Automobile Propre - Feed https://www.automobile-propre.com Voiture & écologie, automobile électrique ou hybride, bio-carburants, etc Sat, 16 Jan 2021 15:39:47 +0000 hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.5.3 La voiture autonome, grande oubliée du plan stratégique de Renault ? https://www.automobile-propre.com/la-voiture-autonome-grande-oubliee-du-plan-strategique-de-renault/ Sat, 16 Jan 2021 10:59:09 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?post_type=dossiers&p=106697 ]]> Luca de Meo présente le plan Renaulution

Censé sortir le constructeur de la crise, le plan Renaulution a été annoncé ce jeudi 14 janvier par Luca de Meo

Lors de la présentation du plan Renaulution, Luca de Meo n’a communiqué que peu d’informations sur les ambitions du groupe en matière de voiture autonome. Un choix qui s’explique à la fois par la situation particulière du constructeur, mais aussi par la nouvelle stratégie de l’Alliance.

Jadis sur toutes les lèvres, la voiture autonome semble être passée au second plan chez une grande partie des constructeurs, désormais focalisés sur l’électrification de leurs gammes. Renault n’échappe pas à la règle et n’a communiqué que de maigres informations lors de la présentation de son plan de relance Renaulution.

D’autres actions prioritaires

Pour Luca de Meo, le premier objectif reste de « survivre à la tempête » et de réorganiser son offre produits en ciblant des modèles à forte valeur ajoutée. Une liste de priorités dont la voiture autonome ne fait clairement pas partie.

Entre les problématiques réglementaires et les grands questionnements liés l’acceptation de la technologie par le grand public, la voiture autonome mettra encore quelques années avant de se démocratiser. Du moins sur le marché européen où le groupe tricolore concentre ses activités. Luca de Meo l’a compris et préfère se focaliser sur les leviers qui permettront de sortir de la crise au plus tôt. Un plan pragmatique qui n’est pas sans rappeler celui présenté en 2016 par PSA. À l’époque au bord de la faillite, le rival de Renault avait aussi choisi de prioriser les actions susceptibles de générer du cash rapidement.

Nissan à la manœuvre

Au-delà de la situation très particulière de Renault, le positionnement est aussi justifié par la nouvelle stratégie de l’Alliance.

Pour arrêter d’avancer en ordre dispersé, chaque marque a désormais des domaines d’expertises bien particuliers. Annoncé en mai dernier, le plan stratégique de l’Alliance définit les rôles de chacun. Sur la voiture autonome, c’est Nissan qui est chargée de développer et d’expérimenter les solutions qui seront ensuite déployées sur l’ensemble des marques de l’Alliance.

« Pour nous, il n’est pas justifié d’être leader sur ces marchés (ADAS et voiture autonome NDLR) », a justifié Luca de Meo. « Par contre, nous adopterons rapidement ces technologies en tirant parti du push de Nissan ». Renault estime que la démocratisation de la voiture autonome sera plus rapide en Asie qu’en Europe. D’où le choix de l’Alliance de confier le sujet à Nissan.

Pour avancer plus vite, Renault compte sur les différentes synergies de l’Alliance.

La connectivité au premier plan

Si la conduite autonome n’est pas une priorité, ce n’est pas le cas des fonctionnalités connectées. Celles-ci pèsent désormais lourd dans la stratégie du constructeur.

« Nos véhicules vont s’améliorer chaque jour à mesure que vous les conduisez », promet Luca de Meo. Monnaie courante chez Tesla, les mises à jour à distance seront progressivement déployées sur l’ensemble des véhicules Renault.

Luca de Meo promet aussi une révolution dans le numérique avec l’introduction de My Link. Ce nouveau système d’infodivertissement My Link est prévu pour 2022. Il sera basé sur la technologie Google.

« Nous serons les premiers à intégrer ces services à des véhicules du mass market. Avec Google Maps, la navigation sera personnalisée selon les destinations récentes des utilisateurs », assure le dirigeant. Pour les utilisateurs de véhicules électriques, des « fonctionnalités améliorées » sont annoncées. Au sein de la gamme Renault, la Megane électrique sera la première à intégrer le système.

