Selon les chiffres communiqués par le CCFA, plus de 4.000 voitures électriques ont été immatriculés en France durant le mois de mars. Un record historique qui vient compenser un début d’année assez décevant !

Mars, et ça repart ! Après un gros coup de barre durant les mois de janvier et février, la voiture électrique repart de plus belle. Selon les chiffres communiqués par le CCFA – le Comité des Constructeurs Français d’Automobiles – 4247 voitures électriques particulières ont été immatriculées sur l’ensemble du mois de mars. Un record historique qui permettrait à l’électrique de s’accaparer 1.75 % du marché des voitures particulières sur le mois écoulé.

S’il faudra encore attendre quelques jours pour connaitre les immatriculations des différents modèles, deux tendances se profilent. La première, c’est la remontée de la Renault Zoé. Après des résultats plutôt médiocres en janvier et février, la citadine repasse au-dessus du seuil des 2.000 immatriculations avec 2350 exemplaires écoulés. La seconde, c’est la montée en puissance de la nouvelle Nissan Leaf dont les livraisons ont débuté à la mi-février dans l’hexagone. Mars est ainsi le premier mois « plein » pour les livraisons de la nouvelle berline nippone et il n’est pas déraisonnable de tabler sur 600 à 900 exemplaires écoulés voire davantage.

Au final, les bons résultats du mois de mars permettent à l’électrique de compenser les mauvais chiffres des deux premiers mois de l’année. Avec 7305 immatriculations contre 7402 au premier trimestre 2017, la voiture électrique affiche une légère baisse avec une part de marché de 1.31 % sur les trois premiers mois de l’année, soit 0.06 point de moins qu’en 2017.

Le diesel en net recul

Si certains constructeurs continuent à vanter les atouts des diesel « modernes », le gazole n’a résolument plus la côte auprès des français.

Démoli par l’affaire du dieselgate et par une fiscalité de moins en moins avantageuse, le diesel n’a représenté que 40.6 % de parts de marché au cours du premier trimestre 2018. Un recul de près de 7 points par rapport au premier trimestre 2017 où il représentait 47.40 % des immatriculations françaises sur le segment des voitures particulières.

L’essence et l’hybride en hausse

Progressant de plus de 6 points par rapport à 2017, l’essence profite largement de la chute du diesel. Avec 297.414 immatriculations au cours du premier trimestre, elle s’accapare 53.41 % du marché.

Autre gagnant : l’hybride dont les immatriculations passent à 25.391 exemplaires. Avec 5.08 % de parts de marché, le segment fait 0.6 points de mieux qu’au premier trimestre 2017 (21.292). Une progression en partie portée par l’essor des hybrides rechargeables dont les immatriculations sont passées de 1943 à 3586 exemplaires en un an, soit une progression de 84 %.

Marché automobile Français – Immatriculations par type d’énergie – Janvier Mars 2018

 

T1 2017T1 2018
UnitéstauxUnitéstaux
Essence25563847.25%29741453.41%
Diesel25644547.40%22603140.39%
Hybride + hybrides rechargeable212923.94%253914.56%
Hybride rechargeable19430.36%35860.64%
Electrique74021.37%73051.31%

 

Voitures électriques : record en mars avec plus de 4000 immatriculations en France
4.9 (98%) 10 votes