Automobile Propre - Feed https://www.automobile-propre.com Voiture & écologie, automobile électrique ou hybride, bio-carburants, etc Thu, 15 Apr 2021 14:55:50 +0000 hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.7 Superchargeurs Tesla : Plus de 800 points de recharge en France https://www.automobile-propre.com/breves/superchargeurs-tesla-plus-de-800-points-de-recharge-en-france/ Thu, 15 Apr 2021 14:55:50 +0000 Philippe SCHWOERER https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=115016 ]]> Le 800e point de recharge a été atteint avec l’ouverture de la station de Dardilly, localisée allée du Camping International. Située au Nord de Lyon, elle est accessible par l’autoroute A6 en prenant la sortie 33.

Le nouveau site figure déjà sur la carte mise à jour par le constructeur. Il est équipé de 16 superchargeurs disponibles 24/7 et alimentés en énergie renouvelable.

La station de Dardilly se trouve au cœur d’une zone occupée, entre autres, par plusieurs restaurants et hôtels. Dont un Novotel. L’établissement a mis à disposition un bout de son parking pour que soient dressées les stèles Tesla V3 250 kW.

Le constructeur envoie d’ailleurs les utilisateurs de ses voitures électriques vers ce maillon du groupe Accor. Et ce, aussi bien pour un café, un repas et/ou une nuit de repos.

Pour rappel, le premier superchargeur Tesla installé en France a été mis en service début juillet 2014. Doté à l’époque d’une puissance maximale de 135 kW, il était localisé à Auxerre. Cette commune de l’Yonne compte aujourd’hui 8 superchargeurs 150 kW adossés au Mercure Hôtel local.

En début d’année, il a été annoncé pour l’Hexagone l’ouverture de 28 nouvelles stations Tesla. En plus des points de recharge ajoutés aux sites déjà en service.

|||

L’arrivée massive de nouvelles Tesla Model 3 rend impératif le développement du réseau de recharge maison en France. Plusieurs de nos lecteurs ont déjà manifesté leur crainte de se retrouver devant des stations surchargées en périodes de vacances. Certains ont même déjà noté des hausses de fréquentation importantes en dehors de ces plages.

L’été 2021 devrait donc être révélateur. Le dimensionnement du maillage sera-t-il alors suffisant ?

Les doutes portent aussi sur les autres réseaux où les Model 3 en particulier se font de plus en plus présentes.

Avec l’actuelle pandémie, maintenir une telle organisation relève du défi. A ce sujet, Tesla semble à nouveau montrer l’exemple.

]]>
L’Autopilot entièrement autonome de Tesla prend encore du retard https://www.automobile-propre.com/breves/lautopilot-entierement-autonome-de-tesla-prend-encore-du-retard/ Thu, 15 Apr 2021 13:59:36 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=115007 ]]> Tesla continue de développer son mode entièrement autonome nommé Full Self Driving. Le programme de tests se poursuit avec des employés de la marque et des clients triés sur le volet. Le PDG de Tesla, Elon Musk, a donné des nouvelles à son sujet.

« Un timing pour mai est inspirant », a écrit l’Américain sur Twitter. « Cela dépend de la manière dont la beta limitée de la V9.0 se déroule. Mais je serais surpris que la beta élargie arrive plus tard qu’en juin ».

La neuvième version du Full Self Driving retirera la dépendance à la lecture des radars. Le système sera désormais capable de voir lui-même les alentours des voitures grâce aux caméras. Ainsi, c’est la dernière étape pour que le conducteur puisse se reposer entièrement sur sa voiture.

Le Full Self Driving découle de l’Autopilot de Tesla mais a subi une refonte complète l’an dernier. Musk compte sur ce système pour équiper, dans le futur, ses flottes de Robotaxis. En attendant, c’est sur les voitures des clients que le Full Self Driving débarquera dans les deux prochains mois. Les abonnements ouvriront le mois prochain, puisque le système reposera sur une formule de paiement mensuel.

]]>
Xpeng P5 : la berline électrique chinoise vise l’Autopilot Tesla https://www.automobile-propre.com/breves/xpeng-p5-la-berline-electrique-chinoise-vise-lautopilot-tesla/ Thu, 15 Apr 2021 11:19:43 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114984 ]]> Xpeng fait partie de ces nouvelles marques chinoises spécialistes de l’électrique. Après le SUV G3 et la grande berline P7, le constructeur annonce un modèle encore plus prometteur. Un peu plus longueur qu’une Tesla Model 3 (4.8 vs 4.7 m), la P5 s’attaquera au segment des berlines compactes.

Question style, c’est du classique. Les lignes sont épurées, les optiques en bandeau et les bas de caisse noirs allègent le tout. Même atmosphère à l’ouverture des portes où un immense écran vertical rompt la planche de bord horizontale. La P5 chouchoute ses passagers arrière, avec sièges avant pliables pour allonger les jambes, mini-frigo intégré et un mode cinéma avec projecteur !

Un Autopilot maison

Xpeng reste muet sur la motorisation ou les batteries, mais s’étend sur la conduite semi-autonome. Selon ses dires, son système serait « le plus performant de la catégorie ». Mieux encore que la Tesla Model 3 ?

En tous cas, il repose sur des technologies développées en interne. Le véhicule possède 32 capteurs différents : 2 LiDAR, 12 capteurs ultrasons, 4 radars et 13 caméras. Le système « Xpilot 3.5 » se charge de traiter les données et manœuvrer la berline, mais le processeur « Xavier » est d’origine Nvidia.

Les détails techniques de la Xpeng P5 seront communiqués dans les prochains jours. La présentation est donnée pour le 19 avril, date d’ouverture du Salon de Shanghai.

]]>
Alpine PZ110 : un SUV électrique à trois moteurs face au Tesla Model Y https://www.automobile-propre.com/breves/alpine-pz110-un-suv-electrique-a-trois-moteurs-face-au-tesla-model-y/ Thu, 15 Apr 2021 10:19:05 +0000 Philippe SCHWOERER https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114983 ]]> Dans sa version la plus puissante, l’engin survolté bénéficierait de la motricité intégrale. Il embarquerait alors 3 moteurs, dont 2 à l’arrière. Chacun de ces derniers, doté de son propre inverseur, entraînera l’une des roues.

« Il n’y aura donc pas de différentiel », souligne le site espagnol Foro Coches Electricos. Pour une motricité maximale, Alpine aurait fait le choix d’un système de vectorisation du couple.

Symbole du renouveau de la marque du groupe Renault, le futur SUV électrique s’attaquerait à du gros. Ainsi le Tesla Model Y Performance, mais aussi les Porsche Macan et Maserati Grecale Folgore.

Il y a quelques jours, Luca de Meo évoquait déjà « une sorte de mélange d’une mini-Ferrari et d’une mini-Tesla ». Avec quelles performances ? Le média espagnol avance une puissance de 300 kW pour la simple propulsion. Placée en entrée de gamme, elle est cependant privée du moteur électrique avant.

Quoi qu’il en soit, Alpine fera jouer l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi en exploitant la plateforme CMF-EV. Et ce, dans sa déclinaison la plus allongée.

Le SUV électrique Ariya de Nissan devrait fournir pas mal de ses éléments. Mais, en sortie, les performances attendues pour l’Alpine seront supérieures. Obtenues d’un groupe motopropulseur spécialement conçu pour satisfaire aux ambitions d’Alpine.

]]>
42 000 points de charge pour les camions électriques en Europe d’ici 2030 https://www.automobile-propre.com/breves/42-000-points-de-charge-pour-les-camions-electrique-en-europe-dici-2030/ Thu, 15 Apr 2021 05:58:41 +0000 Arnaud Marchal https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114859 ]]> C’est ce que demandent conjointement les ONG écologistes ainsi que les industriels du secteur. Ainsi, l’ACEA (Association des constructeurs européens d’automobiles) et T&E (Transport & Environment) ont rédigé une lettre commune adressée à la Commission européenne.

Celle-ci demande à ce qu’un objectif de déploiement de 11 000 points de recharges pour camions électriques soit atteint dans l’Union européenne en 2025. L’objectif, à l’horizon 2030, est de 42 000 points de recharge. C’est un mal nécessaire pour réaliser la transition écologique dans le transport routier européen.

Ainsi, avec des aides déjà en place, il ne manque plus qu’un réseau de recharge adapté. Il faut également tenir compte des contraintes techniques des itinéraires des camions. Ceux-ci ne leur permettent pas de rentrer au dépôt tous les soirs pour mettre les batteries en charge. Des points de recharges sur les aires de repos des grands axes européens sont également nécessaires.

La lettre s’adresse aux commissaires de l’Union européenne en charge du climat, des transports, de l’industrie et de l’énergie. Elle leur demande de traiter ce point lors de l’examen à venir de la Directive sur les Infrastructures pour les Carburants Alternatifs (AFID). Ainsi, il est demandé à ce que l’AFID soit adapté aux camions et bus « 0 émission ».

William Todts, directeur exécutif de T&E, déclare : « L’avenir est électrique, même pour les camions. La transition vers les camions zéro émission est en cours et il est temps que la Commission européenne se réveille. Nous devons construire 10 000 points de recharge pour camions au cours des quatre prochaines années, dans des dépôts de camions, des centres logistiques et le long de toutes les principales autoroutes d’Europe ».

 

Source : Transport & Environment

]]>
Audi Q4 e-tron : le nouveau SUV compact électrique à partir de 42 800 € https://www.automobile-propre.com/audi-q4-e-tron-le-nouveau-suv-compact-electrique-a-partir-de-42-800-e/ Wed, 14 Apr 2021 18:35:50 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?p=114901 ]]>

Révélé ce mercredi 14 avril dans sa version définitive, l’Audi Q4 e-tron se décline en deux carrosseries et promet plus de 500 km d’autonomie. Annoncé à partir de 42 800 € hors prime gouvernementale, il sera lancé en juin 2021.

Après le grand SUV e-tron et la sportive e-tron GT, Audi poursuit son offensive électrique et s’attaque au segment très populaire des SUV compacts avec la nouvelle Audi Q4 e-tron.

En matière de design cette version de série reste assez fidèle concept initialement présenté en 2019 à l’occasion du salon de l’automobile de Genève. Comme le classique e-tron, la nouvelle Q4 est proposé en deux choix de carrosserie. La déclinaison coupé Q4 Sportback e-tron et sa ligne de toit plongeante viennent ainsi s’ajouter à la classique Q4 e-tron.

Les deux versions s’étendent sur 4.59 m en longueur, soit 19 cm de moins qu’un Tesla Model Y. Outre leur style et leur coefficient de trainée (0.28 pour lea Q4 et 0.26 pour la Q4 Sportback), elles se distinguent par leur volume de chargement. Comptez 520 à 1490 litres dans la Q4 e-tron et de 535 à 1 460 litres dans la Sportback. Dans les deux cas, la capacité de traction s’élève à 1000 kilos et même 1200 pour les configurations Quattro.

  Q4 e-tron Q4 Sportback e-tron
Longueur 4 588 mm 4 588 mm
Largeur 1 865 mm nc
Hauteur 1 632 mm nc
Empattement 2.76 m 2.76 m
Coffre 520 – 1490 l 535 – 1460 l
Coefficient de trainée 0.28 cx 0.26 cx

Déjà révélé il y a quelques, l’intérieur du nouveau SUV électrique d’Audi se distingue par une ambiance résolument futuriste. De 10.25 pouces, l’instrumentation numérique Virtual Cockpit est complétée par un écran tactile. Légèrement orienté vers le conducteur, il varie de 10.1 à 11.6 pouces selon la finition choisie. S’y ajoute un dispositif d’affichage tête haute en « réalité augmentée » qui projette directement sur le pare-brise une partie des informations.

Trois versions pour l’Audi Q4 e-tron

Premier modèle d’Audi à recevoir la plateforme électrique MEB de Volkswagen, la Q4 e-tron reprend une grosse partie des composants déjà embarqués à bord des autres modèles du groupe. Trois grandes configurations sont ainsi proposées :

  • Q4 35 e-tron : cette version de base combine une batterie 52 kWh de capacité nette à un bloc moteur de 125 kW intégré sur le train arrière
  • Q4 40 e-tron : également configurée en propulsion, celle-ci embarque une batterie à la capacité portée à 77 kWh et un moteur un peu plus puissant (150 kW). A priori uniquement disponible sur le Q4 e-tron, cette version se révèle la plus performante en autonomie. En cycle WLTP, celle-ci est annoncée à 520 km
  • Q4 50 e-tron quattro : à transmission intégrale, cette version haut de gamme reçoit deux moteurs électriques et développe jusqu’à 220 kW de puissance. De quoi assurer le 0 à 100 en 6.2 secondes.

La puissance du chargeur embarqué varie de 7.4 et 11 kW selon la version tandis que la charge rapide grimpe à 125 kW sur les versions les plus performantes.

Comme le grand e-tron, la Q4 électrique hérite du système de récupération d’énergie à trois niveaux réglables via les palettes au volant et du plus classique mode « B » qui accentue l’effet du frein moteur.

  35 e-tron 40 e-tron 50 e-tron quattro
Capacité batterie en kWh net/brut 52 / 55 77 / 82 77 / 82
Charge AC 7.4 kW 11 kW 11 kW
Charge DC 100 kW 125 kW 125 kW
Puissance max 125 kW – 170 ch 150 kW – 204 ch 220 kW – 299 ch
Couple 310 Nm 310 Nm 460 Nm
Vitesse max 160 km/h 160 km/h 180 km/h
0-100 km/h 9 s 8.5 s 6.2 s
Autonomie e-tron / sportback 341 – 349 km 520 km 488 – 497 km
Conso e-tron / sportback (kWh) 17 – 18.7 / 16.6 – 18.6 17.3 – 19 17.9 – 19.9 / 17.6 -20.9

Moins cher qu’un Tesla Model Y

Industrialisés au sein de l’usine allemande de Zwickau, la Q4 électrique sera lancé dans les prochaines semaines. La classique Q4 e-tron arrivera en juin 2021 tandis que la Q4 e-tron Sportback arrivera à la fin de l’été.

En matière de tarifs, le constructeur annonce un prix débutant à partir de 42 800 € hors bonus pour la version d’entrée de gamme Q4 35 e-tron sur le marché allemand. Facturée environ 2 000 euros de plus, la version Sporback devrait débuter aux alentours de 45 000 € hors bonus. Des tarifs qui ne manqueront pas de faire de l’ombre au Tesla Model Y. Plus grand mais aussi plus performant, le SUV californien débute à partir de 63 000 euros dans l’Hexagone.