Renault MyLink

Intégrant nativement les différents services de Google, le système My Link proposera des fonctionnalités avancées pour les utilisateurs de voitures électriques.

]]>
Le Hummer électrique précise ses fonctionnalités https://www.automobile-propre.com/breves/le-hummer-electrique-precise-ses-fonctionnalites/ Sat, 16 Jan 2021 09:47:55 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106903 ]]> Si le nouvel utilitaire électrique américain a déjà été dévoilé, la marque profite du CES de Las Vegas (ou du moins de sa version numérique en raison de l’épidémie) pour mettre en lumière des fonctionnalités encore inconnues. Et comme la plupart des véhicules de son époque, il apporte des équipements novateurs.

Ainsi, le Hummer by GMC tire le meilleur parti de sa motorisation électrique pour améliorer ses prestations sur terrains meubles ou difficiles. Comptant sur le freinage régénératif de ses moteurs électriques, le pick-up proposera une fonction Terrain Mode One-Pedal Driving.

Un mode WTF expressif pour les départs canon

Similaire au système Nissan sur le principe et bien plus évolué que les différents contrôles de descente existants, le dispositif gère automatiquement la décélération lors des escapades en dehors des sentiers battus. Il peut même, selon les situations rencontrées en franchissement, saisir automatiquement les freins.

Le Hummer sera également doté du mode WTF (pour Watts to Freedom), un launch control qui sollicite toute la puissance disponible. Lorsque le mode est activé, l’utilitaire mettra aussi en action le système audio Bose Electric Vehicle pour mettre le conducteur en condition : les haut-parleurs lanceront un son spécifique (un mélange de haute fréquence, de sonorité de Formule E et riffs de guitare) et les sièges vibreront jusqu’au départ canon. Ambiance !

]]>
Tesla Model S et Model X : un restylage imminent ? https://www.automobile-propre.com/tesla-model-s-et-model-x-un-restylage-imminent/ Sat, 16 Jan 2021 08:42:57 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106905 ]]>

Encore au stade des spéculations, le restylage des Tesla Model S et Model X semble se rapprocher à grands pas.

Les Tesla Model S et Model X ont commencé à animer la Toile : d’après certains observateurs, le restylage de ces deux modèles est proche. C’est ce qu’indiquent en filigrane certaines consignes données aux revendeurs. D’après ces derniers, Palo Alto leur aurait demandé de liquider tous les stocks de Model S et Model X d’ici la fin du mois. Cette demande s’ajoute à la récente interruption de la production de ces deux modèles, ce qui devrait faciliter l’écoulement des derniers exemplaires.

Vers une évolution en profondeur ?

Selon Electrek, cette demande aurait pour but de faire de la place aux nouvelles moutures de la berline et du SUV électriques. Pour l’heure, aucune information n’a été livrée sur ces prochaines générations qui appartiennent toujours au monde des spéculations.

Elles seraient toutefois la concrétisation du projet Palladium, qui consiste à mettre en place de nouvelles lignes de production pour les Model S et Model X. Ce qui promet des changements plus profonds qu’un simple restylage. Mais le coup de crayon ne sera pas oublié : le style extérieur devrait être remanié, tout comme l’habitacle, qui se rapprocherait de celui des Model 3 et Model Y.

]]>
Tesla annonce l’ouverture de nouveaux centres en France https://www.automobile-propre.com/breves/tesla-annonce-louverture-de-nouveaux-centres/ Fri, 15 Jan 2021 19:08:53 +0000 Michaël Nussbaumer https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106799 ]]> La marque de véhicules électriques d’Elon Musk a communiqué son arrivée sur de nouvelles villes françaises comme Chambéry, Mulhouse et Montpellier. Ce qui porte à 18 le nombre de succursales Tesla Store exploitées directement par la marque en France. Le concurrent du constructeur chinois Nio devrait inaugurer ses prochains Tesla Store de Mulhouse (Haut-Rhin) et de Montpellier (Hérault) au second trimestre 2021. 

