Bonus écologique & quadricycles électriques : la grande injustice
Notez cet article

quadricycle-4H-explora

L’Etat français met les moyens pour aider l’adoption des voitures électriques avec un bonus à l’achat pouvant atteindre 10 000 €. Pourtant, il est en train de tuer les fabricants de quadricycles électriques dont les vertus sont pourtant bien réelles.

Avons-nous besoin de voitures qui pèsent plus d’une tonne pour nous déplacer ? La réponse est non dans bien des cas. Le quadricycle électrique est une solution économe et plus écologique qu’une voiture électrique, pourtant c’est le grand oublié des politiques publiques en faveur des véhicules électriques (avec les motos électriques).

Les voitures électriques de catégorie M1 (Renault ZOE, Nissan LEAF, etc) bénéficient d’un bonus écologique de 6 300 € qui peut être augmenté de 3 700 € pour la mise à la casse d’un véhicule diesel de plus de 14 ans. Ce bonus pouvant aller jusqu’à 10 000 € est une bonne chose pour l’adoption des véhicules électriques et on ne peut que s’en réjouir.

Pourtant, les quadricycles électriques (véhicules de catégorie L6 et L7) sont privés de tout bonus.

Une situation assez incompréhensible puisque lors du Grenelle de l’Environnement, il avait été demandé aux constructeurs automobiles d’avancer sur des véhicules légers avec une empreinte au sol réduite. Un cahier des charges qui colle parfaitement aux quadricycles électriques.

renault-twizy-mulhouse

De nombreux « petits » constructeurs ont alors vu le jour pour se lancer sur ce marché : Lumeneo, Eon Motors, Estrima, Veleance, Volteis, Noun Electric, etc. Même Renault a joué le jeu avec le Twizy.

Aujourd’hui, force est de constater que bon nombre de ces « petits » constructeurs sont en difficulté ou ont du mal à percer, quand ils n’ont pas tout simplement disparu. Il faut dire que quand une ZOE subventionnée à 10 000 € par le gouvernement s’affiche moins chère qu’un quadricycle électrique, c’est difficile de lutter…

Alors pourquoi est-ce qu’il n’y a aucun bonus écologique pour ces véhicules qui peuvent, dans certains cas, remplacer avantageusement une voiture plus lourde et plus consommatrice d’énergie ?

Les constructeurs de quadricycles électriques ont interrogé le gouvernement à ce sujet et ils ont été reçus au Ministère de l’Economie par le cabinet d’Emmanuel Macron. L’une des raisons avancée est que pour qu’il y ait un bonus, il faut un malus de l’autre côté… Et c’est l’un des points bloquants.

En effet, d’après les discussions que j’ai pu avoir avec des constructeurs de quadricycles électriques, il semble qu’ils se heurtent à un fort lobbying de la part des constructeurs de voitures sans permis (Aixam, Ligier, Mega, etc…) qui ne souhaitent absolument pas voir mis en place un malus sur leurs véhicules thermiques… (qui ne sont d’ailleurs pas soumis aux normes antipollution Euro 5-6).

nosmoke-minimoke

Alors que la France s’apprête à organiser la conférence sur le climat COP21, il est regrettable que les pouvoirs publics ne soient pas plus enclins à favoriser l’émergence d’une véritable offre en matière de véhicules légers électriques. Mme Royal, Mr Macron, il serait temps de réagir ! Quitte à bousculer un peu l’ordre établi…

Note : la pétition lancée pour l’obtention d’un bonus pour TOUS les véhicules électriques, pas seulement pour les voitures, a déjà été signée par plus de 900 personnes : http://bonusve.wesign.it/fr