Marché du véhicule électrique en France en 2010 : tous les chiffres !

Voiture électrique

Avec 184 immatriculations en France en 2010, le marché du véhicule électrique pèse 0,0074% du marché total ! Si les volumes restent anecdotiques, il est intéressant d’analyser la répartition par modèles.

Ce sont huit modèles qui se partagent le marché. La Mini électrique prend la tête, suivie par la Smart. Viennent ensuite les sœurs Ion et C-zéro, puis la Fluence. Le roadster Tesla et la Think city font jeu égal, devant la iMiev qui ferme la marche de ce classement.

ModèleVolume
MINI Electrique50 voitures
Smart Fortwo Electrique34 voitures
Peugeot iOn30 voitures
Citroën C-Zero27 voitures
Renault Fluence ZE13 voitures
Tesla Roadster11 voitures
Think City11 voitures
Mitsubishi i-MiEV8 voitures

MINI Electrique (50 unités)

Avec 50 unités immatriculées, le constructeur allemand prend la tête du classement. Il s’agit des 50 véhicules destinés au test grandeur nature qu’a lancé Mini (il y en a 612 dans le monde entier), qui annonce en outre ne pas immatriculer d’autres véhicules électriques en 2011. Il faudra attendre 2012 pour voir arriver des BMW séries 1 électriques.

La Mini E electrique

SMART Fortwo Electrique (34 unités)

Là encore, il s’agit de modèles « test » avant commercialisation. L’industriel lorrain nous indique qu’il prévoit d’assembler 1500 exemplaires de la version électrique entre 2010 et 2012, dont 200 pour a France.

La Smart électrique

Peugeot iOn (30 unités)

La moitié du volume a été immatriculé par le réseau de concessionnaire qui a adhéré au programme Mu. Les prévisions de volumes pour ce modèle sont de 3500 unités en 2011 (dont 1000 pour la France), et 8000 unités en 2012 (dont 2000 pour la France).

Peugeot iOn électrique

Citroën C-Zéro (27 unités)

Le constructeur aux chevrons annonce 1800 commandes en Europe à fin 2010 pour ce modèle, et des prévisions de vente de 4000 véhicules pour 2011. Le loueur National/Citer doit percevoir 250 C zéro dès le mois prochain, et la Ville de La Rochelle, qui est en phase de remplacement de son parc de véhicules en autopartage, en attend une vingtaine.

C-ZERO Citroën

En résumé

Ce classement m’a réellement surpris, et apporte du crédit à l’expression qui dit que « ce sont ceux qui en parlent plus qui en font le moins » ;-) Plus sérieusement, les gros faiseurs que seront sans aucun doute Renault, Nissan, Chevrolet et/ou Opel en 2012 font pâle figue ou n’apparaissent pas dans ce top 8.

Les chiffres à fin 2011 seront certainement plus intéressants à analyser, même s’ils mettront – selon moi – plus en exergue des capacités de production que de vraies performances commerciales !

Source : autoactu.com

Billet rédigé par

Tags :
15 commentaires pour ce billet
  1. Alex écrivait le 24/01/2011

    Avec 11 Tesla, la part du véhicules d’exception dans l’électrique fait probablement rêver tous les constructeurs de supercars ! D’ailleurs, je fiche mon billet qu’Audi vendra plus de voitures électriques que Renault lorsque les deux seront sur le marché. Stratégiquement, je pense que attaquer ce marché par le bas est une erreur.

    Répondre
    • Edouard, l'auteur du billet, écrivait le 24/01/2011

      Avec l’autonomie actuelle (160 km au mieux pour du 100% électrique), les constructeurs n’ont pas d’autre choix que de proposer des citadines en VE… et donc d’attaquer le marché par le bas. Je suis par contre complètement d’accord avec cette stratégie pour l’hybride (le véhicule devant absorber le surcoût d’une batterie et d’un moteur électrique en plus du moteur thermique !).