Affichant environ 2000 € de différence avec le classique Q4, la version Sportback sera commercialisée avec quelques semaines de décalage

]]>
La voiture hybride rechargeable va-t-elle devenir la cible de l’Europe ? https://www.automobile-propre.com/breves/la-voiture-hybride-rechargeable-va-t-elle-devenir-la-cible-de-leurope/ Wed, 14 Apr 2021 16:02:26 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114858 ]]> Au cœur d’un marché de l’électrique limité par les infrastructures de recharge, l’hybride rechargeable semblait tirer son épingle du jeu. Avec cette technologie, les constructeurs pouvaient continuer d’offrir une solution reposant sur un plein d’essence, tout en réduisant largement les émissions polluantes.

Toutefois, dans la pratique, la réalité semble être très différente comme l’explique Reuters. En effet, les données de cycle WLTP sont souvent bien éloignées des valeurs réelles, notamment car les propriétaires ne rechargent pas assez leurs véhicules.

L’Union européenne prévoirait ainsi d’interdire aux constructeurs de qualifier les voitures hybrides rechargeables de véhicules propres. De fait, leur valeur pourrait en pâtir, et les marques pourraient devenir frileuses sur les investissements.

Une projection d’AutoForecast Solutions montre que les constructeurs prévoient de sortir 28 modèles hybrides rechargeables avant 2028. En parallèle, 86 modèles électriques verraient le jour, ce qui inverserait la tendance observée ces dernières années.

Selon le PDG de Bentley, Adrian Hallmark, une interdiction en 2025 « tue la demande dès aujourd’hui ». Sa marque prévoit de vendre des hybrides rechargeables jusqu’en 2030, mais pourrait revoir ses plans. Comme le souligne le Britannique, l’Europe devra aussi accélérer le déploiement des infrastructures pour que les automobilistes puissent se tourner sereinement vers l’électrique.

]]>
La Dartz Freze Nikrob : la voiture électrique la moins chère d’Europe ! https://www.automobile-propre.com/breves/la-dartz-freze-nikrob-la-voiture-electrique-la-moins-chere-deurope/ Wed, 14 Apr 2021 14:41:30 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114844 ]]> La Dacia Spring a parfaitement remis au goût du jour la définition de la voiture électrique pragmatique pour un usage quotidien en ville et ses alentours. Une modestie qui se retrouve aussi sur sa grille tarifaire, lui permettant de s’afficher comme l’électrique la moins chère du marché. Mais elle ne sera bientôt plus la seule : la Freze Nikrob s’annonce.

Si son nom est encore inconnu en Europe, la citadine qui vise le titre de l’électrique la moins chère d’Europe n’est autre que l’une des électriques les plus vendues au monde : la Wuling Hongguang Mini EV. Et conformément aux premières rumeurs, la petite Chinoise arrive en Europe.

Un prix à partir de 9 999 €

C’est Dartz, réputé pour des engins bien moins écologiques, qui se chargera de la fabrication de la citadine avec son partenaire Freze. Fabriquée en Lituanie, fief de Dartz, la Nikrob est similaire au modèle proposé en Chine, à l’exception de quelques évolutions règlementaires. Elle offre deux choix de batterie avec des unités de 9,2 kWh et 13,8 kWh, avec une autonomie maximale de 170 km dans la meilleure des versions. Le moteur de 18 ch pour 86 Nm de couple peut viser une vitesse maximale de 100 km/h.

Déjà disponible en Lituanie, la Nikrob n’envisage pas encore de débarquer en France. Elle pourrait toutefois se positionner comme une alternative de choix et combler le fossé entre la Citroën Ami et la Dacia Spring. Du moins dans sa version d’appel : car si la Nikrob débute à 9 999 €, elle peut grimper à 14 999 € dans sa configuration haut de gamme à grosse batterie.

]]>
Le prochain SUV électrique de Ford à plateforme MEB se fait surprendre https://www.automobile-propre.com/breves/le-prochain-suv-electrique-de-ford-a-plateforme-meb-se-fait-surprendre/ Wed, 14 Apr 2021 13:30:29 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114846 ]]> Si Volkswagen développe rapidement sa gamme de voitures électriques, le groupe allemand en profite également pour fournir son expertise à d’autres fabricants. Et plus précisément à Ford, qui a récemment confirmé avoir signé un partenariat avec Volkswagen.

Ford utilisera donc très rapidement la plateforme MEB du groupe allemand pour ses prochains véhicules électriques. Alors qu’un concurrent du Peugeot e-2008 a précédemment été envisagé, la marque à l’ovale bleu pourrait finalement dévoiler un SUV plus imposant.

C’est ce qu’annoncent les premières images dévoilées par nos confrères de Carscoops. Difficile de se faire un premier avis sur ce modèle en argile, dont le style pourrait évoluer avant sa présentation. Mais sa bâche moulante permet de distinguer certaines lignes et volumes.

Ainsi, l’empattement du SUV serait similaire à celui du Volkswagen ID.4. On peut donc s’attendre à une longueur proche des 4,60 mètres, inférieure à celle d’un Mustang Mach-E. Malheureusement, il est encore trop tôt pour évoquer le catalogue de motorisations et de batteries de ce véhicule qui ne devrait pas voir le jour avant 2023.

]]>
Tesla Semi : Essais en conditions réelles par Tesla Heavy Trucking https://www.automobile-propre.com/breves/tesla-semi-essais-en-conditions-reelles-par-tesla-heavy-trucking/ Wed, 14 Apr 2021 11:01:23 +0000 Arnaud Marchal https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114827 ]]> Le premier client du Tesla Semi sera la filiale Tesla Heavy Trucking. Elon Musk qualifiait il y a peu de « gigantesques » les coûts logistiques de l’entreprise. Il espère réaliser de substantielles économies en utilisant ses propres camions.

Ainsi, l’entreprise a récemment mis à jour sa page carrière. Elle propose des postes de techniciens affectés à la conduite des Tesla Semi. Ces postes à pourvoir sont situés dans plusieurs villes telles que Fremont, Stockton, Rocklin et Fresno en Californie ainsi que Reno dans le Nevada. La publication de ces offres d’emploi indique clairement que Tesla va assurer la liaison entre l’usine de Fremont et la Gigafactory Nevada.

Cet itinéraire de plus de 400 km sert à acheminer les batteries et les transmissions. L’autonomie du Tesla Semi est suffisante pour réaliser ce parcours. Ces éléments, que Tesla fabrique à la Gigafactory Nevada, seront transportés jusqu’à l’usine d’assemblage des voitures Tesla en Californie. Le président de Tesla Heavy Trucking, Jérôme Guillen, déclarait récemment que Tesla prévoyait d’être son propre client sur cet itinéraire.

De plus, Tesla va probablement mettre à profit sa technologie de conduite en convoi. Celle-ci permet ainsi de faire rouler 3 camions Tesla Semi ensemble pour en réduire les coûts d’exploitation. Le coût de roulage est de 1,51 $ par mile avec un camion fonctionnant au gasoil. Il passerait à 0,85 $ par mile avec un convoi de Tesla Semi.

Source : Electrek

]]>
Vinci : une super autonomie pour les vans avec EP Tender ! https://www.automobile-propre.com/breves/vinci-une-super-autonomie-pour-les-vans-avec-ep-tender/ Wed, 14 Apr 2021 07:40:03 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114774 ]]> Vinci Autoroutes s’est engagé à diviser par deux ses émissions de CO2 avant 2030. Pour cela, le concessionnaire autoroutier veut évidemment utiliser à grande échelle des voitures propres. Après l’arrivée de fourgons au biogaz fin 2020, c’est désormais l’électrique qui l’intéresse.

Pour s’affranchir des limites d’autonomie de la technologie électrique pour des missions autoroutières, le groupe s’est allié à Renault PVI pour tester un Master ZE équipé d’un prolongateur d’autonomie externe fourni par EP Tender. Une configuration qui permettrait donc à Vinci Autoroutes d’utiliser ces véhicules sur des distances conformes aux besoins de la société. L’expérimentation va aussi se faire avec un Fiat E-Ducato électrique. Si les tests se révèlent concluants, Vinci réfléchira à déployer ce type de technologies à grande échelle.

Vinci confirme en revanche que l’EP-Tender n’est pas une solution pour remplacer les utilitaires au biogaz. Ceux-ci continueront de circuler, mais l’idée est d’avoir des vans électriques sans les contraintes liées à leur autonomie ou à leur recharge.

Le test s’effectuera jusqu’à cet été dans la vallée du Rhône. Le Master ZE et son prolongateur d’autonomie connaîtront donc tous types de conditions. De là, il sera plus aisé pour Vinci de dresser un bilan juste de cet essai, que le groupe espère transformer.

]]>
Ce jour où Elon Musk a voulu recruter chez Tesla le PDG de Volkswagen https://www.automobile-propre.com/breves/ce-jour-ou-elon-musk-a-voulu-recruter-chez-tesla-le-pdg-de-volkswagen/ Wed, 14 Apr 2021 06:36:41 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114793 ]]> Ces derniers mois, le rapprochement entre Elon Musk et Herbert Diess s’est vu à plusieurs reprises. En septembre 2020, les deux hommes se sont rencontrés, et l’Allemand a fait essayer à son homologue chez Tesla une VW ID.3.

Elon Musk s’était montré plutôt élogieux sur la compacte électrique de Volkswagen. Quelques mois plus tard, Diess l’avait défié via Twitter, en assurant vouloir prendre des parts de marché à Tesla. Mais il semble que la relation entre les deux hommes soit bien plus ancienne.

D’après le site allemand Business Insider, Musk aurait voulu recruter Diess en 2014, lorsque ce dernier a quitté BMW. Une place de PDG attendait Diess, mais ce dernier a décliné l’offre de Musk à un moment où Tesla n’avait pas encore son ampleur actuelle.

Elon Musk voulait que Diess prenne sa place dans la gestion de la marque sur le plan opérationnel. Si celui-ci a finalement opté pour rejoindre Volkswagen, il aurait toutefois acheté des actions Tesla. Diess a cru en Musk et en Tesla, à juste titre si l’on regarde la progression de la marque.

On apprend aussi par Business Insider que Ferdinand Piech avait des vues sur Tesla. L’actuel président du conseil de surveillance de Volkswagen avait demandé en 2013 à sa direction de racheter Tesla. Il venait d’essayer une Model S, et la marque était valorisée à 20 milliards de dollars. Un refus que doit encore regretter VW, puisque Tesla vaut aujourd’hui 600 milliards de dollars.

]]>
Hyundai Pony Heritage : un restomod électrique à la sauce coréenne https://www.automobile-propre.com/breves/hyundai-pony-heritage-un-restomod-electrique-a-la-sauce-coreenne/ Wed, 14 Apr 2021 05:42:02 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114752 ]]> Opel n’est pas le seul constructeur à surfer sur la vague restomod, terme curieux désignant la restauration et la modernisation d’un vieux modèle. Ici, Hyundai s’y met ! Ses designers maison ont planché sur la réinterprétation de la Pony, la compacte des années 1970. Ayant elle-même inspiré la nouvelle Ioniq 5, elle hérite à son tour de quelques éléments, dont les feux arrière « pixels ». Autre mélange, celui des générations. En effet, les protections de carrosserie et enjoliveurs renvoient davantage aux années 1980.

Dans l’habitacle, les formes générales d’origine restent, mais la marque pimente l’ensemble avec de l’aluminium brossé, des surfaces noir brillant et des compteurs originaux. Au niveau de l’instrumentation, cette Pony revisitée n’intègre pas d’instrumentation numérique, mais 6 tubes à LED indiquant le niveau d’énergie et la vitesse.

Âme d’ancienne, mais cœur électrique

Côté technique, Hyundai évoque une motorisation 100 % électrique sans toutefois communiquer de détails. On y verrait volontiers le bloc 100 kW du Kona électrique, amplement suffisant pour la Pony. Au niveau des accessoires, une gyroroue Ninebot trône en lieu et place de la roue de secours, entourée de 2 rangements. Pour les câbles peut-être ?

Seuls les Sud-Coréens pourront voir cette Hyundai Pony Heritage. Elle est exposée du 8 avril jusqu’au 27 juin 2021, dans le Motorstudio de Busan (Corée du Sud).

]]>
Courant alternatif & continu : ce que doit connaître tout conducteur de voiture électrique https://www.automobile-propre.com/ac-dc-quand-la-musique-donne-du-sens-au-courant/ Tue, 13 Apr 2021 16:31:50 +0000 La Redaction https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114722 ]]>

L’électrification du parc roulant s’accompagne de quelques changements dans les habitudes des automobilistes. Et cela est d’autant plus vrai pour la recharge qui nécessite de se confronter à des termes parfois techniques. Pour mieux s’y retrouver, Automobile Propre fait le point en vidéo (et en musique !) sur les différents types de courant qui existent.

AC/DC… Si à la simple vue de ces 4 lettres, les premières notes de Highway to Hell résonnent dans votre esprit et votre corps tout entier se met à bouger, c’est sans doute parce que vous êtes fan de hard rock ! Nous aurons alors bien du mal à vous apprendre quoi que ce soit au sujet de ce célèbre groupe de musique, surtout sur un site qui parle voiture. Pour autant, savez-vous pourquoi AC/DC s’appelle ainsi ? Ou même quelle signification ces lettres ont-elles ?

Pour répondre à ces questions, nous vous proposons un épisode de notre série pédagogique, La Minute Branchée, sur la différence entre le courant continu et le courant alternatif. Et vous verrez que Angus et Malcolm Young n’ont pas choisi ces lettres au hasard. Bien au contraire !

Évidemment, s’il vous reste des questions après la vidéo, vous pouvez aller jeter un œil à notre guide Recharger une voiture électrique : quelle différence entre AC et DC ? Ou nous en faire part dans les commentaires pour qu’elles puissent être abordées dans d’autres épisodes à venir !

Bonne écoute !

]]>
Cette Peugeot 504 électrique promet plus de 200 km d’autonomie https://www.automobile-propre.com/breves/cette-peugeot-504-coupe-electrique-promet-plus-de-200-km-dautonomie/ Tue, 13 Apr 2021 16:00:16 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114686 ]]> Spécialiste du rétrofit (qui consiste à installer une mécanique électrique dans une ancienne), Rétrofuture explore petit à petit les gloires automobiles du passé. C’est désormais au tour de la Peugeot 504 Coupé de sortir des ateliers de l’entreprise française. De quoi s’offrir un semblant de Peugeot e-Legend, qui ne verra jamais le jour.

Le coupé abandonne ici son ancienne mécanique thermique au profit d’une installation 100 % électrique. Elle se compose d’un moteur de 104 ch et d’une batterie de 31,8 kWh de capacité. Donnée pour 200 kg répartis dans les normes par le préparateur, elle permet à la voiture de se maintenir à 1 250 kg.

