Comment rallonger l’autonomie d’une voiture électrique ?

Nissan LEAF

Tout le monde le sait, les voitures électriques ont une autonomie limitée, et chaque kilomètre gagné est bon à prendre. Voici quelques « astuces » qui permettent d’augmenter l’autonomie de ces véhicules.

Adapter sa conduite

Vous avez certainement entendu parler de l’éco-conduite, ce style de conduite qui permet d’économiser du carburant sur les voitures thermiques. Sur une voiture électrique, l’éco-conduite produit encore plus de résultats ! Ainsi, démarrer doucement, anticiper les freinages au plus tôt, profiter des pentes ou des faux plats pour récupérer de l’électricité sont autant de comportements qui vous permettront d’améliorer sensiblement votre autonomie.

Utiliser intelligemment les éléments de confort

La climatisation et le chauffage entament de 10 à 15% l’autonomie d’une voiture électrique lorsqu’ils sont utilisés. Les gérer correctement revient donc à augmenter votre autonomie. Il y a quelques gestes simples pour cela :

  • Ne les utiliser que lorsque c’est réellement nécessaire : ça tombe sous le sens.
  • Lancer la climatisation ou le chauffage lorsque votre voiture est encore branchée sur le secteur, quelques minutes avant de prendre la voiture, pour utiliser le courant du secteur afin de tempérer l’habitacle. Les véhicules de dernière génération permettent de faire cela depuis votre ordinateur ou votre smartphone, ce qui s’avère plutôt pratique.
  • Utiliser les sièges chauffants et le volant chauffant plutôt que de chauffer tout l’habitacle. Cela consomme à priori moins de courant, et c’est tout aussi efficace quand il ne fait pas des températures sous le 0 à l’extérieur.

Il me semble que la radio ou l’éclairage impactent faiblement l’autonomie, donc pas de consigne particulière à ce niveau là.

Adapter sa vitesse

Ce point rejoint un peu l’éco-conduite, mais cela va plus loin. D’après mon expérience, la vitesse est le paramètre qui impacte le plus significativement l’autonomie d’une voiture électrique. J’espère pouvoir un jour quantifier cela plus précisément, mais entre un trajet à 70 km / h et un trajet à 90 km /h, la différence en terme de kilométrage que vous pouvez parcourir est significative.

Aussi, dans des situations extrêmes (que j’ai recherché volontairement) où mon autonomie risquait de ne pas suffire pour mon trajet, j’ai simplement opté pour un trajet différent mais sur lequel je pouvais rouler moins vite. Ainsi, en évitant l’autoroute ou en réduisant ma vitesse de 10 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée, j’ai pu arriver à bon port, tout en sachant que l’ordinateur de bord m’indiquait que je ne pouvais pas faire ce trajet sans risquer la panne de batteries.

L’autoroute est un gouffre pour l’autonomie, il peut donc être utile de sélectionner un itinéraire qui passe par des nationales, quitte à mettre un peu plus de temps. Le limitateur de vitesse est aussi un accessoire important pour pouvoir garder une vitesse constante avec le véhicule, ce qui permet de moins consommer.

Utiliser le mode eco

La plupart des nouvelles voitures sont équipée d’un mode « éco », qui adoucit les accélérations et limite la puissance de la voiture (sauf en cas de danger). Ce mode reproduit certaines caractéristiques de l’éco-conduite et permet de gagner une dizaine de % d’autonomie en plus. Non négligeable !

Soigner son aérodynamique

Cela concernera peu de monde, mais les galeries de toit ou les porte-vélo sont à proscrire car ils impactent l’aérodynamisme de la voiture, donc sa prise au vent et sa consommation. Rouler les fenêtres ouvertes impacte aussi ce paramètre, mais quant à savoir si il vaut mieux rouler les fenêtre ouvertes à la place d’utiliser la climatisation, là je n’ai pas de réponse, ça dépend de beaucoup de facteurs !

Pour améliorer leur aérodynamique, certains iront jusqu’à profiter de l’aspiration d’un poids lourd pour consommer moins. Pour ma part, je n’irai pas jusqu’à vous donner ce conseil, mais c’est possible.

Limiter le poids du chargement

Je ne sais pas quantifier l’impact exact du poids chargé à bord du véhicule sur l’autonomie, mais il est certain que moins la voiture est lourde, moins elle va consommer de batterie. Pensez donc à vider votre coffre de tous les éléments qui ne sont pas nécessaires ! Un attelage, comme une remorque ou une caravane (sic!) impactera très certainement votre autonomie…

Avec ces petits gestes, qui relèvent souvent du bon sens, vous pouvez exploiter au maximum les capacités de votre voiture électrique, en augmentant votre autonomie mais aussi en diminuant votre facture d’électricité. Ce qui est certain, c’est que cela implique un certain nombre de changements dans les comportements, que tout le monde ne sera peut-être pas prêt à accepter…

Et vous, quels sont vos « trucs » pour améliorer l’autonomie de votre voiture ?