Avec l’arrivée de ces nouvelles concessions, Tesla France entend consolider son service après-vente. Le recrutement de nouveaux techniciens mobiles à permis d’augmenter de 140 % les créneaux d’interventions pour les propriétaires de Tesla. Du côté ventes, celles-ci se portent très bien puisque la marque américaine a livré plus de 500 000 Tesla en 2020.

Tesla en Savoie@Tesla

Tesla en Savoie

Après le lancement de Lyon en 2015, la Savoie accueille son nouveau Tesla Store au cœur du sillon alpin savoyard.

Inauguré cette semaine, le site de Chambéry va permettre aux clients d’aller à la rencontre des équipes Tesla et de réaliser des essais routiers. Les clients viendront récupérer leur nouveau véhicule commandé sur le Tesla Store. Au second trimestre 2021, les activités d’après-vente compléteront l’ensemble de ce premier Tesla Store savoyard. La marque prévoit un effectif situé entre 8 et 12 salariés. Pour son développement, elle recrutera essentiellement ses futurs salariés via son site internet. 

]]>
À l’écart de la Renaulution, Dacia conserve son cap https://www.automobile-propre.com/a-lecart-de-la-renaulution-dacia-conserve-son-cap/ Fri, 15 Jan 2021 13:34:46 +0000 Hugo LARA https://www.automobile-propre.com/?p=106662 ]]>

Le constructeur roumain, filiale du losange, reste en marge du plan « renaulution ». Les ventes de sa gamme à bas prix se portent bien. En conséquence, la marque se contente d’évolutions naturelles comme une montée en gamme, l’utilisation d’une plateforme unique et l’arrivée de l’hybride.

Si Renault fait sa révolution, Dacia poursuit sa route. La nouvelle stratégie du groupe au losange, dévoilée le 14 janvier, ne prévoit pas de grand changement pour sa filiale spécialisée dans les véhicules bon marché. Le constructeur roumain poursuit sa montée en gamme en conservant ses atouts de marque économique à l’excellent rapport qualité-prix. Cela passe notamment par un nouveau logo plus moderne et épuré, que nous vous avions dévoilé en avant-première. Sur fond métallisé, le sigle « DC » semble étonnamment évoquer l’abréviation du courant continu.

La calandre du futur Dacia Bigster.

Le Bigster en futur vaisseau amiral

Pourtant, Dacia ne prévoit pour l’instant pas de convertir l’intégralité de sa gamme à l’électrique. Outre l’exception du Spring zéro-émission, quelques modèles proposeront une motorisation hybride en exploitant la technologie E-Tech développée par Renault. Pour réduire ses émissions, la marque continuera surtout de miser sur le GPL installé en usine, une solution beaucoup plus économique à l’achat.

Dacia investira le marché du segment C à l’horizon 2025 avec son concept Bigster. Le SUV 7 places long de 4,60 m sera disponible en hybride et tranchera radicalement avec le Duster. Il doit remplacer le monospace Lodgy, qui n’a pas satisfait les objectifs de ventes. Son tarif devrait rester fidèle à l’identité de la marque puisque Renault promet de le commercialiser « au prix d’un véhicule du segment inférieur ».

Le futur Dacia Bigster, un SUV long de 4,60 m.

Moins de plateformes, plus d’économies

Le Bigster, comme toutes les futures Dacia, sera bâti sur la plateforme CMF-B de l’Alliance. Cette dernière est déjà exploitée par les Logan et Sandero, les Renault Clio et Captur, mais aussi les Nissan Juke et Note. Le constructeur va donc passer de 4 à 1 plateforme, réduisant ainsi ses coûts de conception et fabrication. Trois nouveaux modèles seront lancés en 2025, après le renouvellement des Sandero et Logan puis l’arrivée du Spring électrique en 2021.