Une conversion électrique au prix de 20 000 €

Cette Peugeot 504 Coupé par Rétrofuture promet une autonomie de 165 km selon un usage mixte. L’autoroute ne devrait pas lui faire peur avec une vitesse de pointe de 150 km/h. Aucune information n’a été communiquée concernant la puissance recharge, mais le plein peut s’effectuer via la prise Type 2.

Rétrofuture propose le rétrofit de Peugeot 504 Coupé au prix de 20 000 €. Il faudra toutefois prévoir une rallonge de 12 000 € si l’entreprise doit fournir la base qui se passera de son moteur 2,0 litres de type XN. Une batterie de 35 kWh (205 km d’autonomie) et un écran tactile sont proposés en option au prix de 3 000 € et 1 500 € respectivement.

]]>
Polestar 2 : deux nouvelles versions jusqu’à 540 km d’autonomie https://www.automobile-propre.com/breves/polestar-2-deux-nouvelles-versions-jusqua-540-km-dautonomie/ Tue, 13 Apr 2021 15:24:42 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114712 ]]> Lancée en 2019, la Polestar 2 modifie sa gamme pour la première fois. Deux nouvelles versions font leur apparition dans le catalogue de la berline électrique qui en compte désormais trois.

En simple traction et non en quatre roues motrices comme la version d’origine, ces deux nouvelles Polestar 2 se distinguent à la fois par leur puissance et leur configuration batterie. Nommée « Long Range Single Motor », la première conserve la batterie de 78 kWh de l’originelle « Dual Motor », mais avec une puissance réduite à 231 ch (170 kW). Moins performante, avec un 0 à 100 km/h assuré en 7,4 secondes, elle se révèle plus efficiente avec une autonomie dépassant les 500 kilomètres.

L’autre version, « Standard Range », dispose d’une plus petite batterie de 64 kWh. Ce modèle à 440 km d’autonomie abaisse la puissance à 165 kW, mais conserve les mêmes performances.

Standard Range Single Motor
Longe Range Single Motor
Long Range Dual Motor
Puissance
165 kW (224 ch) 170 kW (231 ch) 300 kW (408 ch)
Batterie
64 kWh 78 kWh 78 kWh
Autonomie max
440 km 540 km 480 km
Prix en Belgique
45 900 € 49 900 € 53 900 €

Un prix équivalent à celui de la Tesla Model 3

Avec la nouvelle « Standard Range », la Polestar 2 démarre entre 40 000 et 46 000 euros selon les pays. Elle se place ainsi en concurrence frontale avec la Tesla Model 3, débutant à 43 800 euros en France.

La voiture électrique de Polestar n’est toutefois pas disponible dans l’Hexagone. La justice française bloque toujours la marque dans l’affaire qui l’oppose à Citroën. En cause : le logo de Polestar, jugé trop proche de celui utilisé par la marque aux chevrons.

]]>
La voiture électrique Apple fabriquée par LG et Magna ? https://www.automobile-propre.com/breves/la-voiture-electrique-apple-fabriquee-par-lg-et-magna/ Tue, 13 Apr 2021 14:50:55 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114744 ]]> L’avancement de l’Apple Car a subi un gros coup d’arrêt en début d’année. Les discussions pourtant avancées avec Kia et Hyundai se sont en effet interrompues brutalement. Depuis, la marque de Cupertino cherche de nouveaux partenaires pour lancer sa voiture électrique.

Selon The Korea Times, qui avait révélé les tractations avec Hyundai Group, deux entreprises sont désormais en lice pour fabriquer la première voiture électrique d’Apple. Il s’agit de LG et Magna International, qui formeraient une coentreprise nommée LG Magna e-Powertrain.

Cette nouvelle entité se chargerait alors de fabriquer les premières Apple Cars en reprenant une partie des composants fournis par le géant à la pomme. La coentreprise verra officiellement le jour plus tard cette année, et Apple sera son client principal. Cependant, les deux entreprises n’apparaîtraient pas dans le nom de la voiture. Celle-ci s’appellerait Apple Car. LG et Magna ne seraient que des sous-traitants. Cela se passerait de la même manière que pour leurs partenariats avec Tesla, Ford ou encore BMW. Les deux marques sont actuellement fournisseurs de batteries, et n’apparaissent pas publiquement sur ces projets.

]]>
Yamaha dévoile un nouveau moteur électrique sportif de 475 ch https://www.automobile-propre.com/breves/yamaha-devoile-un-nouveau-moteur-electrique-sportif-de-475-ch/ Tue, 13 Apr 2021 14:15:58 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114694 ]]> Comptant parmi les plus grands spécialistes du deux-roues, Yamaha s’est toujours intéressé de près (et avec brio) aux mécaniques automobiles. La technologie électrique n’y fait pas exception : après quelques unités aux puissances modestes, le fabricant japonais annonce l’arrivée d’un moteur électrique de 350 kW.

Particulièrement compact avec l’onduleur et tout l’ensemble mécanique dans le même boîtier, ce bloc électrique, aussi équipé d’un refroidissement à huile, est capable de fonctionner sur une tension 800V. Soit un système de haute volée similaire à celui qui équipe la Porsche Taycan. La fiche technique est avare en informations, mais Yamaha promet une puissance de 475 ch.

Plus de 800 ch au rendez-vous dans le cas d’une double motorisation

Le fabricant japonais proposera son nouveau moteur à d’autres constructeurs, intéressés pour une application dans leurs prochaines sportives électriques. Yamaha précise ainsi que certaines caractéristiques, comme le refroidissement par exemple, pourraient évoluer selon les besoins du client.

Ces derniers pourront aussi faire le choix de multiplier les unités selon leurs cahiers des charges. Grâce à sa taille compacte, ce moteur peut facilement se dédoubler sur les trains roulants d’après le constructeur. Et si la puissance de 475 ch peut sembler faible pour une application sur les Hyper-EV (comme le souligne Yamaha), la fiche technique pourrait facilement grimper à des niveaux de puissance délirants avec une double motorisation.

]]>
Limiter les SUV à 90 km/h sur autoroute : l’étrange proposition des Verts https://www.automobile-propre.com/breves/limiter-les-suv-a-90-km-h-sur-autoroute-letrange-proposition-des-verts/ Tue, 13 Apr 2021 12:59:15 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114716 ]]> Voilà une proposition qui risque de faire grincer des dents si elle se matérialise. Le parti Europe Ecologie-Les Verts propose de limiter la vitesse des voitures de plus de 1 500 kilos à 90 km/h. C’est une proposition émanant d’une note nommée « donner la capacité à chacun de décarboner ses modes de transport ».

Le parti écologiste veut « déconstruire le mythe de la vitesse », toujours selon la note en question. Pour cela, les véhicules de plus de 1,5 tonne n’auraient plus le droit de dépasser les 90 km/h. Selon le parti, cela permettrait de réduire « les impacts sur l’environnement et la santé humaine du secteur automobile. »

« Nous imposerons une réduction du poids des véhicules pour lutter contre les SUV en considérant dans le Code de la route les véhicules de plus de 1 500 kg comme des poids lourds, donc limités à 90 km/h sur autoroute », précise la note. Un malus au poids doit déjà être appliqué en 2022, mais il ne concernera pas les véhicules électriques.

« [Nous] favoriserons une électrification du parc automobile qui soit raisonnée, équitable, et respectueuse de l’environnement. Au-delà d’aides publiques aux particuliers, nous instaurerons un sur-amortissement pour les véhicules électriques de type collectif : bus, autopartage, taxis, VTC, véhicules de location. »

Considérer ces véhicules comme des poids lourds, et leur imposer les mêmes règles, aurait d’autres conséquences. On pense évidemment à la fluidité du trafic sur autoroute, et aux disparités dangereuses de vitesse. Pour les propriétaires de ces véhicules, enfin, il serait peu avantageux de payer l’autoroute pour y rouler à la même vitesse que sur le réseau secondaire.

|||

La note d’EELV laisse difficilement penser que les véhicules électrifiés, et en particulier les voitures électriques, échappent à cette nouvelle idée. En effet, la notion d’électrification « raisonnée » laisse penser que tous les véhicules seront mis dans la même catégorie.

Si c’est le cas, et que tout véhicule de plus de 1 500 kilos est considéré comme poids lourd, il s’agira d’un grand pas en arrière pour la promotion et les ventes de voitures électriques, qui pâtiront indéniablement de cette mesure. En effet, la Renault ZOE serait par exemple concernée avec ses 1 502 kilos.

Il en va de même pour les voitures hybrides rechargeables, qui dépassent elles aussi allègrement cette marque. On pense notamment au Renault Captur PHEV, un des plus petits gabarits du secteur, qui affiche 1 564 kilos sur la balance.

En voulant lutter contre la vitesse, EELV favoriserait surtout les véhicules plus âgés et à motorisation traditionnelle, qui dépassent rarement ce poids, sur un parc automobile qui est déjà plus daté que celui des pays voisins.

Alors que le marché de l’électrique souffre aujourd’hui d’infrastructures encore inadaptées, il serait difficile de rationaliser pour les propriétaires de voitures électriques l’obligation de perdre une grande partie des bénéfices à rouler sur l’autoroute.

]]>
Huawei : le géant chinois du high-tech mise sur la voiture électrique https://www.automobile-propre.com/breves/huawei-le-geant-chinois-du-high-tech-mise-sur-la-voiture-electrique/ Tue, 13 Apr 2021 12:38:20 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114704 ]]> L’armada chinoise gonfle à vue d’œil dans l’automobile. C’est désormais au tour de Huawei, spécialisée dans les télécommunications et le hi-tech, d’opérer un investissement massif. L’entreprise a annoncé un apport initial de 1 milliard de dollars, rapporte Bloomberg, soit environ 850 millions d’euros. Le but est de développer la technologie électrique, mais aussi celle liée à la conduite autonome.

Cependant, Huawei ne vendra pas directement de voitures sous sa marque. Le groupe souhaite se positionner en tant qu’équipementier, à la manière de Didi Chuxing avec BYD. Huawei s’associera initialement avec trois grands groupes automobiles partenaires : BAIC, Chongqing Changan et GAC.

Huawei se joint donc à une famille d’entreprises chinoises comptant sur l’automobile électrique. La semaine dernière, Xiaomi affirmait lancer des voitures « Mi », peu après les annonces de Baidu et Alibaba.

GAC Aion LX

Le constructeur GAC (ici avec son Aion LX), est un des partenaires de Huawei

]]>
Des Peugeot 208 électriques pour la police italienne https://www.automobile-propre.com/breves/des-peugeot-208-electriques-pour-la-police-italienne/ Tue, 13 Apr 2021 09:38:54 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114679 ]]> Une division de la police italienne a décidé de passer à l’électrique et a choisi des voitures françaises. La Peugeot e-208 va désormais équiper la Guardia di Finanza. Cette division est l’équivalent transalpin de la brigade financière et de la DIRECCTE en France.

La police italienne a donc reçu un premier modèle lors d’une cérémonie d’inauguration, et va en recevoir 30 autres. Les voitures bénéficient d’un contrat en location longue durée et arborent une peinture spéciale. Le gris sombre de la Guardia di Finanza côtoie ainsi des bandes et inscriptions jaunes.

Les citadines électriques reçoivent une peinture réfléchissante, trois gyrophares sur le toit et des phares LED à l’avant et à l’arrière. C’est Foccacia Group qui modifie ces voitures pour les mettre aux normes de la police. L’entreprise se spécialise dans la modification de voitures de police depuis plusieurs décennies.

C’est le deuxième modèle que la police italienne commande à Peugeot, après des SUV 3008 en 2019. En revanche, ce sont les premières voitures électriques que le constructeur français fournit à la police italienne. Sur le plan technique, rien ne change, puisque les e-208 embarquent le groupe motopropulseur de 100 kW (136 ch) et la batterie de 50 kWh, pour une autonomie de 340 km en cycle WLTP.

]]>
Connaissez-vous ces modes de recharge alternatifs pour voiture électrique ? https://www.automobile-propre.com/robots-v2v-focus-sur-les-modes-de-recharge-alternatifs/ Tue, 13 Apr 2021 09:00:03 +0000 Eric DUPIN https://www.automobile-propre.com/?p=114661 ]]> Robot chargeur

Différentes solutions émergent pour la recharge de véhicules électriques. Le point sur ces aides à l’électromobilité.

Il n’y a pas que les Superchargeurs, les stations Ionity ou les bornes de parkings pour recharger sa voiture électrique. Des solutions alternatives – et parfois inattendues – commencent à émerger, et elles pourraient bien dans un avenir proche réduire encore un peu l’inévitable range anxiety qui tenaille toujours certains électromobilistes. État des lieux.

V2V, la recharge de véhicule à véhicule

Variante du V2G (Vehicle to Grid), la recharge V2V permet comme son nom l’indique de recharger une voiture à partir d’une autre voiture, de façon extrêmement simple, reprenant la bonne vieille pratique du siphonnage de réservoir d’une voiture à l’autre, connue du temps déjà lointain de l’automobile dite « thermique ». Enfin, simple, façon de parler. Car si le principe semble évident (il existe déjà désormais entre smartphones), la mise en application technique de la charge bidirectionnelle n’est pas aussi facile (quoique…). Cela étant, certains constructeurs se sont déjà penchés sur la question, et promettent d’offrir prochainement ce service dans certains modèles, comme Hyundai avec le Kona. Certes, l’usage de ce type de dispositif sera occasionnel, mais l’idée de pouvoir dépanner un automobiliste à court d’énergie en lui envoyant un peu de jus quand on a les batteries pleines et une réserve de plusieurs centaines de kilomètres pour qu’il puisse rejoindre une borne de recharge est séduisante. Quitte à ce que le processus soit géré via une app (smartphone ou embarquée dans l’OS de la voiture) et permette même de facturer la prestation entre particuliers.

Recharge véhicule à véhicule v2v

Image : Insideevs

Le robot chargeur

Si tu ne viens pas au chargeur, c’est le chargeur qui viendra à toi. Voici, en quelques mots, résumée la philosophie de ce nouveau service mis au point par Aiways ou le français Mob-Energy, en cours d’expérimentation dans certains parkings de Lyon. Le principe est celui de la recharge mobile, qui permet avec une seule machine, donc un seul chargeur, de recharger plusieurs voitures à la suite pendant leur immobilisation, quelle que soit la place où elles sont garées dans le parking. Une solution qui offre davantage de flexibilité, tout en offrant une possibilité de recharge dans des lieux qui ne sont pas équipés de bornes. Un inconvénient cependant, celui de ne pouvoir charger qu’une voiture à la fois, donc un dispositif qui doit être vu comme complémentaire à une offre de recharge fixe.

