Renault ZE tour Fluence

Après le succès l’an passé du Z.E. Roadshow à Dublin, Renault est de retour en Irlande pour le Z.E. Tour, à Dublin et également cette fois-ci à Cork. C’est ici que j’ai pu prendre en main la Fluence Z.E. ainsi que le Kangoo Z.E.

Cela fait toujours plaisir de voir un constructeur mettre les petits plats dans les grands pour ses clients, afin de promouvoir ses véhicules. Pour un événement (relativement) ouvert au grand public, les moyens étaient impressionnants: une vingtaine de personnes pour informer, échanger et assister une poignée d’invités, le tout dans un cadre agréable. Renault n’a rien voulu laisser au hasard. Nous n’avons cependant pas eu la chance de voir Zoe Preview ni Twizy, ces modèles étant en ce moment sur les Champs-Elysées à l’Atelier Renault.



Petite déception pour commencer, à l’arrivée, je vois les autos garées et il s’agit de voitures en conduite à gauche (les mêmes que celles utilisées sur le continent pour ce Z.E. Tour) : Ce n’est pas trop étonnant (il s’agit de modèles de pré-série) mais cela peut être déroutant pour le futur client irlandais qui n’a que 4 kilomètres pour s’adapter à la conduite alors qu’il devrait plutôt se focaliser sur les avantages du véhicule électrique.

Pour le reste ce n’est que du bonheur, on en a déjà parlé ici : le silence de fonctionnement, l’accélération franche et linéaire, l’agrément de conduite très « Zen ». On s’amuse à jouer avec l’indicateur de consommation instantanée (écran LCD pour la Fluence, aiguille classique sur le Kangoo) pour recharger l’auto. Ce frein moteur (régénérateur d’énergie) est plus puissant sur le Kangoo pour pouvoir être efficace lorsqu’il y a plusieurs centaines de kilos de chargement.

Amateur de boîtes automatiques moi-même, j’ai été impressionné par la gestion de la transmission : le rampage est encore plus doux que sur une boite à convertisseur traditionnelle et il n’y a aucun à-coup. La Fluence est particulièrement douce de fonctionnement, et très confortable malgré les nids-de-poule de l’étroite route d’essai.

Un des principaux challenges pour la conception de ces autos est la gestion du bruit. Dans le Kangoo par exemple, la friction de la veste de mon « copilote » contre le siège faisait apparaître énormément de bruit qu’on ne peut couvrir avec le bruit de moteur. Il faudra par exemple proscrire les sièges en simili (traditionnellement disponibles sur les utilitaires).

Conscient de cela, Renault a d’ailleurs équipé ces Kangoo Z.E. de cloisons derrière les sièges, les utilitaires vides ayant tendance à faire caisse de résonance au moindre bruit. On espère aussi que la qualité d’ajustements sera là : les rossignols qui apparaissent parfois au bout de quelques mois ou années et qui nous agacent se feront entendre encore plus dans ces autos.

J’ai apprécié une chose, c’est le côté pas trop « corporate » de l’événement : j’ai eu l’impression que les différents acteurs vendaient plus la voiture électrique plutôt qu’un énième modèle Renault. Et quand quelqu’un de chez Renault vous demande si vous avez déjà essayé la Leaf ou vous parle des chiffres de ventes des différents modèles électriques sans aucun dénigrement pour la concurrence, vous appréciez l’enthousiasme pour cette technologie, et vous vous dîtes qu’une révolution silencieuse est en marche, c’est certain.