]]>
Nouveau Nissan Qashqai e-Power : le SUV hybride arrivera en 2022 https://www.automobile-propre.com/breves/nouveau-nissan-qashqai-e-power-retour-de-lhybride-serie-en-2022/ Fri, 15 Jan 2021 12:56:18 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106785 ]]> Absente en France depuis des années, la motorisation hybride série va revenir. C’est le Nissan Qashqai de nouvelle génération qui adoptera le premier la motorisation e-Power. Exploitée depuis plusieurs années au Japon sur la petite Note, la technologie est très différente de celle employée sur les voitures hybrides de Toyota. Là où les modèles de Toyota utilisent les deux motorisations, la technologie e-Power ne fait appel qu’au seul moteur électrique pour animer les roues. Le moteur essence n’intervient que pour recharger la batterie.

Hybride e-Power, comment ça marche ?

La marque donne plus de détails que sur la première annonce du Nissan Qashqai e-Power. Le moteur essence générateur 1,5 litre développera 157 chevaux. Il alimentera donc la batterie, venant fournir en énergie le bloc électrique de 140 kW (188 ch) et 330 Nm. C’est davantage que sur le Note e-Power dont le bloc électrique se limite à 85 kW. En deux roues motrices, le Qashqai e-Power proposera 3 modes de conduite. Il embarquera aussi le système de conduite à une pédale déjà intégré à la Nissan Leaf.

La marque ne donne pas de valeurs de consommation, d’émissions de CO2. Le SUV hybride de 4,42 m devrait être plus gourmand (car plus lourd) que le petit Kicks e-Power consommant 4,6 l/100 km. Il aura vocation à remplacer les anciennes versions diesel 150 ch.

Le Nissan Qashqai e-Power ne sera sur les routes qu’à partir de 2022. Avant cela, le SUV nippon débarquera dès 2021 avec des moteurs microhybrides essence 140-160 ch.

Arrière du Nissan Qashqai 2021 sous camouflage

Le Nissan Qashqai e-Power hybride arrivera en 2022

]]>
Le groupe d’AliExpress se lance dans la voiture électrique https://www.automobile-propre.com/groupe-aliexpress-se-lance-dans-la-voiture-electrique/ Fri, 15 Jan 2021 11:01:24 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?p=106774 ]]>

Groupe propriétaire du célèbre site de vente en ligne AliExpress, Alibaba s’est associé à SAIC pour faire naître la nouvelle marque Zhiji Auto. Les deux premiers modèles mettront le paquet en matière de technologies à bord.

Le spécialiste de la vente en ligne Alibaba se lance désormais dans l’aventure automobile. Le groupe chinois, dirigé par Jack Ma, s’est associé au géant industriel SAIC pour créer la marque Zhiji Auto/IM. La nouvelle entité proposera dans un premier temps deux modèles électriques, bardés de technologies embarquées.

Un écran de 39 pouces à bord

Pour l’heure, la marque envisage de commercialiser une berline et un SUV électriques pour couvrir la demande sur son marché domestique. À l’exception de leur dessin extérieur travaillé comme sur des concept-cars, les deux modèles partagent les mêmes caractéristiques techniques et technologiques.

Notamment à bord, où IM à fait le choix d’un énorme écran posé sur la planche de bord. D’une taille de 39 pouces, il se décompose en trois sections distinctes, comme sur le MBUX Hyperscreen de Mercedes. Il est secondé par une autre dalle tactile centrale de 12,8 pouces, dissociée de la console, comme sur une Mercedes Classe S.

Un système de conduite autonome géré par Nvidia

Les nouvelles IM sont équipées de 15 caméras HD, de 12 capteurs à ultrasons et de 5 radars à ondes millimétriques. Ensemble, ils offrent au véhicule un système de conduite semi-autonome et une fonction de type « voiturier autonome ». Toutefois, le constructeur indique qu’un dispositif de conduite entièrement autonome sera disponible à la fin de l’année.

Le système sera géré par la plateforme Nvidia animée par la puce Drive AGX Orin, annoncée par le fabricant comme le processeur le plus avancé du monde. En revanche, le fabricant ne s’est pas exprimé sur le système d’exploitation embarqué. Car rappelons qu’Alibaba est aussi à l’origine du système Aliyun, reposant une exploitation Linux.