Robit chargeur Charles

La station de recharge mobile

À l’instar d’une batterie externe pour smartphone que l’on utilise quand on est à court de jus et qu’on ne dispose pas de prise électrique à proximité, la station de recharge mobile permet de dépanner une voiture avec les batteries à plat sans avoir à déplacer un camion plateau. C’est par exemple ce que propose la start-up américaine SparkCharge avec ce système compact capable de fournir jusqu’à 25 km d’autonomie supplémentaire en 15 minutes, ce qui permet à un véhicule électrique d’ajouter un peu d’autonomie pour rejoindre la borne de recharge la plus proche. Le chargeur mobile « The Roadie » intègre des batteries cylindriques lithium-ion d’une capacité totale de 3,5 kWh et fonctionne avec une tension de 500 volts sous 40 ampères ce qui lui permet de recharger l’équivalent de 1,6 km par minute. Le chargeur peut tenir dans le coffre d’une voiture et il pèse moins de 23 kg. Une solution qui concernera davantage les dépanneurs que les particuliers.

Station recharge mobile

Les camions chargeurs

Essentiellement destinés aux sociétés de dépannage, ces « prolongateurs d’autonomie » peuvent se déplacer pour recharger rapidement un véhicule électrique en manque d’énergie. Dans un registre et un usage un peu différents, Audi et Porsche ont développé une solution de recharge rapide intégrée dans un container embarqué sur un camion. Audi a développé une solution mobile via un container de batteries ou modules usés. Délivrant jusqu’à 1,2 MW, celui-ci peut recharger jusqu’à 8 véhicules électriques simultanément. Quant à Porsche, la marque utilise un mégapack mobile embarquant 2,1 MWh de batteries, ce qui lui permet de recharger jusqu’à 10 véhicules simultanément. Baptisé Porsche Turbo Charging, ce système mobile a été conçu en partenariat avec la société allemande ADS-Tec. Il est installé à bord d’une remorque de poids lourd et embarque 2,1 MWh d’énergie, soit de quoi ravitailler l’équivalent de 30 Porsche Taycan. Le dispositif est utilisé par la marque lors d’évènements avec des clients.

Porsche chargeur mobile

Le partage de charge à domicile

Pour rouler l’esprit tranquille en électrique, pouvoir se reposer sur une communauté est un véritable atout. Fondée en partie sur l’idée du crowdsourcing, l’application PlugShare permet aux particuliers de référencer une borne de recharge privée (généralement celle de leur domicile) afin d’étoffer l’offre de fourniture d’électricité aux voyageurs de passage. Une façon de s’entraider entre électromobilistes, et d’en profiter pour partager des moments de convivialité pendant la recharge.

PlugShare

D’autres possibilités alternatives existent, comme les fameuses recharges à destination popularisées par Tesla puis maintenant par Porsche, ou encore les bornes de recharge au sein des réseaux de concessionnaires automobiles (Porsche également, mais bientôt de nombreux autres très probablement), sans parler des alternatives aux alternatives, à la fiabilité probablement plus discutable…

]]>
Volkswagen ID.6 : un nouveau teaser pour le grand SUV électrique https://www.automobile-propre.com/breves/volkswagen-id-6-un-nouveau-teaser-pour-le-grand-suv-electrique/ Mon, 12 Apr 2021 19:10:43 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114625 ]]> Volkswagen va présenter dans les prochains jours son nouveau modèle pour la Chine, l’ID.6. On a déjà pu voir le SUV électrique sans ses camouflages, mais la marque va le présenter officiellement à Shanghai.

L’ID.6 se déclinera en versions CROZZ et X. La première sortira des usines de la coentreprise FAW-Volkswagen, et la seconde de celles de SAIC Volkswagen. Quelques différences viendront marquer les deux modèles, sur le plan esthétique et dans les dimensions.

Conçu avec FAW, l’ID6. Crozz embarquera une batterie de 84,8 kWh sortie des usines de CATL. Il mesurera 4,89 mètres, soit 1,5 cm de plus que l’ID.6 X, qui gagnera 13 kilos sur la balance. Les deux SUV auront un moteur de 150 kW et une autonomie de près de 600 km.

Volkswagen n’a pas exclu la commercialisation de l’ID.6 aux États-Unis. Il pourrait aussi arriver en Europe s’il venait à rencontrer un fort succès dans l’Empire du Milieu.

]]>
Coup de frein sur la production de la Fiat 500 électrique https://www.automobile-propre.com/breves/coup-de-frein-sur-la-production-de-la-fiat-500-electrique/ Mon, 12 Apr 2021 14:44:43 +0000 Arnaud Marchal https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114644 ]]> Si la Fiat 500 électrique se vend très bien, le constructeur peine à se fournir en batteries pour réaliser l’assemblage de sa petite citadine qui a pourtant le vent en poupe en Italie.

La firme rencontre des difficultés d’approvisionnement en batteries comme elle l’indique dans un communiqué. Elle ne précise pas pour le moment la source de la pénurie. La Fiat 500 électrique utilise des cellules produites par Samsung SDI. La capacité de sa batterie est de 42 kWh. Une version d’entrée de gamme de la 500 avec une batterie de 23,8 kWh a été également annoncée en octobre dernier. Cette dernière n’est pas encore commercialisée.

À partir du 19 avril prochain, la production passera de 300 à seulement 210 voitures par jour dans son usine de Turin. Ainsi, une seule équipe assemblera la petite 500 au lieu de 2 en temps normal. La production de la déclinaison électrique de la Fiat 500 a débuté au début de l’année 2021. Elle a nécessité le recours à l’emploi de 160 intérimaires pour assurer la cadence d’assemblage liée à la forte demande.

Source : Electrive

]]>
The Boring Company : Les tunnels d’Elon Musk vont-ils décevoir ? https://www.automobile-propre.com/breves/the-boring-company-les-tunnels-delon-musk-vont-ils-decevoir/ Mon, 12 Apr 2021 14:15:44 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114641 ]]> Elon Musk s’est longtemps plaint des embouteillages dans les grandes villes telles que Los Angeles ou Las Vegas. Jusqu’au jour où il a commencé à parler d’un réseau de tunnels empruntables en voiture. C’est à partir de là qu’est née The Boring Company, une entreprise chargée de travailler sur cette idée.

Dans son état actuel, ce système de navettes utilise des voitures électriques, pour assurer l’absence d’émissions polluantes. Mais les médias conviés à la découverte des premiers tunnels construits à Las Vegas ont vécu une expérience teintée de déception.

Le concept initial prévoyait la création de plateformes automatisées et rapides, allant jusqu’à 250 km/h. Celles-ci devaient permettre à terme de relier deux stations entre elles en restant sous le niveau du sol. Musk avait même parlé d’un concept offrant des lignes entre différentes villes. Mais la réalité a été celle d’un tunnel de seulement 1 mile, soit 1,6 kilomètre, au cœur de Las Vegas. Et dans ce tunnel, une simple Tesla réalisant la traversée à une vitesse d’à peine 50 km/h…  Las Vegas prévoit environ 800 à 1 200 passagers par heure pour le premier tunnel, soit moins que ce que transporte une ligne de bus.

Il faut espérer pour The Boring Company que les futurs tunnels seront plus efficaces. En attendant, le grand projet promis par Musk ne semble pas se matérialiser.

]]>
Nissan va lancer un SUV compact électrique équivalent au Juke https://www.automobile-propre.com/breves/nissan-va-lancer-un-suv-compact-electrique-equivalent-au-juke/ Mon, 12 Apr 2021 13:34:16 +0000 Arnaud Marchal https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114635 ]]> Ce SUV compact va utiliser l’architecture CMF-EV qui sera également la base du Nissan Ariya. Elle sera aussi utilisée, dans le cadre de l’Alliance, par son futur cousin de chez Renault. Comme l’a rappelé Helen Perry à Auto Express l’année dernière, le développement d’une nouvelle plateforme électrique est onéreux. La CMF-EV a été conçue dès le départ pour servir à la réalisation de plusieurs véhicules dans le cadre de l’Alliance.

Du côté de la motorisation, le petit SUV de Nissan aura recours au système de traction e-4ORCE. À transmission intégrale, ce système a été développé par la marque pour l’Ariya. Il utilise des moteurs électriques indépendants montés sur les essieux avant et arrière. Le futur SUV compact de Nissan sera également proposé en simple traction. Plus abordable, cette déclinaison sera probablement la plus vendue.

En reposant sur une plateforme dédiée à la motorisation électrique, le futur remplaçant électrique du Juke devrait offrir, pour des dimensions assez similaires, un habitacle bien plus spacieux.

Les responsables du projet chez Nissan affirment que, face à la multitude de modèles qui vont être proposés dans les années à venir, la différence se fera sur le style. Le design va devenir un élément clef des futures productions Nissan, afin de marquer la différence face à la concurrence.

Source : Auto Express UK

]]>
Des Hyundai Ioniq et Kona électriques pour Uber en Europe https://www.automobile-propre.com/breves/des-hyundai-ioniq-et-kona-electriques-pour-uber-en-europe/ Mon, 12 Apr 2021 12:03:20 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114624 ]]> Uber accélère son électrification en Europe. Visant un objectif de 50 % de véhicules électriques d’ici 2025 dans l’Hexagone, la compagnie américaine se tourne vers Hyundai. Les deux entreprises révèlent un partenariat visant à proposer « des milliers de Kona et Ioniq électriques » à tarifs préférentiels aux chauffeurs de la plate-forme. La marque n’a toutefois pas précisé la remise dans les 6 pays concernés, dont la France.

Pour Hyundai, le contrat conclu avec Uber est à la fois une belle exposition de sa gamme électrique et un bon moyen de booster ses ventes. Outre les actuelles Kona et Ioniq, une nouvelle génération d’électriques arrive chez la marque coréenne. La marque a présenté l’Ioniq 5, et prévoit la berline Ioniq 6 en 2022, puis le SUV Ioniq 7 en 2023. L’objectif de Hyundai est de vendre 670 000 véhicules électriques et hydrogènes dans le monde, d’ici 2025.

Hyundai Kona électrique 2020

Le Hyundai Kona électrique, bientôt chouchou d’Uber ?

]]>
Loi Climat : les ventes de voitures à plus de 123 g de CO2/km interdites dès 2030 https://www.automobile-propre.com/loi-climat-les-ventes-de-voitures-a-plus-de-123-g-co2-km-interdites-des-2030/ Mon, 12 Apr 2021 10:30:27 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?p=114593 ]]> Interdiction voitures croix rouge

La Loi Climat interdira les voitures neuves les plus polluantes en France, ainsi que les poids lourds diesel d’ici 2040.

Connue sous le nom de « Loi Climat », la loi contre le dérèglement climatique serre la vis pour l’automobile. Ce week-end, l’Assemblée nationale a adopté l’article 25 de la section « Se déplacer » (dédiée aux transports). Dans celui-ci, l’alinéa 2 est très clair : « D’ici le 1er janvier 2030, la fin de la vente des voitures particulières neuves émettant plus de 123 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre selon la norme WLTP ». Pourquoi cette barrière de 123 g/km de CO2 ? Difficile de dire, mais c’est le taux où le malus démarrera en 2023, contre 133 g/km actuellement.

Quelles voitures seront interdites ?

Le texte vise les modèles les plus polluants, déjà assujettis à un malus pouvant atteindre 30 000 euros. Il faudra dire adieu à la classique Rolls-Royce Phantom, à la Ferrari Roma ou au Mercedes-AMG Classe G63.

Cela comprend donc les voitures sportives, de luxe, gros SUV, mais pas seulement. On peut y inclure des plus modestes Ford Mondeo Hybride (128 g/km), Renault Mégane essence 115 ch (134 g/km) ou un Citroën C3 Aircross 130 ch (141 g/km).

Heureusement, les constructeurs s’organisent déjà. La plupart des modèles vont disparaître ces prochaines années, au profit de voitures hybrides, rechargeables ou électriques. Exemple, Mini va devenir une marque 100 % électrique en 2030, tout comme Ford en Europe.

Rolls-Royce 102 EX Concept 2011

La Rolls-Royce Phantom va devoir passer à l’électrique pour survivre

Les véhicules lourds aussi !

Les parlementaires ont adopté une autre mesure d’importance ce samedi 10 avril. L’amendement 7205 ajoute « une fin des ventes de véhicules lourds neufs affectés au transport de personnes ou marchandises utilisant majoritairement des énergies fossiles, d’ici à 2040 ». Les élus précisent que le « majoritairement » concerne le diesel, mais pas les biocarburants. Ces derniers font partie des énergies d’avenir du gouvernement, comme l’électrique et l’hydrogène.

Bus electrique Marseille Volvo

Un des autobus électriques testés à Marseille.

]]>
Citroën C5 X hybride rechargeable : tout savoir sur la nouvelle berline aux chevrons https://www.automobile-propre.com/citroen-c5-x-hybride-rechargeable-tout-savoir-sur-la-nouvelle-berline-aux-chevrons/ Mon, 12 Apr 2021 09:18:02 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?p=114602 ]]>

Après plusieurs années d’absence, Citroën revient sur le segment des grandes berlines avec la nouvelle C5 X.

Disparue du catalogue de Citroën depuis 2017, la C5 fait son grand retour. Officialisée ce lundi 12 avril, la nouvelle génération hérite d’un nouveau badge « X » qui souligne un look typé crossover et rappelle les grandes années du constructeur.

Une berline aux allures de break

En matière de design, cette nouvelle C5 X reprend sans surprise les éléments de style des derniers modèles de la marque. Si elle reste catégorisée parmi les grandes berlines, la C5 X arbore un look plutôt hybride. Les grandes jantes et les passages de roue protégés sont ainsi un clin d’œil au monde du SUV tandis que le hayon surélevé s’inspire de l’univers du break. Une configuration qui permet de porter la capacité du coffre à 545 litres (495 l sur la version hybride).

Au niveau du gabarit, cette nouvelle Citroën C5 gagne quelques centimètres par rapport à sa devancière avec 4,81 m de long (+3 cm), 1,87 m de large (+ 1 cm) et 1,49 m de haut (+3 cm).

Longueur 4 805 mm
Hauteur 1 485 mm
Largeur 1 865 mm
Empattement 2 785 mm

À l’intérieur, on retrouve aussi l’ambiance des derniers modèles du constructeur. 100 % numérique, l’instrumentation 7 pouces est complétée par un ordinateur de bord tactile de 12 pouces (10 pouces en entrée de gamme) et un dispositif d’affichage tête haute. Ne cédant pas à la mode du « tout tactile », la nouvelle C5 X conserve de nombreux boutons physiques.