Billet rédigé par
fr.chargemap.com
15 commentaires pour ce billet
  1. Jeremy_Cannes écrivait le 23/11/2011

    Salut,
    Donc as tu une idée du kilométrage Max que tu puisses faire avec une recharge en appliquant tous tes conseils pour une conduite urbaine (pas de clim, mode eco, eco conduite…) ça passe les 200km comme le disent certains tu penses?
    Pour ma part je vais déjà super attention avec ma 207 diesel avec 4.7l/100

    Répondre
    • Yoann NUSSBAUMER, l'auteur du billet, écrivait le 23/11/2011

      Je pense qu’on peut arriver à faire 200km. Je ferai le test quand il fera un peu plus chaud, car en ce moment j’ai quand même besoin du chauffage :-)

      Répondre
      • Jeremy_Cannes écrivait le 23/11/2011

        C l avantage d être à Cannes… Pour le moment pas trop besoin de chauffer les voitures :-)
        @fred1972. On peut aussi pédaler dans les descentes et aux feux rouges ;-)

        Répondre
  2. fred1972 écrivait le 23/11/2011

    on peut aussi rester brancher sur le secteur

    avec une grande rallonge

    Répondre
  3. martin écrivait le 24/11/2011

    Yoann,

    Toutes ces astuces, je dirais même parfois « contraintes », ne nuisent-elles pas à l’expérience de conduite ?

    Malgré le confort et le silence électrique, tu ne te dis jamais en revenant dans une thermique que la liberté est plus grande, que c’est quand même moins prise de tête ?

    Je ne pense pas à l’eco-conduite valable pour tous mais plus au reste: éviter les autoroutes, rouler doucement, faire gaffe à son chargement, chauffage/clim, mode eco-tortue…

    Répondre
    • Yoann NUSSBAUMER, l'auteur du billet, écrivait le 24/11/2011

      Ces astuces sont données pour ceux qui viennent de s’acheter une voiture et qui à un moment donné voudront optimiser leur autonomie.

      Il faut quand même comprendre qu’il n’y a aucune raison de se limiter comme ça dans 95% des trajets. Je roule comme je veux, sans me préoccuper du chauffage, de la clim ou même de ma vitesse (enfin si, comme tout conducteur responsable), car mes 40km quotidiens ne me font pas craindre la panne sèche.

      La seule contrainte vient des trajets sur de la longue distance, mais ça je le savais en achetant la voiture, et je me suis assuré d’avoir d’autres options dans ces cas là.

      Répondre
    • popol écrivait le 24/11/2011

      Il faut juste acheter une voiture en fonction de ses besoins.

      Un possesseur de VE, qui a vérifié avant l’achat que ça correspondait bien à 99% de ses trajets roulera comme tout le monde 99% du temps.

      Répondre
  4. Marc écrivait le 24/11/2011

    Pour mon trajet quotidien de 80 kms, avec une charge à 80%, je suis amené à modérer ma conduite par rapport à mes habitudes « thermiques ». Mais on s’y fait. Et en fin de compte, me limiter à 100 km/H sur les 30 kms d’autoroute rapide du trajet par rapport aux 130 km/h , ça représente 4 minutes sur 1h30 de déplacement quotidien…

    Le mode éco, comme le dit Yoann a comme avantage d’adoucir les accélérations, et aussi de brider la conso du chauffage.

    Anticiper les freinages, ça se perfectionne à l’usage. Il faut avoir à l’esprit que le freinage régénératif c’est bien, mais qu’on ne récupère au max. qu’un tiers de l’énergie qu’on a consommé pour amener le véhicule à une vitesse donnée. De plus, certains estiment qu’il y a un temps de latence pour passer du mode consommation au mode régénération. Bien anticiper, c’est lever le pied suffisamment tôt pour pouvoir rouler un moment en « roue libre » (zéro consommation) avant de laisser agir la régénération – si les conditions de circulation le permettent, évidemment !

    Répondre
  5. gregoire2 écrivait le 26/11/2011

    passer à l’électrique tient de la vocation. Un mois de leaf et quelques surprises pourtant annoncées :
    – le trajet quotidien de 80 km « consomme » 140 km
    en cause :
    – autoroute et 110 kmh car le temps est compté, donc pas possible de rouler moins vite sauf si je suis en avance ce qui est rare. Respect de la limitation mais la charge de la batterie elle fond comme neige au soleil
    – clim car il fait froid
    – siège chauffant insuffisant, il faut la clim à fond pour ne pas avoir froid
    donc impossible de recharger à 80%, je dois charger chaque nuit à 100% pour être sur d’avoir l’autonomie nécessaire

    c’est le seul point noir avec son prix d’achat (une diesel aurait coûté 12 000 euros de moins) . Le reste est impeccable : silence, confort, qualité de la conduite électrique.