      Répondre
  2. irondelle écrivait le 24/01/2011

    La mini E est passée sur Turbo : http://www.m6replay.fr/#/emissions/turbo/22276

    Répondre
  3. Alex écrivait le 24/01/2011

    @Edouard : le véhicule hybride possède un ensemble moteur électrique + batteries bien moins coûteux que pour un VE 100 % électrique. Le moteur développe au mieux quelques dizaines de chevaux (par exemple, sur un Touareg c’est seulement 52 chevaux) et les batteries n’ont pas besoin d’offrir plus de quelques km d’autonomies.
    Et dans le cas d’une simple assistance électrique (système Honda), c’est bien moins cher encore (la preuve par l’Insight, le CRZ et la Jazz qui arrive, toutes 3 relativement accessibles). C’est aussi moins efficace.

    Répondre
    • Edouard, l'auteur du billet, écrivait le 26/01/2011

      Si réellement l’addition moteur thermique + électrique + batterie était moins élevée que le 100% électrique, pourquoi les constructeurs se lanceraient dans les VE ? Autant produire un véhicule hybride qui s’affranchit de l’objection n°1 ‘autonomie’, non ?

      Répondre
  4. JC écrivait le 24/01/2011

    Oui mais l’hybride consomme … moins, mais il consomme. Le meilleur plan pour le moment reste, pour moi, l’Opel Ampera qui fonctionne au 100% electrique, puis, au cas ou, active son moteur si la batterie est faible. Ca permet de ne rien consommer sur 90% de ses trajets, tout en pouvant aller plus loin et en ayant une seule voiture. Je suis pressé de voir un test de cette voiture.

    Répondre
    • Yoann NUSSBAUMER écrivait le 25/01/2011

      J’ai contacté Opel pour tester une Ampera (= Chevrolet Volt) dès que possible. J’espère donc pouvoir en proposer un essai dans les prochains mois. À moins que JP, notre californien, n’ait un propriétaire de Volt dans ses connaissances ?

      Répondre
  5. JC écrivait le 25/01/2011

    Elle sort quand l’ampera ? La volt se vend deja ? je ne savais pas :)

    Répondre
    • Yoann NUSSBAUMER écrivait le 25/01/2011

      L’opéra devrait arriver en France à la fin de l’année 2011 si tout se passe comme prévu. Aux USA, les premières Volt sont livrées depuis quelques semaines, et GM va certainement augmenter sa capacité de production (cf mon dernier article).

      Répondre
  6. irondelle écrivait le 25/01/2011

    Je viens avec la caméra !

    Répondre
  7. Daniel écrivait le 25/01/2011

    La solution Ampera (Volt) est une des solutions qui ressemble le plus à ce qu’il faut faire pour nos véhicules de demain, du moins pour les hybrides. Par contre, il y a trop de batterie et donc le coût s’envole. Elle est actuellement reconnue comme inabordable. Il faudrait mieux répartir l’autonomie entre les modes purs VE et VEH, en dimensionnant au mieux le moteur thermique et la taille de la batterie. Le tout pour moins de 20000€ brut (16000€ à 18000€ net selon le taux de CO² rejeté).

    Les batteries au Lithium ne sont pas encore assez performantes (Wh/€ & €/kg) pour le VE suburbain.
    Pour laisser le temps aux chimistes de trouver, et surtout valider (6 à 10 ans), les matériaux les plus prometteurs avec le Lithium, en termes de performances et durabilité, les solutions électriques hybridées resteront encore les meilleures des solutions pour nos déplacements jusqu’en 2020-2025. Et pour ceux dont le terme de « consommation » irrite, il faut aussi développer le Flex-Fuel. Voir mes commentaires sur le sujet à partir du … 100ième commentaire sur l’Interview de Shai Agassi.