Un système hybride rechargeable de 225 chevaux

Fidèle à la philosophie « The Power of Choice » du groupe tricolore, la nouvelle C5 X propose aux côtés des classiques versions thermiques une déclinaison hybride rechargeable. Celle-ci puise sa configuration dans les autres modèles du groupe et embarque un système de 225 chevaux.

Les caractéristiques n’ont pas été détaillées, mais devraient être similaires à celles du C5 Aircross. On devrait ainsi retrouver à bord de la nouvelle berline française un bloc essence PureTech de 180 ch (132 kW) couplé à un moteur électrique de 110 chevaux. En mode électrique, la C5 X hybride rechargeable promet plus de 50 km d’autonomie via une batterie dont la capacité devrait tourner autour de 13 kWh.

Commercialisation attendue au second semestre 2021

Assemblée en Chine où le segment des grandes berlines est bien plus dynamique qu’en Europe, la nouvelle Citroën C5 X entamera sa commercialisation dans le courant du second semestre 2021.

En matière de tarifs, la nouvelle Citroën C5 X hybride rechargeable devrait être positionnée à plus de 40 000 € dans sa version de base.

]]>
Voiture électrique : de nouvelles règles pour faciliter la charge en copropriété https://www.automobile-propre.com/voiture-electrique-de-nouvelles-regles-pour-faciliter-la-charge-en-coproprietes/ Mon, 12 Apr 2021 07:38:56 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?p=114583 ]]>

Dans le cadre de son projet de loi sur le dérèglement climatique, le gouvernement vient de faire adopter un nouvel amendement visant à simplifier le déploiement des bornes de recharge en copropriétés.

À l’Assemblée nationale, le véhicule électrique était au cœur des débats du projet de loi contre le dérèglement climatique. Discuté dans la nuit du vendredi 9 au samedi 10 avril, celui-ci prévoit un certain nombre de mesures visant à faciliter le déploiement des infrastructures de recharge. Outre l’introduction de quotas obligatoires pour les parkings publics, les députés ont acté la mise en place de nouvelles règles de financement pour les copropriétés.

Lever le frein du coût collectif

Porté par le gouvernement et adopté ce vendredi 9 avril par les députés, l’amendement 5366 vise à lever les freins liés au coût de raccordement des infrastructures collectives.

« Certains copropriétaires peuvent être réticents à porter une partie des coûts de raccordement alors qu’ils n’ont pas encore de besoin propre de recharge », souligne le gouvernement dans son exposé. Un constat similaire au sein des immeubles monopropriétaires où le bailleur ne voit généralement pas l’intérêt d’engager le déploiement d’une infrastructure collective pour des occupants locataires.

Un raccordement préfinancé

Afin que les copropriétés n’aient plus à supporter le coût des travaux, le gouvernement prévoit la création d’un nouveau mécanisme de financement. Grâce à une modification du code de l’énergie, le coût des travaux de raccordement serait couvert par le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE) « dans le cas où le propriétaire ou la copropriété choisirait d’installer une infrastructure collective de recharge relevant du réseau public ». Chaque copropriétaire ou locataire sera ensuite libre d’installer une borne à ses frais.

« Les utilisateurs de cet équipement compenseront cette charge en s’acquittant d’une contribution additionnelle dont les modalités de détermination seront précisées par décret après avis de la Commission de l’énergie », fait savoir le gouvernement. Une contribution qui sera calculée en fonction de la puissance demandée, du nombre d’emplacements de stationnement accessibles à l’infrastructure du réseau public et des projections d’équipement à long terme.

Sur le volet décisionnel, le gouvernement entend également simplifier le process. En assemblée générale, l’installation de cette infrastructure collective passerait ainsi à la « majorité simple ».

]]>
Hybride rechargeable : le top des immatriculations au premier trimestre 2021 https://www.automobile-propre.com/breves/hybride-rechargeable-le-top-des-immatriculations-au-premier-trimestre-2021/ Sun, 11 Apr 2021 09:03:24 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114574 ]]> Comme le reste du marché automobile, l’hybride rechargeable a connu un début d’année difficile. Après avoir enregistré 8 820 et 9 097 immatriculations en janvier et février, le marché est reparti à la hausse en mars avec 14 145 unités écoulées.

Sur les trois premiers mois de l’année, les voitures hybrides rechargeables cumulent 31 462 immatriculations. Le segment devance de peu celui des voitures 100 % électriques qui totalise 30 489 immatriculations sur la même période.

La Peugeot 3008 en tête

Déjà reine du marché en 2020, la Peugeot 3008 hybride rechargeable continue d’occuper la première place du marché tricolore. Totalisant 4 088 immatriculations, le SUV du lion devance largement la version branchée du Renault Captur, immatriculée à 2 731 exemplaires sur la même période. Arrivent deux autres modèles tricolores. Le Citroën C5 AirCross complète le podium avec 1 839 immatriculations tandis que la DS 7 hybride rechargeable termine quatrième avec 1 398 exemplaires écoulés.

Du côté des autres modèles, le Mercedes GLC et le Volvo XC40 hybrides rechargeables sont les seuls à franchir le cap des 1 000 unités écoulées au premier trimestre. Sur la période, ils totalisent respectivement 1 377 et 1 191 immatriculations.

Hybride rechargeable – Top 20 des immatriculations en France – 1er trimestre 2021 – Source : Avere France

Aller plus loin :

]]>
Le Porsche Cayenne pourrait bientôt devenir électrique https://www.automobile-propre.com/breves/le-porsche-cayenne-pourrait-bientot-devenir-electrique/ Sun, 11 Apr 2021 06:33:03 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114555 ]]> La grande bascule est en route chez Porsche. Après la Taycan, premier modèle 100 % électrique, la motorisation va se généraliser sur de nombreux autres modèles. Ça sera notamment le cas de la prochaine génération de Porsche Macan. Son grand frère, le Porsche Cayenne, ne serait pas une exception et recevrait lui aussi un moteur électrique et une batterie.

Cette rumeur a directement été lancée par une source interne auprès de nos confrères d’Autoweek. D’après cette dernière, le Porsche Cayenne deviendrait lui aussi entièrement électrique. La raison : l’arrivée de Stefan Weckbach, ancien chef de projet Porsche Taycan, à la tête du projet Cayenne.

Un Porsche Cayenne électrique sur une plateforme MLB Evo ?

L’adoption de cette motorisation électrique par le Porsche Cayenne sera inévitable dans le paysage règlementaire actuel. Reste à connaître l’échéance.

Car si cette source semble enfoncer des portes ouvertes, aucune indication supplémentaire n’a été communiquée sur un quelconque calendrier de sortie. Rappelons que la troisième génération de Porsche Cayenne, qui a vu le jour en 2018, ne sera pas remplacée avant 2025/2026. Sa plateforme MLB Evo pourrait donc recevoir une motorisation électrique, avec une architecture partagée avec l’Audi e-Tron.

]]>
Les parkings publics seront obligés de proposer des bornes de recharge https://www.automobile-propre.com/les-parkings-publics-seront-obliges-de-proposer-des-bornes-de-recharge/ Sat, 10 Apr 2021 15:25:10 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114557 ]]>

Afin de soutenir le développement de la mobilité électrique, l’Assemblée nationale vient de voter la mise en place de bornes de recharge dans tous les parkings publics.

Si près de 80 % de conducteurs de voitures électriques rechargent à domicile, le développement de la technologie est principalement conditionné par la disponibilité des bornes de recharge publiques. Pour favoriser le développement de la mobilité propre, l’Assemblée nationale a validé l’installation de points de recharge dans les parkings publics.

C’est Jean-Baptiste Djebbari, le ministre chargé des transports, qui a annoncé la nouvelle sur son compte Twitter. D’après l’homme politique, l’Assemblée nationale a ainsi voté la mise en place de bornes de recharge dans tous les parkings publics du territoire.

Un point de recharge par tranche de 20 places disponibles

Dans le détail, l’Assemblée a adopté un amendement proposé par le député LREM Jean-Marc Zulesi. Le texte stipule ainsi que « les parcs de stationnement gérés en délégation de service public ou via un marché public de plus de vingt emplacements disposent, au renouvellement de la délégation ou du marché, d’au moins un point de recharge pour les véhicules électriques et hybrides rechargeables situé sur un emplacement dont le dimensionnement permet l’accès aux personnes à mobilité réduite ».

Les parcs de stationnement seront par ailleurs obligés d’installer un point de recharge par tranche de 20 emplacements, « sauf si des travaux importants d’adaptation du réseau électrique ou de sécurité incendie sont nécessaires pour remplir cette obligation ». Cette loi laisse le champ libre aux collectivités de répartir les points de recharge dans les différents parkings publics de leur territoire selon les besoins des usagers ou les coûts d’aménagement entre autres.

Une obligation à respecter avant 2025

Alors que J.-M. Zulesi envisageait l’installation des équipements au fil des renouvellements des délégations de service public (DSP), le gouvernement a de son côté apporté un sous-amendement afin de préciser une date butoir. Ainsi, les parkings publics auront pour obligation de s’équiper d’ici au 1er janvier 2025.

Si les textes de loi ont été adoptés, aucune information supplémentaire n’est disponible pour l’heure.

]]>
Tesla Model 3 : une étonnante version à 151 km d’autonomie au Canada https://www.automobile-propre.com/breves/tesla-model-3-une-etonnante-version-a-151-km-dautonomie-au-canada/ Sat, 10 Apr 2021 14:32:42 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114549 ]]> La grille tarifaire des véhicules Tesla est la plus évolutive du marché. Et c’est notamment le cas de celle de la Model 3, le véhicule de la marque le plus vendu à travers le globe. Mais pour répondre aux critères des primes gouvernementales, la marque américaine serre un peu plus les prix en trouvant de nouvelles parades. Cela a notamment été le cas en début d’année en France où la baisse de prix de la berline a permis à certains clients d’accéder au bonus de 7 000 €.

Cette nouvelle partie de yoyo tarifaire se retrouve aujourd’hui sur le catalogue canadien de la Tesla Model 3. Un marché où le gouvernement autorise une aide financière pour toute acquisition d’une voiture électrique avec un prix de base inférieur à 45 000 $ (avant frais de livraison) et un prix de vente inférieur à 55 000 $ après options.

Une autonomie limitée pour une économie de 6 601 $

Afin de rentrer dans les critères d’attribution de la prime canadienne, Tesla a dévoilé une nouvelle version de la Model 3. Mais pas question d’offrir une version sans contrepartie : pour bénéficier des aides locales, les clients devront choisir la Tesla Model 3 Autonomie Standard en cochant la nouvelle déclinaison, qui limite l’autonomie à 151 km et supprime de fait l’Autopilot (en option au prix de 4 000 $). Le prix de vente dégringole alors à 44 999 $.

La stratégie de Tesla est étonnante : d’après le site du gouvernement canadien, les versions plus coûteuses de ces voitures sont aussi admissibles, dans la limite d’un prix de vente de 55 000 $. Avec un prix de 51 600 $ avant frais divers, la Tesla Model 3 Autonomie Standard Plus, équipée de l’Autopilot et profitant d’une autonomie de 423 km, peut donc bénéficier de l’aide de 5 000 $. La différence entre ces deux versions est donc de 6 601 $, alors que l’autonomie perd 272 km !

]]>
Tesla Model 3 : dans quelles régions se vend-elle le plus ? https://www.automobile-propre.com/breves/tesla-model-3-dans-quelles-regions-se-vend-elle-le-plus/ Sat, 10 Apr 2021 10:55:13 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114411 ]]> Ni la Renault ZOE ni la Peugeot e-208 n’ont dominé les ventes de voitures électriques en 2021. C’est une étrangère, la Tesla Model 3, qui a ravi le trône au premier trimestre. Totalisant 5 763 immatriculations les 3 premiers mois de l’année, la berline d’Elon Musk affiche toutefois des résultats très différents d’une région à l’autre. C’est que révèle Capital qui, grâce aux données d’AAA-Data, dresse la liste des territoires où la Model 3 a été populaire.

Largement en tête avec 1 414 immatriculations, l’Île-de-France représente quasiment un quart des l’ensemble des Model 3 écoulées dans l’Hexagone. Arrivent ensuite les régions Auvergne Rhône Alpes et Sud (Provence-Alpes-Côte d’Azur) avec respectivement 787 et 773 unités écoulées.

Retrouvez tous les résultats par région de la Tesla Model 3 dans la carte ci-dessous.

Essai Tesla Model 3 2021

La Tesla Model 3 est n°1 des électriques en France, mais pas dans toutes les régions

 

]]>
Hyundai Ioniq 5 : peut-elle faire face au Skoda Enyaq iV ? https://www.automobile-propre.com/hyundai-ioniq-5-peut-elle-faire-face-au-skoda-enyaq-iv/ Sat, 10 Apr 2021 09:37:26 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?p=114062 ]]>

Sous sa forme de compacte, la Ioniq 5 arrive sur le segment des SUV électriques. Elle y fera notamment face au Skoda Enyaq iV. De quoi lancer un premier comparatif sur le papier.

L’électrification totale arrive en masse chez les constructeurs généralistes. Si Hyundai maîtrise la question depuis quelques années déjà avec une Ioniq Electric et un Kona Electric convaincants, Skoda ouvre une nouvelle page de son histoire : l’Enyaq iV est le premier SUV électrique de la firme. Les ambitions sont grandes du côté de Mlada Boleslav. Mais le segment se densifie et de nombreuses nouveautés arrivent. Du côté des marques coréennes, Hyundai passe la seconde avec une Ioniq 5 à la fiche technique étonnante.

Style : Hyundai maîtrise la définition du design

S’allongeant sur 4,64 mètres, la Ioniq 5 entre plus facilement dans le viseur de sa cousine, la Kia EV6, ainsi que dans celui de la Polestar 2. Un petit groupe de voitures qu’on peut facilement regrouper dans la niche des « hésitantes » : ni SUV, ni compacte, ni berline, on ne sait plus trop où les ranger. Et c’est notamment le cas de la Ioniq 5, qui trompe son monde avec une silhouette de berline compacte qui cache bien des dimensions étirées. Cela n’est pas le cas du Skoda Enyaq iV, finalement plus classique dans sa présentation et directement identifiable comme un SUV.

Une question de forme donc, mais le design n’est jamais rien d’autre que l’union de la forme et la fonction. Et sur ce terrain, la Ioniq 5 en est la parfaite définition. Le bureau du style alors dirigé par Luc Donkerwolke a retenu les trajectoires habituelles des lignes des compactes, qui maintiennent leurs dimensions afin de favoriser l’espace habitable. En résulte alors une voiture dotée d’un empattement de 3,0 mètres, équivalent à celui d’une Audi A8 ou Q7, et à 25 mm de celui d’un Ford Explorer PHEV ! De son côté, le Skoda Enyaq iV mesure 4,65 mètres pour un empattement de 2,77 mètres.