    Répondre
  6. morand écrivait le 20/06/2012

    Professionnel de l’automobile mon expérience a commencé avec cinq jours de location d’une c zéro à Marseille et je suis conquis ! Sur de petits trajets quelle pêche et en rechargeant « essence gratuite » tous les soirs. Longs trajets pour le premier 130 km sans soucis et charge partielle et gratuite sur le parking de Bandol. De retour sur Arras essai Twizy et Peugeot Ion. Peu utilisé ce dernier a du s’améliorer en recharge et j’ai pu rouler 157 kilomètres avant de rebrancher et le rendre quelques astuces peuvent augmenter l’autonomie !! mais pour tous les jours pas de soucis on ne vide pas « le réservoir » souvent a fond et les pleins partiels sont touts les jours gratuits ! Maintenant je vais acheter un Twizy et réserver Zoé pour la rentrée alors oui pour la ville et les petits trajets aucun souci !!

    Répondre
  7. EV1FAN écrivait le 18/02/2013

    Bonjour à tous,
    Un thème non abordé ici, afin d’améliorer l’autonomie de vos véhicules électriques ou non, il faut penser à toutes les pertes possibles et essayer de les réduires;

    Pertes Aérodynamiques, (les plus importantes), modifications possibles et aisées par exemple; jantes pleines/enjoliveurs disques, lustrage de la carrosserie.

    Pertes roulement; elle sont liés au frottements des pneus sur la route et de la masse du véhicule.Quelques pistes; alléger l’habitacle (suppression des sur moquette par exemple), changer les jantes d’origines par des jantes plus légères, diminuer la largeur des pneumatiques, opter pour des gommes « saver », optimiser le réglage des trains roulant.

    Petite remarque concernant la récupération d’énergie en décélération et au freinage, il est possible sur certains véhicules d’améliorer son autonomie en jouant avec la position du sélecteur eco/neutre/drive/Park, en effet dans certaines conditions il est préférable de laisser le véhicule au point mort,le rendement de la chaîne de traction électrique intervient aussi dans cette phase dite de « récupération ». C’est à dire qu’une partie de l’énergie cinétique n’est pas transformée en énergie électrique mais en énergie calorifique. A vos sélecteurs messieurs…

    Répondre
    • jumper écrivait le 18/02/2013

      lustrage, jante pleine, changer les roues d’origine (il me semble pourtant qu’elles sont déjà en alliage plus léger que de la ferraille non ?) => faibles économies et certaines de ces dépenses sont fort onéreuses

      autre idée : remplacer les lumières allumées en permanence par des led mois consommatrices. Mais là aussi chère dépense pour une économie minuscule

      En revanche, effectivement, passer de Eco à D sur une leaf dans des descentes se révèle intéressant dans le ac où il y a ensuite une montée ou un plat. On accumule l’énergie cinétique plutôt que de la transformer en électricité avec 60 à 70% de perte et cette énergie cinétique permet de rouler sur l’élan avec 0 ou une moindre consommation électrique. Coût : 0, juste une habitude de conduite à mettre en place.

      Répondre
  8. tnato écrivait le 18/07/2013

    Après qq jours d’expérimentation de la fluence, je trouve également que la vitesse est l’élément le plus déterminant; pour conserver une autonomie correcte (>100km), il faut prévoir une vitesse moyenne de 10 à 30km inférieure – 100 km sur autoroute, 70km sur nationale, 40km en ville – à ce qu’on ferait avec un véhicule thermique.

    J’ai même un peu joué avec le feu pour rejoindre ma destination de vacances en montagne lorsque j’ai du réduire drastiquement ma vitesse sur les 30 derniers km (30km en montée) pour arriver à bon port de nuit (après plus de 120 km parcourus en montée avec une fluence très lourde et tous les bagages)… Mais quel très beau souvenir avec les animaux qui nous entendaient pas.

    Répondre
  9. Punkie8 écrivait le 08/08/2013

    Après 9 000 kms au compteur je me permet de lever le doute concernant, je cite:

    « Rouler les fenêtres ouvertes impacte aussi ce paramètre, mais quant à savoir si il vaut mieux rouler les fenêtre ouvertes à la place d’utiliser la climatisation, là je n’ai pas de réponse, ça dépend de beaucoup de facteurs ! ».

    Ma réponse:
    Pour ma part (Smart ED), la clim me prend environ 5 kms d’autonomie (8 au grand maximum), les vitres ouvertes par contre m’en prennent presque 30 suivant mon trajet!!!
    Je conseille donc de mettre la clim plutôt que d’ouvrir vos fenêtre =)

    Répondre
  10. Punkie8 écrivait le 08/08/2013

    En ce qui concerne la vitesse je fait 112 kms par jour avec environ 20 kms de ville (a 50kms/h), pour le reste du trajet je roule entre 80 et 120 kms/h, il me reste en général 20 kms d’autonomie.

    Répondre
Et si vous laissiez un commentaire ?