterré. Dans sa version 3.0, développée en partenariat avec le Conseil chinois de l’électricité, il s’ouvre au protocole GB/T et à une éventuelle rétrocompatibilité avec le CCS.

Premier fruit de la collaboration avec la Chine, un connecteur ultra-haute puissance identique pour les standards CHAdeMO et GB/T développé sous le nom «  ChaoJi ». La version 3.0 du protocole japonais qui vient d’être présenté est capable de supporter des recharges à des puissances au-delà de 500 kW, pour une intensité maximale de 600 A.

Fonctionnant avec le même connecteur, le nouveau protocole chinois sera présenté vraisemblablement dans le courant 2021. Ce délai sera exploité par les acteurs japonais de la recharge ultrarapide pour produire un cahier des charges à respecter par les constructeurs de véhicules électriques. Les utilitaires et poids lourds devraient être les premiers engins ChaoJi à sortir des chaînes dès l’année prochaine, suivis par de nouvelles voitures particulières.



Grâce à un système de refroidissement liquide et à la suppression du verrouillage mécanique côté véhicule, les prises se présentent sous une forme plus compacte et avec un câblage plus fin par rapport au matériel actuel.

Lancé en tant que projet bilatéral Japon-Chine, ChaoJi s’est ouvert à une collaboration plus large qui embarque désormais des acteurs stratégiques européens, américains et océaniens de la mobilité électrique, et sans doute très prochainement ceux de Corée du Sud, d’Inde et des pays d’Asie du Sud-Est.

L’association qui développe le protocole CHAdeMO assure que la version 3.0 offrira une rétrocompatibilité avec les normes de charge rapide DC existantes, citant également CCS en éventualité. Adaptateurs et chargeurs multistandards en seront les clés.