    Par contre pour les toutes petites voitures citadines, le pur électrique reste une solution possible, mais il faut en limiter le rayon d’action avec le coût et la masse de batterie à transporter (< 150kg). Il ne faut pas essayer de faire plus de 60 à 80km en ville avec ces voitures. Là, elles seraient abordables et « vendables » en seconde voiture à ceux qui possèdent un garage privatif et une simple prise 220V-16A (recharge complète en 4h).

    Avec cette technologie hybridée (qui d’ailleurs devrait coûter moins chère que les solutions à grosses batterie actuelles), on pourrait passer en douceur le cap entre le pur thermique et le pur électrique, sans « fâcher », ni les pétroliers et leurs raffineries qui vont doucement basculer sur les bons biocarburants, ni l’Etat pour les taxes, ni les électriciens pour la fourniture de cette nouvelle demande en énergie. Avec ce type d’hybridation démocratisé, je pense pouvoir prétendre à une diminution à 1/3, le CO², NOx, HCx, automobiles rejetés d’ici à 2025.
    §

    Répondre
  8. Voiture neuve écrivait le 26/01/2011

    Réflexion très intéressante Daniel.
    Mais à vous lire, j’ai l’impression qu’il y a un énorme décalage entre la médiatisation de la voiture électrique et les réelles possibilités de rouler en voiture 100% électrique dès demain.

    En clair, on fait beaucoup de bruit mais les technologies ne sont pas encore prêtes à vous lire sauf à proposer des voitures très chères, ai-je bien compris ?

    Répondre
  9. Daniel écrivait le 26/01/2011

    Voiture neuve,
    Oui, pour l’instant, les offres sur les purs VE sont très (trop) chères. Hormis les futures voiturettes, il faut compter sur plus de 25000€ (tout compris) pour rouler en électrique. Voir d’ailleurs les prix des 6 premiers classements de ce sujet.

    Les cabinets d’analyse du marché Auto prévoient une future vente en France de 100000/an voitures si elles coûtent 10000€, 65000 à 15000€ et seulement 35000 à 20000€ (primes déduites). Alors à 25000€, cela sera confidentiel ! On voit que le prix sera primordial pour réussir le pari de la voiture électrique. Renault d’ailleurs est le seul à vouloir optimiser (?) le coût, mais y arrivera-t-il ?

    Actuellement, le prix des batteries est trop prohibitif, il est là le problème. Il faut réussir à en diminuer le prix et améliorer les performances pour que cela devienne attractif. Tous les constructeurs y travaillent avec les labos de recherches. A mon avis les purs VE arrivent trop tôt.
    Quant à la médiatisation, elle est normale. Il faut présenter que la partie « reluisante » du VE pour intéresser les futurs acheteurs. Il ne faut pas oublier que tout cela est une bataille commerciale entre les constructeurs, mais aussi entre les technologies VE/PVEH/ERVE.
    A qui sortira une technologie au meilleur prix/perfos ?
    §

    Répondre
    • Voiture neuve écrivait le 26/01/2011

      merci pour votre réponse

      c’est mon avis aussi, les véhicules 100% arrivent un peu tôt.

      il serait bon « se faire la main » avec les véhicules hybrides de plus en plus électrique jusqu’à ce que la technologie soit bien maitrisée.

      puis ensuite proposer des véhicules « aboutis » à prix raisonnable. on verra bien ce que donne la stratégie actuelle.

      cordialement
      gabriel

      Répondre
  10. spiraloide écrivait le 02/03/2011

    Comme cette page parle de véhicules électriques et que le vélo est un véhicule, je rappelle qu’en 2010 près de 30’000 vélos électriques se sont vendus en France, que l’on prévoit d’en vendre 40’000 dès l’année prochaine.

    … et tout ça sans l’ombre d’une aide d’état (qqs collectivités pallient au manque).

    La révolution électrique semble plutôt se profiler du cote du VAE que de la voiture électrique. Il serait peut etre bon de le rappeler et d’en tirer toutes les conclusions

    Répondre
Et si vous laissiez un commentaire ?