Ioniq 5 Enyaq
Longueur 4 635 mm 4 649 mm
Largeur 1 890 mm 1 879 mm
Hauteur 1 605 mm 1 616 mm
Empattement 3 000 mm 2 770 mm

Habitabilité : en 1re classe dans la Ioniq 5

En matière d’habitabilité, pas de surprise : la Ioniq 5 est un salon sur roues. Les premiers clichés laissent apparaître un cocon clair et lumineux avec des assises dignes des classes aéronautiques supérieures. Le tout habillé de matériaux recyclés. Le coffre cube 531 litres en configuration 5 places et peut grimper à 1 591 litres. S’ajoute aussi un compartiment à l’avant de 24 ou 57 litres selon la configuration mécanique retenue.

Le Skoda Enyaq iV affiche une présentation épurée, mais avec une architecture intérieure finalement plus habituelle. La présentation ne manque pas d’intérêt, notamment avec la console centrale, certes moins originale, mais qui participe parfois au maintien dans les courbes. Côté coffre, le SUV rejette tout à l’arrière avec une unique malle comprise entre 585 et 1 710 litres.

Batteries : plus de choix chez Skoda

Les deux protagonistes faisant partie de la seconde génération de voitures électriques, elles font confiance à des plateformes spécialement et uniquement conçues pour la motorisation électrique. Le Skoda Enyaq iV repose sans surprise sur l’unité MEB du groupe Volkswagen alors que la Ioniq 5 étrenne l’inédite e-GMP, autrement plus prometteuse sur le papier.

Dans les deux cas, plusieurs batteries seront proposées aux clients ainsi que deux types de transmissions. Chez Hyundai, la Ioniq 5 sera disponible avec des batteries de 58 kWh ou 72,6 kWh, avec deux roues motrices ou une double motorisation à transmission intégrale. L’Enyaq offre un catalogue plus généreux, que nous avons déjà analysé dans les moindres détails avec notre guide d’achat. Rappelons qu’il peut embarquer des batteries de 52 kWh, 58 kWh et 77 kWh. Mais seule la version haut de gamme 80 iV sera éligible à la transmission intégrale.

Le spectre de puissance de la Ioniq 5 s’allonge entre 170 ch pour 350 Nm de couple à 306 ch (addition des puissances des moteurs avant et arrière) pour 605 Nm de couple. Le 0-100 km/h réclame alors entre 8,5 secondes et 5,2 secondes, alors que la vitesse maximale est dans tous les cas bridée à 180 km/h. La culture de la vitesse n’est pas au rendez-vous non plus avec l’Enyaq iV, qui se bride à 160 km/h (hors iV RS et ses 180 km/h). Les puissances sont comprises entre 150 ch et 306 ch, mais les accélérations ne s’annoncent pas démoniaques : il faut tabler sur 11,4 secondes avec l’entrée de gamme et 6,2 secondes avec la plus puissante des versions.

 

Autonomie et recharge : l’Enyaq moins gourmand, mais la Ioniq plus rapide aux bornes

En revanche, ces deux véhicules électriques sont attendus au chapitre autonomie. Hyundai n’a toujours pas annoncé le détail des autonomies de toutes les versions. Seule une valeur de 460 km a été communiquée, qui concerne donc la grosse batterie. Skoda est plus précis, en indiquant les rayons d’action de chacune des déclinaisons. Si la gamme s’ouvre avec 340 km, l’Enyaq iV 80 à deux roues motrices peut viser les 534 km (données affichées sur les sites respectifs). Avantage au Skoda avec une consommation moyenne de 14,42 kWh/100 km contre 15,78 kWh/100 km pour la Ioniq 5.

Mais la Hyundai sort l’artillerie lourde au rayon recharge : grâce au système 800 volts de sa configuration, elle peut viser les 220 kW de puissance sur les bornes de recharge rapide. Impossible pour l’Enyaq iV de lui tenir tête avec « seulement » 125 kW de puissance maximale. Face au chrono, Skoda annonce un plein de 5 à 80 % en 40 minutes et Hyundai annonce un 0 à 80 % en 18 minutes. Les puissances de recharges AC ne sont pas encore connues pour la Ioniq 5, mais elles devraient faire jeu égal avec l’Enyaq iV et ses 11 kW.

Tarif : un rapport prix/prestation sans doute à l’avantage de la Ioniq 5

La Coréenne est aussi avare en informations à l’heure actuelle concernant sa grille tarifaire. Le premier prix connu n’est autre que celui de l’édition limitée de lancement (3 000 ex.) Project 45 suréquipée, affichée au prix de 55 900 €. Il s’agit là de la version la plus puissante et dotée de la grosse batterie. En tout état de cause, la grille tarifaire conventionnelle ne devrait pas dépasser ce tarif.

Ce qui devrait tout de même se traduire dans un premier temps par des prix à peine supérieurs à ceux pratiqués par Skoda. Car si le SUV débute au prix de 36 050 €, la version 80 peut toucher les 47 790 € ou même 50 330 € en finition Sportline. À n’en pas douter, les déclinaisons à transmission intégrale devraient se montrer plus onéreuses que celles de la Ioniq 5.

Rendez-vous sur les routes pour un comparatif réalisé par nos soins. En attendant, nous sommes davantage attirés par la Ioniq 5 grâce à son design original qui sert la fonction et sa puissance de recharge DC qui permet d’envisager sereinement les voyages.

Et vous, laquelle des deux vous intéresse le plus ?

]]>
Essai Porsche Taycan propulsion : que vaut l’entrée de gamme électrique de Porsche ? https://www.automobile-propre.com/essai-porsche-taycan-propulsion-que-vaut-lentree-de-gamme-electrique-de-porsche/ Fri, 09 Apr 2021 16:33:12 +0000 La Redaction https://www.automobile-propre.com/?p=114510 ]]>

Quatrième variante de la sportive électrique allemande après la Turbo S, la Turbo et la 4S, la Taycan propulsion se veut la moins chère des Porsche électriques. Que vaut-elle dans la réalité ? La réponse dans notre essai !

Arrivée fin 2019 sur le segment de la voiture électrique, la Porsche Taycan est disponible depuis quelques semaines dans une nouvelle déclinaison d’entrée de gamme. Tout simplement baptisée « Taycan », celle-ci reprend le même gabarit que les autres modèles de la gamme et se distingue par sa configuration en « simple » propulsion.

Jusqu’à 350 kW

Installé sur l’essieu arrière, le moteur développe jusqu’à 476 chevaux de puissance maximale (350 kW) pour un couple allant jusqu’à 357 Nm.

Si le modèle de base intègre une batterie 79,2 kWh, notre version d’essai profite de l’option Performance+. Celle-ci porte la capacité du pack à 93,4 kWh, dont 83,7 kWh utiles. La fiche technique annonce 479 km d’autonomie en cycle WLPT.

Côté recharge, cette Taycan intègre de série un chargeur embarqué de 11 kW. Moyennant 1 680 € de plus, il sera possible d’opter pour du 22 kW. Côté charge rapide, le modèle de Porsche recourt au standard Combo et autorise jusqu’à 270 kW de puissance. De quoi assurer une recharge de 0 à 80 % en 30 minutes environ.

À hayon électrique, le coffre cumule 407 litres de volume de chargement et profite également d’une banquette rabattable en trois parties. Sous le capot, la Taycan dispose d’un second espace de rangement. Très volumineux, il offre 84 litres de volume.

À l’arrière, les passagers disposent d’un bel espace aux jambes, mais devront composer avec une visibilité réduite par les imposants sièges de devant. Plutôt costaud, le tunnel de servitude limite le confort de la place du milieu. Celle-ci ne pourra d’ailleurs être utilisée qu’en remettant la main à la poche, la ceinture centrale étant facturée 480 € en option.

À l’intérieur de la Taycan

Tout cuir et évidemment optionnel, l’intérieur de cette Taycan est plutôt élégant et les finitions de bien meilleure facture que celles proposées sur les modèles de Tesla. Sur la partie numérique, Porsche nous gâte. À l’instrumentation numérique et l’ordinateur de bord (compatible Android Auto et Apple CarPlay) s’ajoute un autre écran. Placé en position verticale, il permet de régler les différentes fonctions de confort comme la climatisation ou les sièges chauffants. Via une option facturée 1 032 euros, le passager pourra même bénéficier de son propre écran tactile.

Au niveau des rangements, la sportive allemande ne joue évidemment pas dans la même cour qu’un Scenic. On retrouve deux porte-gobelets et un accoudoir central intégrant chargeur par induction, prises 12 volts et USB-C. Les contre-portes ne sont pas immenses, mais suffisantes pour y loger une petite bouteille d’eau et la boîte à gants assez profonde pour y ranger des documents.

En matière d’ergonomie, la Taycan n’est pas aussi bien qu’une Tesla ou qu’une Volvo XC40

Une vraie voiture de sport

Malgré sa configuration en propulsion, la Taycan offre de quoi s’amuser et affiche un vrai comportement de voiture de sport. Sur les petites routes avec le mode Sport+ activé, la direction est extrêmement précise et la tenue de route impeccable, l’intégration des batteries sous le plancher contribuant à rabaisser le centre de gravité. Grâce aux suspensions pneumatiques, la stabilité est parfaite et les 2 130 kilos du véhicule ne se font pas sentir.

Sur la Taycan, les différents modes de conduite peuvent être sélectionnés via une petite molette située sur la partie droite du volant. Chaque mode influence les performances, mais aussi le réglage des suspensions et de la garde au sol. La voiture de Porsche restant assez basse, il faudra prendre garde aux dos d’âne.

21 kWh/100 km de moyenne sur autoroute

Malgré une sellerie relativement ferme, cette Porsche Taycan est sans doute l’une des berlines électriques les plus agréables pour les longs trajets. En matière d’accélération, le constructeur annonce un 0 à 100 km/h franchi en 5,4 secondes. C’est 1,4 s de moins qu’une Taycan 4S, mais largement suffisant pour s’insérer sur les grands axes.

Disponible en option, le régulateur actif se met en route par le biais d’une petite commande située à gauche du volant. Grâce à la fonction Porsche InnoDrive, la Taycan s’adapte au trafic, mais aussi aux panneaux de limitation de vitesse. L’intensité de la régénération est aussi automatiquement régulée en fonction des conditions. Au final, le système de Porsche nous paraît plus pertinent que le dispositif FSD de Tesla, loin d’être totalement au point.

L’insonorisation est excellente. Malgré la présence des jantes optionnelles de 20 pouces, on n’entend pas de bruit de roulement et quasiment pas de bruits d’air. Un confort qui s’explique en partie par la présence du double vitrage latéral, facturé plus de 1 800 euros.

Avec le régulateur de vitesse et le mode « Range » activés, nous bouclons notre essai sur autoroute avec une consommation moyenne de l’ordre de 21 kWh/100 km. De quoi tabler sur une autonomie de près de 400 kilomètres sur autoroute avec notre grosse batterie. En roulant plus fort, notre moyenne bondit à 26 kWh/100 km, ce qui équivaut à environ 300 km.

Ce long trajet en Porsche Taycan était aussi l’occasion de tester la charge rapide. Sur une borne Ionity, nous sommes montés à 250 kW en crête. Une valeur proche des 270 kW annoncés par le constructeur.

Des options qui font vite grimper la note

Côté tarif, la Taycan est une vraie Porsche. Il faudra ainsi ajouter au prix de base de (très) nombreuses options qui feront très vite grimper la note.

Batterie Performance + (5 772 €), système InnoDrive (3 096 €), vision 360 (1 428 €), peinture bleue métallisée (1 104 €), jantes aéro 20 pouces (2 172 €) et suspension pneumatiques à hauteur variable (2 178 €)… notre modèle d’essai compte plus d’une vingtaine d’options à ajouter aux 86 254 € du modèle de base. Au final, notre Taycan d’essai grimpe à plus de 121 000 €. Un prix équivalent à celui d’une Tesla Model S Plaid, bien plus performante avec sa configuration à trois moteurs électriques.

]]>
Toyota BZ4X concept : le premier SUV électrique de la famille BZ https://www.automobile-propre.com/breves/toyota-bz4x-concept-le-premier-suv-electrique-de-la-famille-bz/ Fri, 09 Apr 2021 11:37:17 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114459 ]]> L’attente se fait pressante pour découvrir le prochain concept électrique de Toyota. Mi-mars, la marque dévoilait un vague teaser. Avec une forme sous un voile, dans un décor virtuel futuriste, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent.

À quelques jours de la présentation officielle, de nouvelles informations font leur apparition. On apprend ainsi que le concept se nommera Toyota BZ4X et qu’il sera très proche de la version de série prévue pour 2022.

Signifiant « Beyond Zero », soit « au-delà de zéro », BZ désignera la nouvelle famille de voitures électriques Toyota. Les berlines et compactes iront de BZ1 à BZ5, et les SUV/crossovers de BZ1X à BZ5X.

Des cousins attendus chez Lexus et Subaru

Ces voitures reposeront sur la plateforme électrique e-TNGA du groupe Toyota. Cette dernière sera aussi utilisée sur les modèles Lexus, dans l’esprit du concept LF-X. Partenaire de Toyota, Subaru reprendra aussi la plateforme et devrait lancer un clone du Toyota BZ4X en 2022.

Toyota BZ4X Concept 2021

Ce véhicule montré en 2020 pour illustrer la plateforme e-TNGA pourrait être le Toyota BZ4X.

]]>
CyberLandr dévoile une cellule solaire pour le Tesla Cybertruck https://www.automobile-propre.com/breves/cyberlandr-devoile-une-cellule-solaire-pour-le-tesla-cybertruck/ Fri, 09 Apr 2021 10:27:44 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114447 ]]> Le Tesla Cybertruck sera le prochain utilitaire électrique de la marque californienne. Mais alors qu’il prend du retard sur son planning (notamment sur sa date de présentation avec un « nouveau » design), le Cybertruck intéresse de près les préparateurs. C’est le cas de CyberLandr, qui dévoile sa nouvelle cellule tout équipée.

Alors que Tesla s’est déjà prononcé furtivement sur les possibilités de camping avec le Cybertruck à travers une image, CyberLandr pousse encore plus loin la présentation de son système. Et s’il ne s’agit pour l’heure que d’images 3D, l’ensemble s’annonce prometteur.

