Commercialisé en 2012, le Twizy a été l’un des 4 modèles qui a composé la gamme de véhicules voulue par Carlos Ghosn pour la grande offensive de Renault dans l’électrique. Depuis, force est de constater que le produit n’a malheureusement que très peu évolué…

Le Twizy, c’est un véhicule électrique sympa et fun à conduire, à mi-chemin entre la Smart et le scooter. C’est surtout un véhicule très léger et minimaliste, adapté aux déplacements de courte distance effectués par un conducteur seul. Une alternative plus confortable au scooter, qui ne nécessite pas de casque et qui protège mieux de la pluie.

Décliné en deux motorisations, Twizy 45 (sans permis) et Twizy 80 (avec permis), son prix démarre à 7 500 € auxquels il faut rajouter un loyer de location de batterie qui démarre à 30 € par mois, en fonction du kilométrage annuel. Il peut aussi être acheté sans location de batteries.

Malheureusement, le Twizy ne rencontre pas le succès qu’il mérite. Avec 464 exemplaires écoulés dans le monde sur les 4 premiers mois de l’année 2019, dont seulement 2 en Europe, les ventes du petit quadricycle électrique sont au plus bas (source : Groupe Renault).

MAJ du 18.06.2019 : les chiffres communiqués ne concernent que les Twizy immatriculés, ce qui n’est pas le cas pour tous les pays. Les bons chiffres sont les suivants : 1708 Twizy vendus à fin mai 2019 dans le monde, dont 875 en Europe (info Renault).

Un produit qui n’a presque pas évolué

Le Twizy Cargo a été conçu pour les livraisons en ville.

Il faut dire que mis à part le lancement de la version Cargo destinée à la livraison, Renault n’a pratiquement pas fait évoluer le Twizy. C’est dommage, car une réponse produit à quelques critiques récurrentes et un peu plus de volontarisme au niveau marketing pourraient relancer la dynamique autour de ce véhicule qui est aussi une belle vitrine en termes d’image pour la marque au losange.

Pour cela, on se prend à rêver d’une batterie d’une capacité un peu supérieure aux 6,1 kWh  actuels et d’une recharge en 7 kW via une prise Type 2, désormais le standard du marché. Des évolutions qui permettraient d’étendre l’autonomie du Twizy et de lui ouvrir l’accès aux bornes de recharge. Autre évolution souhaitable : un siège chauffant en option et une assise un peu plus confortable pour améliorer l’agrément de conduite.

Un peu de marketing peut-être ?

Si Renault ne communique plus sur ce produit, préférant se concentrer sur la ZOE, il serait intéressant que la marque reprenne la parole. Car depuis le lancement du Twizy en 2012, les mentalités ont beaucoup évolué et les automobilistes se tournent de plus en plus vers les véhicules électriques. À n’en pas douter, certains pourraient être tentés par un véhicule plus léger et moins encombrant que les compactes électriques du marché.

L’été approchant, peut-être que Renault se décidera à mettre un peu plus en valeur son petit Twizy pour séduire une nouvelle clientèle ?

Et vous ? Que pensez-vous du Twizy ? Le constructeur doit-il améliorer le modèle ou tout simplement l’abandonner pour mieux se concentrer sur ses autres produits ?

Mise à jour de la rédaction : Comme nous l’a rappelé un lecteur, la production du Twizy a été délocalisée en Corée ce qui a interrompu la production pendant quelques temps au début de l’année, et qui peut expliquer en partie la faiblesse des ventes 2019.

Twizy, le grand oublié des véhicules électriques chez Renault
4.4 (87.66%) 47 vote[s]