Tesla limite l’accès aux supechargeurs pour les taxis et VTC
5 (100%) 1 vote

Afin d’éviter les situations abusives sur son réseau, Tesla vient d’annoncer la mise en place d’une nouvelle « Supercharger Fair Use Policy » interdisant l’accès aux superchargeurs aux taxis, VTC et à toute entité utilisant les véhicules de la marque à des fins commerciales. Une nouvelle règle qui s’applique à tout nouveau véhicule acheté neuf ou d’occasion à compter du 15 décembre.

Pour le constructeur californien, il s’agit de recentrer l’utilisation de son réseau sur son objectif initial : celui de permettre aux utilisateurs « privés » de pouvoir facilement parcourir de longues distances avec les modèles de la marque et fournir une solution de chargement à ceux qui ne peuvent pas recharger leur véhicule chez eux ou sur leur lieu de travail. Un cadre dans lequel n’entrent pas des véhicules à vocation commerciale et dont l’usage est particulièrement intensif.

« Lorsque les Superchargers ne sont pas utilisés conformément à l’usage auquel ils sont destinés, cela a un impact négatif sur la disponibilité des bornes de recharge Supercharger pour les autres utilisateurs » justifie le constructeur sur son site internet. Pour Tesla, il s’agit donc davantage d’une question de disponibilité de ses stations vis-à-vis de ses clients privés que de coûts liés à la recharge offerte aux professionnels.

Taxis, VTC, sociétés de livraison ou de transport de marchandises, administrations etc… cette « Supercharger Fair Use Policy » touche globalement toute entité qui utilise un véhicule de la marque à des fins commerciales. Une nouvelle règle qui ne semble pas toucher les véhicules déjà intégrés dans des flottes mais qui s’appliquera à tous les nouveaux véhicules Tesla achetés neuf ou d’occasion à compter de ce vendredi 15 décembre 2017.

Pour le constructeur, il s’agit de faire cesser les abus d’entreprises dotées de grosses flottes véhicules de la marque et monopolisant régulièrement la recharge sur certaines stations au grand dam des usagers privés.

Au cas par cas, une tolérance pourrait toutefois être appliquée. « Tesla peut choisir d’exclure certaines bornes de recharge Supercharger du champ d’application de cette Fair Use Policy, notamment afin de prendre en compte certaines particularités locales » note le site internet du constructeur. En pratique, il y aura donc matière pour les pros à discuter avec le constructeur sur l’accès du réseau mais sans doute avec une flotte et une utilisation raisonnables.

Gare aux sanctions !

« Si vous rechargez votre véhicule d’une manière qui n’est pas conforme à la présente Supercharger Fair Use Policy, nous pouvons vous demander de modifier votre comportement » avertit Tesla qui n’hésitera pas à prendre des mesures plus sévères si ses messages ne sont pas entendus.

Le constructeur prévient ainsi qu’il pourra limiter voire bloquer l’accès aux superchargeurs à ceux qui ne respectent pas les règles. Chaque voiture ayant son propre historique dans la base de données du constructeur, il ne sera sans doute pas très difficile d’identifier les comportements anormaux.

Des alternatives pour les pros

S’il pourra être amené à avoir une certaine tolérance selon les cas de figure, le constructeur souhaite avant tout encourager la recharge à domicile ou sur site. Il invite les professionnels à prendre contact avec l’une des succursales de la marque pour connaitre les différentes solutions proposées.

Pour certains opérateurs et en fonction des besoins le constructeur peut aller jusqu’à déployer des superchargeurs dédiés à l’entreprise. Cela a notamment été le cas pour les taxis de Montréal.

Un ensemble de mesures

Pour le constructeur, cette « Supercharger Fair Use Policy » s’inscrit dans une large série de mesures visant à mieux réguler l’accès à ses superchargeurs.

Jadis gratuit, l’accès aux superchargeurs est d’ores et déjà devenu payant au-delà de 400 kWh/an. Plus récemment, le constructeur a également lancé des « frais d’inactivité » censés pénaliser les propriétaires qui laisseraient leur voiture branchée sur un superchargeur une fois la charge terminée. Une façon de favoriser le « turn-over » sur ses installations.

Des règles strictes mais nécessaires pour éviter les abus alors même que la Tesla Model 3 devrait apporter un lot conséquent d’utilisateurs nouveaux sur le réseau.