Tout le confort alimenté par un panneau solaire et la batterie du Cybertruck

Parfaitement adaptée à la benne du Tesla Cybertruck, cette cellule est composée de quatre modules motorisés qui se déploient vers le haut. Elle ouvre sur un petit espace dédié avec l’ensemble des commodités que l’on attend d’un équipement de ce type. Et même plus : la cellule peut recevoir des vitres électrochromatiques, une télévision ou un sol chauffant.

Pour alimenter tout cet ensemble, le fabricant a prévu un toit solaire dépliant d’une puissance de 500 W, qui alimente une batterie de 20 kWh (partagée avec le Cyberturck). Cyberlandr annonce que le poids de la cellule n’affectera l’autonomie du Cybertruck qu’à hauteur de 5 %. Le fabricant propose l’installation au prix de 49 995 $.

]]>
Comment ACC compte devenir leader des batteries en Europe https://www.automobile-propre.com/comment-acc-compte-devenir-leader-des-batteries-en-europe/ Fri, 09 Apr 2021 06:32:24 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?p=114413 ]]>

Détenue à parts égales par Stellantis et Total via sa filiale Saft, la coentreprise Automotive Cells Company (ACC) prévoit la construction de deux Gigafactories en Europe. Secrétaire général de la jeune entité, Matthieu Hubert nous détaille les prochaines étapes du projet.

Au sein d’une filière batteries devenue stratégique, chaque constructeur avance désormais ses pions. Alors que Volkswagen prévoit le déploiement de six usines de production de cellules à travers l’Europe d’ici 2030, Stellantis se positionne avec Automotive Cells Company (ACC), une joint-venture lancée en 2020 regroupant PSA et Saft, filiale du géant Total.

« Saft est très fort sur la R&D et PSA a une connaissance très fine de l’automobile et de la production en grande série. Cette union était donc très intéressante. Chacun a mis au pot des investissements conséquents pour sécuriser un sourcing qui deviendra stratégique au cours des prochaines années », résume Matthieu Hubert, Secrétaire général d’ACC.

Quatre sites prévus, dont trois en France

Représentant un investissement global de 5 milliards d’euros, le projet d’ACC a été identifié parmi les IPCEI (Important Projects of Common European Interest). Essentiel à l’émergence de nouvelles filières jugées stratégiques, ce mécanisme européen autorise les états membres à subventionner les projets au-delà des seuils habituellement fixés par les règles communautaires.

Prévoyant à terme 4 sites en Europe, ACC mène plusieurs chantiers en parallèle. Le premier concerne la construction d’un centre de R&D à Bruges, à côté de Bordeaux. Chargé d’imaginer et de développer les batteries de demain, celui-ci emploiera à terme 200 à 250 personnes. « Le chantier sera terminé en septembre. Nous avons choisi Bordeaux car Saft est historiquement présent en Nouvelle-Aquitaine. ACC ayant beaucoup de personnel issu de Saft, nous souhaitions éviter la fuite des cerveaux », explique notre interlocuteur.

Sur le volet production, ACC a d’ores et déjà entamé la construction d’un site pilote à Nersac (Charente), fief historique de Saft. Celui-ci sera chargé de tester la fabrication des cellules et des modules à échelle réduite afin de préparer une fabrication à plus grande échelle. « Le chantier est en cours et nous devrions avoir une première ligne opérationnelle d’ici fin 2021 », estime Matthieu Hubert.

Arrivent ensuite deux Gigafactories qui seront chargées de produire les cellules et les modules en grande série. Implantée entre Douvrin et Billy Berclau, sur un ancien terrain appartenant à la Française de Mécanique (propriété de PSA), la première usine devrait entamer sa construction dans les tout prochains mois. « Le code de l’environnement obligeant les entreprises investissant plus de 300 millions d’euros à avertir les acteurs du territoire, nous sommes engagés dans une concertation publique. Ce n’est qu’à l’issue de cette concertation que nous pourrons déposer le permis de construire. Si tout se passe normalement, on pourra commencer à construire le premier bloc de l’usine en janvier 2022. On prévoit de commencer à sortir nos premières cellules et nos premiers modules en milieu ou fin d’année 2023 », détaille notre interview.

Prévu à Kaiserslautern, en Allemagne, le second site ne sera déployé que dans un second temps. « La mise en fonctionnement du premier bloc interviendra fin 2025 » estime le représentant d’ACC.

Des usines par blocs de 8 GWh

« Une Gigafactory, c’est un agrégat de plusieurs blocs. Chacun fera 600 mètres de long, 100 mètres de large et pas loin de 25 mètres de hauteur à certains endroits en raison de la partie chimie qui impose un peu de dégagement au niveau des toits. Chaque bloc représente environ 500 millions d’euros d’investissement et pourra produire l’équivalent de 8 GWh/an. En fonction de la taille de la batterie, cela revient à équiper entre 75 000 et 150 000 voitures électriques chaque année. L’idée, c’est d’avoir au moins trois blocs voire un quatrième pour chaque Gigafactory », détaille Matthieu Hubert. « La construction de chaque site se fera bloc par bloc. Si on additionne tous ces blocs et en considérant nos deux Gigafactory, on imagine notre capacitaire entre 24 et 32 GWh par an. Plutôt à horizon 2030 », chiffre-t-il.

Des travaux de grande ampleur qui seront naturellement bénéfiques pour l’emploi. « On imagine qu’un bloc embauchera entre 350 et 500 personnes. Sur trois blocs, on arrive donc sur une fourchette de 1 400 à 2 000 personnes », chiffre notre interlocuteur. « On reste dans des estimations. C’est difficile de se projeter, d’autant que les process de production évoluent », nuance-t-il.

Différentes technologies

Entre la fabrication de cellules et de modules, chaque usine sera polyvalente et pourra intervenir sur différentes chimies. « On a d’un côté les batteries NMC et de l’autre celles que l’on appelle LFP avec du phosphate de fer. Chaque bloc sera capable de fabriquer différentes variantes en fonction des besoins des clients ».

Mais au-delà des chimies actuelles, tout l’enjeu d’ACC est aussi d’anticiper les technologies à venir. Parmi elles figure la prometteuse batterie dite « solide » sur laquelle travaille déjà de nombreux constructeurs. « Les batteries solides représentent un des enjeux majeurs des prochaines années. On sera trop justes pour le démarrage à Douvrin (2023 ndlr), mais l’idée est que ces batteries solides apparaissent à compter de 2025. Il y a des défis techniques à relever pour pouvoir industrialiser de façon compétitive. On y travaille ! », détaille notre interviewé.

« On travaille pour que le recyclage soit la mine de demain »

Pour ACC, le sourcing des matières premières représente un autre enjeu majeur. « Nous voulons créer en Europe la chaîne de valeur la plus complète possible. On travaille aujourd’hui sur une charte d’achat. Ce que nous voulons c’est mieux tracer la provenance des minerais. On travaille pour cela avec des entreprises spécialisées dans la blockchain. On aura aussi un système de traçabilité et d’audit avec des tiers », explique Matthieu Hubert.

Encore naissant, le recyclage pourrait également devenir une source d’approvisionnement majeure. « Car il faut qu’on parvienne à changer de mode d’approvisionnement, on travaille pour que le recyclage soit la mine de demain. L’idée c’est de pouvoir recycler plus de 90 % de nos cellules et de nos modules. Cela fera aussi partie des critères de nos clients qui demanderont des cellules à fort taux de recyclage. ACC commence déjà à réfléchir à des partenariats avec des recycleurs. La réglementation européenne est aussi en train de changer via la révision d’une directive de 2006. En passe d’être transformée en règlement, celle-ci imposera des taux minimums de recyclabilité ».

Une course à la compétitivité

Entre la montée en puissance continue des acteurs asiatiques et l’arrivée de nouveaux acteurs, Volkswagen en tête, le marché va devenir de plus en plus concurrentiel. Pour décrocher de nouveaux contrats, y compris avec Stellantis, ACC devra être en mesure de proposer des batteries à la fois performantes et compétitives par rapport à ses rivaux.

« Nous répondons déjà à des offres commerciales et avons engagé la fabrication de protos pour permettre au constructeur de se projeter sur les technologies à venir », explique Matthieu Hubert. « Nous n’avons pas d’exclusivité avec Stellantis et sommes en contact avec d’autres constructeurs. ACC a vocation à travailler avec tous ceux qui commercialisent des véhicules électriques. Y compris Renault ! » conclut-il.

]]>
Nikola : La valeur du fabricant de camions à hydrogène s’effondre https://www.automobile-propre.com/breves/nikola-la-valeur-du-fabricant-de-camions-a-hydrogene-seffondre/ Thu, 08 Apr 2021 15:29:07 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114416 ]]> Il y a un peu plus de six mois, tout se passait bien pour la jeune marque Nikola. Le petit constructeur venait de signer un partenariat avec GM pour la fabrication de son pick-up. Sa valeur était en hausse, et on le voyait même aller chatouiller Tesla.

Mais cette valeur, atteinte sans avoir fabriqué le moindre véhicule, était fragile. L’an dernier, la valeur de l’action s’est multipliée par 8 en deux mois, après l’annonce des caractéristiques du pick-up Badger. Rapidement redescendue autour des 30 dollars, elle marquait un pic à 50 euros après l’annonce du partenariat avec GM.

Mais les doutes autour des prototypes du camion et les accusations de fraudes ont jeté le trouble sur la marque. Trevor Milton, le PDG, a alors démissionné, occasionnant un rebond de la marque en bourse. Les quelques annonces de projets d’avenir n’ont pas permis de redorer son image, et sa valeur ne cesse depuis de s’effondrer.

C’est une chute de 87 % que l’on constate en un an, avec une valeur de 12,24 dollars hier en clôture. La chute devrait se poursuivre, car on a appris hier le départ du vice-président en charge des piles à combustible et de la distribution. Un départ qui jette une ombre supplémentaire sur Nikola, dont l’avenir semble de plus en plus compromis.

]]>
Voiture électrique : le top des immatriculations du mois de mars https://www.automobile-propre.com/voiture-electrique-le-top-des-immatriculations-du-mois-de-mars/ Thu, 08 Apr 2021 15:26:33 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?p=114429 ]]>

Grâce au baromètre publié par l’Avere France, Automobile Propre dresse la liste des voitures électriques les plus immatriculées en France en mars et sur l’ensemble du premier trimestre.

Poussif sur les deux premiers mois de l’année, le marché français de la voiture électrique a repris quelques couleurs en mars. Avec 15 592 immatriculations, l’électrique a représenté près de 7 % des immatriculations de voitures particulières neuves au cours du mois écoulé. Une performance rendue possible grâce au score historique de la Tesla Model 3. Écoulée à 4 524 exemplaires, la berline californienne prend pour la première fois la tête du marché français. Elle représente à elle seule 29 % des ventes du segment.

Loin derrière, la Peugeot e-208 et la Renault ZOE complètent le podium avec respectivement 1 667 et 1 519 unités écoulées tandis que la Twingo électrique s’offre la quatrième place avec 1 114 immatriculations.

Top 20 des immatriculations en France – mars 2021 – Source : Avere France

Plus de 30 000 voitures électriques immatriculées au premier trimestre

Sur les trois premiers mois de l’année, le marché de la voiture électrique totalise 30 489 immatriculations, soit 18 % de plus qu’à la même période en 2020.

Favorisée par les excellents résultats du mois dernier, la Tesla Model 3 monte sur la première marche du podium. Au cours du premier trimestre, la berline d’Elon Musk a représenté près d’une voiture électrique sur cinq vendues dans l’Hexagone.

Cumulant 5 763 immatriculations, la Model 3 devance la Peugeot e-208, écoulée à 4 497 exemplaires sur la même période. Avec 3 606 immatriculations, la Renault ZOE clôture le podium. La citadine du losange est suivie de près par la Twingo ZE et le Kia e-Niro qui totalisent respectivement 2 294 et 1 942 unités écoulées sur la période.

Modèle Total T1 2021 Parts de marché
TESLA MODEL 3 5 763 18,90%
PEUGEOT E-208 4 497 14,75%
RENAULT ZOE 3 606 11,83%
RENAULT TWINGO ZE 2 294 7,52%
KIA E-NIRO 1 942 6,37%
FIAT 500 ÉLECTRIQUE 1 865 6,12%
PEUGEOT E-2008 1 315 4,31%
HYUNDAI KONA 1 184 3,88%
VOLKSWAGEN ID.3 1 030 3,38%
NISSAN LEAF 851 2,79%
]]>
La Cupra Born passe l’épreuve du froid https://www.automobile-propre.com/breves/la-cupra-born-passe-lepreuve-du-froid/ Thu, 08 Apr 2021 14:45:03 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114418 ]]> Inspirée du concept El Born présenté en 2019 sous blason Seat, la première voiture électrique de Cupra entame ses derniers préparatifs. En Europe du Nord, les composants électriques et mécaniques passent l’épreuve du froid par des températures allant jusqu’à -30 °C. Au total, plus de 1 000 tests sont réalisés par les équipes du constructeur, dont une épreuve de durabilité consistant à faire rouler la voiture jour et nuit sur 30 000 kilomètres. Une façon de valider le fonctionnement « toutes saisons » de la voiture.

Lancement fin 2021

La nouvelle Cupra Born sera présentée dans sa version définitive dans les prochaines semaines. Ses caractéristiques ne sont pas connues, mais devraient largement s’inspirer des autres modèles du groupe Volkswagen. Le modèle espagnol devrait notamment recevoir un pack 77 kWh pour une autonomie supérieure à 500 kilomètres.

 

]]>
Quel prix pour la future voiture électrique de Xiaomi ? https://www.automobile-propre.com/breves/quel-prix-pour-la-future-voiture-electrique-de-xiaomi/ Thu, 08 Apr 2021 13:17:47 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114396 ]]> Le géant du smartphone Xiaomi a confirmé récemment son arrivée sur le marché de l’automobile électrique. L’industriel chinois annonce par ailleurs que celle-ci s’appellera Mi Car, à l’image de certains smartphones de la marque.

Le plan d’investissement de Xiaomi est tout bonnement colossal. Pour se lancer sur le marché de la voiture « zéro émission », la marque va en effet investir 10 milliards de dollars dans les prochaines années.

Le PDG de Xiaomi, Lei Jun, a pris la parole sur le réseau social chinois Weibo et a donné des détails sur la Mi Car. Ainsi, on apprend que le prix de celle-ci se situera entre 100 000 et 300 000 yuans. Converti dans notre monnaie, cela donne une large fourchette entre 12 800 et 38 600 euros.

La première information que cela nous donne, c’est qu’il y aura une disparité importante entre les finitions. Les options et probables multiples configurations batteries viendront aussi faire exploser le prix de la version haut de gamme, qui sera proposée pour le triple du tarif de base.

Aussi en Europe ?

À ce stade, on ne sait pas si la Mi Car arrivera en Europe, ni à quel horizon. Mais son prix de base sera assurément plus cher que ceux annoncés pour le marché chinois. En y ajoutant les différentes taxes, la voiture de Xiaomi devrait davantage se situer aux alentours des 20 000 euros.

Bien évidemment, ces informations auront le temps d’évoluer au fil de la conception de la Mi Car. Celle-ci devrait d’ailleurs se matérialiser sous forme d’un SUV, sans que l’on en connaisse le gabarit.

]]>
Renault 4 : un nouveau logo annonciateur d’une R4 électrique ? https://www.automobile-propre.com/breves/renault-4-un-nouveau-logo-annonciateur-dune-r4-electrique/ Thu, 08 Apr 2021 12:17:03 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114397 ]]> En janvier 2021, l’événement Renaulution a marqué les esprits avec le concept de R5 électrique. Hormis le véhicule en lui-même, on y apercevait un tout nouveau logo aux accents rétro désormais officiellement adopté par la marque. Sur sa R5 Prototype, la marque y avait même intégré le chiffre 5. Renault a déposé un second logo. Incluant cette fois le chiffre 4, celui-ci semble confirmer l’arrivée de la Renault R4 électrique.

Dans tous les cas, il faudra suivre l’événement prévu par la marque le 6 mai prochain. Renault tiendra une conférence et y fera des annonces liées à la stratégie Renaulution.

Renault 4 R4 Renault 5 R5 logos 2021

Les logos R4 R5 des futures Renault 4 et Renault 5 électriques

Des nouveaux blasons E-Tech et hydrogène ?

En dehors de la R4, Renault va regrouper sa gamme électrique et hybride autour du label E-Tech. Ce dernier sera décliné en trois versions :

  • E-TECH Electric pour les véhicules 100 % électriques
  • E-TECH Plug-in Hybrid pour les véhicules hybrides rechargeables
  • E-TECH Hybrid pour les véhicules hybrides.

À cette occasion, le logo E-TECH se transforme. Le E pour « Electrique » joue ainsi avec les codes du nouveau losange pour être plus facilement reconnaissable. Doré, il avait déjà été aperçu l’an dernier sur le show-car Megane eVision. Il est aussi visible sur le capot moteur de l’A521 engagée en Formule 1.

Sur la partie hydrogène, une autre appellation H2-Tech devrait aussi être officialisée.

Renault E-Tech logo H2-Tech

Les 3 logos Renault E-Tech et l’appellation H2-Tech

]]>
BMW X8 hybride rechargeable : le nouveau grand SUV en images https://www.automobile-propre.com/breves/bmw-x8-hybride-rechargeable-le-nouveau-grand-suv-en-images/ Thu, 08 Apr 2021 10:35:44 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114380 ]]> Entre le X1 et le X7, BMW semble couvrir tous les besoins en SUV haut de gamme de la planète. Mais cela ne suffirait pas, puisqu’un modèle inédit se prépare. Le constructeur bavarois peaufine le développement de son BMW X8 sur le circuit du Nürburgring, en Allemagne.

Basé sur le grand X7, le X8 sera son alter ego excentrique, à l’image du X2 dérivé du X1. Plus bas, et au dessin plus osé, ce véhicule gardera une longueur supérieure à 5,10 mètres et une largeur de 2 mètres.

Sur les photos-espionnes de Wilcoblok sur Instagram, on remarque une inscription « Hybrid Test Vehicle ». Cela confirme donc qu’un BMW X8 hybride rechargeable est au programme.

Avec le système du X5 ?

On ignore encore ses caractéristiques, mais ce X8 hybride rechargeable devrait reprendre le système 394 chevaux du X5 xDrive45e. Ce dernier associe un 6 cylindres essence 286 ch et un moteur électrique 112 ch, ainsi qu’une batterie 24 kWh pour 80 km d’autonomie électrique. Tout ceci porte à croire que le X8 xDrive45e affichera un prix supérieur à 100 000 euros.

Avec ce futur X8, BMW veut rouler sur les plates-bandes de l’Audi Q8 et du Mercedes-Benz GLE Coupé, également disponibles en versions hybrides rechargeables.

BMW X8 Hybride Rechargeable scoop 2021 arrière

Le BMW X8 Hybride Rechargeable confirme sa motorisation sur la porte avant (crédits : Instagram/wilcoblok)

]]>
Nio a produit sa 100 000e voiture électrique https://www.automobile-propre.com/breves/nio-a-produit-sa-100-000eme-voiture-electrique/ Thu, 08 Apr 2021 09:34:06 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114372 ]]> Marque 100 % électrique et indépendante des grands groupes locaux, Nio enregistre un succès grandissant en Chine. Moins de 3 ans après le lancement de son premier modèle, le SUV ES8 en mai 2018, le constructeur vient de produire son 100 000e véhicule, en l’occurrence un ES8. Tesla avait mis 5 ans et demi pour atteindre ce chiffre après le lancement de sa première Model S, en juin 2012.

Dans ces 100 000 voitures électriques, Nio en a livré plus de 20 000 rien qu’au premier trimestre 2021, et ce malgré une brève suspension de sa production.

Les berlines arrivent

Outre le grand ES8, la gamme de Nio comprend également deux autres SUV. La marque a lancé le moins imposant Nio ES6 en 2019, et son dérivé « coupé » EC6 en 2020.

Le constructeur s’attaque désormais aux berlines. En janvier dernier, il a dévoilé l’ET7 avec une autonomie dépassant 1 000 km. Sont également attendus une rivale de la Tesla Model 3, la Nio ET5, ainsi qu’un SUV compact nommé ES3.

]]>
Pourquoi Porsche veut fabriquer ses propres batteries https://www.automobile-propre.com/breves/pourquoi-porsche-veut-fabriquer-ses-propres-batteries/ Thu, 08 Apr 2021 07:15:00 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114353 ]]> Porsche a sorti avec succès sa première voiture électrique, le Taycan, qui a connu de bons débuts. Mais la firme de Stuttgart n’entend pas en rester là et veut avancer plus vite que la concurrence. C’est pour cela qu’elle espère nouer de nouveaux partenariats dans le domaine des batteries.

Michael Steiner, directeur R&D, avait dit le mois dernier qu’il s’agissait d’une étape nécessaire pour l’avenir de Porsche. Le constructeur veut en effet développer des batteries haute performance qui ne sont pas la priorité des fabricants. Ces derniers ont en effet une majorité de demandes pour des technologies moins performantes et fabriquées à plus grands volumes. Mais Porsche veut pouvoir disposer de batteries à plus forte capacité et avec des technologies plus en phase avec le positionnement sportif et premium de ses modèles. C’est pour cela que la marque allemande prévoit de s’associer avec des spécialistes du secteur.

Rimac a d’ailleurs déjà reçu des commandes de la part de Porsche pour des composants spécifiques. Pour les batteries, Porsche prévoit de s’allier à Custom Cells via une coentreprise. Celle-ci devrait se nommer Cellforce Group et aura ses quartiers généraux à Tuebingen, en Allemagne. Des plans que le constructeur devrait confirmer et détailler dans les prochains mois.

]]>
Pénurie de puces : quelles conséquences pour les voitures électriques et hybrides ? https://www.automobile-propre.com/penurie-de-puces-quelle-consequence-pour-la-voiture-electrique/ Thu, 08 Apr 2021 06:41:40 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?p=114339 ]]> Puce semiconducteur Audi CES 2015

Aux prises avec un manque de semiconducteurs, l’industrie automobile subit des soucis de production de véhicules. Quelle en est l’origine, et cela pourrait-il retarder des livraisons de voitures électriques et hybrides en 2021 ? On fait le point !

Alors que la pandémie de COVID-19 a frappé durement certains constructeurs, un autre problème mondial les touche depuis plusieurs semaines : une pénurie de puces.

Petite puce, grand problème

Pourquoi un si petit composant peut-il compromettre la fabrication entière d’une voiture ? Une puce électronique tient dans la paume d’une main, soit quelques centimètres carrés. En fait, on la trouve partout. Tout appareil électrique ou électronique fonctionne grâce à une puce : climatisation auto, écrans, essuie-glaces, sécurité active, ABS, etc.

Sur chaque voiture, on peut ainsi en trouver des dizaines. Sans une d’entre elles, la voiture pourrait mal fonctionner, voire ne pas pouvoir démarrer du tout. Le cabinet de conseil Deloitte a même estimé que les systèmes basés sur ces puces contribuent jusqu’à 40 % du prix d’une voiture, contre seulement 20 % en 2007.

Une voiture électrique inclut évidemment des puces spécifiques à la gestion du ou des moteurs, de la récupération au freinage, ou de la batterie. Elle est donc autant, si ce n’est plus, sujette à cette dépendance.

Amnon Shashua PDG Mobileye carte électronique

Amnon Shashua, PDG Mobileye, avec une carte équipée de puces gérant radars et caméras

Qui est coupable ?

Dans le monde du semiconducteur, il faut connaître l’acteur principal : Taiwan Semiconductor Manufacturing Company ou TSMC. Plus grande entreprise du secteur, TSMC est ultra dominante. En 2020, le fabricant a assuré plus de la moitié de la production mondiale. Il fabrique la puce Qualcomm de votre smartphone Samsung ou Apple, de votre console de jeu Xbox/PlayStation, ou de votre carte graphique de PC. TSMC est aussi à l’origine des puces équipant nos automobiles. Il existe d’autres entreprises, comme Intel, SMIC ou encore Samsung.

La crise de la COVID-19 a ralenti, et parfois mis un coup d’arrêt à la production des puces en raison des confinements et mesures sanitaires. Et quand TSMC et ses homologues peinent à suivre, c’est toute l’industrie qui tousse.

Suite logique, les stocks de puces ont fondu, mettant à mal certaines chaînes logistiques. À cela, s’ajoutent la demande accrue en ordinateurs pour le télétravail, le démarrage de la 5G, mais aussi une belle reprise du marché automobile, notamment en Chine (1/4 des ventes mondiales).

Puces wafer TMSC

Production de puces par le n°1, le Taïwanais TSMC

Quelles conséquences sur la livraison de nos voitures ?

Avant le début de la pénurie, chaque constructeur disposait d’un certain stock de ces puces ou des pièces de sous-traitants concernés. Hyundai par exemple en détenait beaucoup, et n’a pas souffert, dans un premier temps, de ce souci. D’autres fonctionnent à flux tendu, et n’ont pu s’adapter à l’instar de Bosch, spécialiste (entre autres) en systèmes de freinage.

Cela résulte en la baisse du rythme, voire l’arrêt total de production, le temps de réapprovisionner en puces ou composants. Début avril, Peugeot a dû fermer ses sites de Sochaux et Mulhouse. Idem pour l’usine Dacia en Roumanie. Pour en revenir avec Hyundai, la Ioniq 5 souffre déjà de pénurie en Corée du Sud, le constructeur ne parvenant pas à s’alimenter en puces pour ses modules batteries.

Avec plusieurs centaines voire milliers de voitures fabriquées par jour, des sites peuvent enregistrer des pertes de production conséquentes. Heureusement, les fermetures sont brèves (quelques jours), ponctuelles, et ne touchent jamais toutes les marques en même temps. Ainsi, une marque peut honorer la commande de votre voiture électrique, au pire avec un petit délai de livraison.

Tesla Model S production usine Fremont

Une voiture électrique très connectée, comme la Tesla Model S, est encore plus dépendante aux puces

Un impact financier pour l’automobile

Pour les constructeurs, c’est une autre histoire. L’accumulation des suspensions et délais les pousse à changer leurs objectifs et agendas. Renault a ainsi estimé perdre environ 100 000 voitures sur sa production 2021. Cela touche donc les finances. Au total, les analystes prédisent que l’industrie automobile perdrait jusqu’à 1 million de voitures cette année (sur 80 à 85), soit plus de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Pour le moment, aucun analyste n’est capable de prédire jusqu’à quand la pénurie durera. Si elle est quasi réglée en Chine, la situation sanitaire liée à la COVID-19 reste encore d’actualité en Europe et en Amérique, en partie à cause des variants. Toutefois, les confinements se raréfient ou deviennent moins stricts – ne perturbant plus autant la production de puces – et la vaccination devrait permettre un retour progressif à la normale en fin d’année.

Les fabricants font également des efforts. TSMC a annoncé ce 1er avril investir 85 milliards d’euros jusqu’en 2023 pour augmenter sa production. D’ici là, les prix des composants pourraient flamber. La dure loi de l’offre et de la demande…

Hyundai Kona usine production 2020

Peu de délais de livraisons à cause de la pénurie de puces, mais des retards de lancement sont à prévoir

]]>
Polestar 0 Project : une voiture neutre carbone en 2030 https://www.automobile-propre.com/breves/polestar-0-project-une-voiture-neutre-carbone-en-2030/ Wed, 07 Apr 2021 16:25:07 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=114313 ]]> La Polestar 1 inaugurait la marque séparée de Volvo en 2019. La Polestar 2 a suivi en 2020, en attendant la « 3 ». Ce que l’on attendait moins, c’est une Polestar 0 qui vise à concevoir « la première voiture véritablement neutre sur le plan climatique d’ici 2030 ». On ignore si cela prendra la forme d’un véhicule en particulier, ou s’il s’agira pour la marque d’une nouvelle manière de concevoir ses véhicules.

« Aujourd’hui, la Polestar 2 quitte les portes de l’usine avec une empreinte carbone. En 2030, nous voulons présenter une voiture qui n’en a pas », assure la marque suédoise.

Voiture neutre en carbone ? Comment ?

Le communiqué critique ceux se contentant de produire puis « de planter ensuite des arbres pour compenser les émissions de carbone ». Polestar tend donc vers le « zéro net », mettant de côté toute forme de compensation.

Alors, que va faire Polestar ? La responsable développement durable, Fredrika Klarén, indique vouloir « éradiquer toutes les émissions liées à la production » sans toutefois préciser les moyens pour y parvenir. À ce stade, le seul axe lisible est celui de produire uniquement grâce à des énergies renouvelables.

En attendant, le constructeur joue la transparence et chiffre dans un rapport complet l’impact carbone de la production de ses différents modèles en CO2e (CO2 + autres gaz à effet de serre). On apprend ainsi que la production d’une Polestar 2 émet 24 tonnes de CO2e dont 7 pour la batterie de 78 kWh. C’est 10 de plus qu’un Volvo XC40 thermique qui en produit 14. L’électrique remporte toutefois le match au niveau du cycle global, terminant à 42 contre 58 tCO2e sur 200 000 km d’utilisation.

Selon le rapport du constructeur, la Polestar 2 émet 28 % de CO2 en moins qu’un Volvo XC40 sur le cycle de vie

]]>