Le premier chargeur à induction 11 kW de série

Les deux IM embarquent deux moteurs électriques pour une puissance totale de 544 ch et 700 Nm de couple. Le 0-100 km/h est alors annoncé en 3,9 secondes. Deux batteries seront proposées, avec une unité de 93 kWh en série et un bloc de 115 kWh en option. Dans ce dernier cas, l’autonomie peut grimper à 874 km sur un cycle NEDC. Ce qui se montre moins énergivore que la toute nouvelle Nio ET7, qui a besoin de 150 kWh pour toucher les 1 000 km sur le même cycle.

IM annonce également le premier chargeur électrique à induction fabriqué en série au monde. Bien qu’annoncé comme un chargeur rapide par le constructeur, il s’agit toutefois d’un chargeur sans fil d’une puissance de 11 kW, qui offre près de 80 km d’autonomie en une heure de recharge.

Des plans chamboulés par le gouvernement chinois ?

Lors de la présentation, la marque IM s’est aussi penchée sur le châssis de ses deux voitures, comme on en avait perdu l’habitude. Le fabricant indique que, malgré l’expertise de SAIC en matière d’automobile, les réglages ont été confiés à Williams. Un système d’amortissement adaptatif ainsi qu’un dispositif à roues arrière directrices seront au programme.

La berline sera la première à voir le jour au Salon de Shanghai au mois d’avril prochain. Les clients intéressés devront patienter jusqu’en 2022 pour voir arriver le SUV électrique. Indiquons toutefois que les plans de la marque pourraient connaître quelques changements : après les critiques du gouvernement de Jack Ma, Pékin pourrait finalement nationaliser Alibaba. Dans cette affaire épineuse, Xi Jinping a aussi ordonné l’interdiction de l’entrée en bourse d’Ant Financial (propriété d’Alibaba), en guise de sanction contre le PDG. Si la marque n’est pas encore dans le viseur du régime, elle pourrait être une nouvelle cible.

]]>
Kia adopte une nouvelle orientation pour son futur électrifié https://www.automobile-propre.com/breves/kia-adopte-une-nouvelle-orientation-pour-son-futur-electrifie/ Fri, 15 Jan 2021 10:26:51 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106772 ]]> Le groupe automobile coréen accélère le rythme. Alors que Hyundai entame son futur avec la nouvelle marque Ioniq, c’est au tour de Kia d’annoncer sa stratégie pour les prochaines années. Et de dévoiler aussi la nouvelle vision de ses activités, qui s’orienteront vers la conception de produits et services qui vont au-delà de l’automobile.

C’est la volonté qui se cache derrière la nouvelle dénomination commerciale de la marque coréenne, qui abandonne le badge de Kia Motors au profit de Kia. Cette nuance dans l’appellation ne fait plus de Kia un constructeur automobile, mais un créateur de solutions de mobilité durable, destinées à améliorer le quotidien des clients.

Sept nouvelles voitures électriques au programme

Pour atteindre ses objectifs, le fabricant a élaboré le Plan S. Celui-ci prévoit notamment l’arrivée sur le marché de sept nouveaux véhicules entièrement électriques d’ici 2027. Tous ces modèles reposeront sur la nouvelle plateforme du groupe, baptisée E-GMP. Le premier à l’étrenner verra le jour au cours du premier trimestre de cette année.

Toutefois, Kia ne proposerait pas seulement des voitures conventionnelles. Plusieurs solutions et services autour de la mobilité propre pourront voir le jour au cours des prochaines années. C’est ce que laisse suggérer la navette électrique tapie dans l’ombre (à l’extrême gauche sur la photo d’ouverture), qui reposera de son côté sur une plateforme skateboard : ce choix technique permettra de faire évoluer les capacités de transport des véhicules selon les usages.

]]>
Xpeng prépare son offensive électrique en Europe https://www.automobile-propre.com/breves/xpeng-prepare-son-offensive-electrique-en-europe/ Fri, 15 Jan 2021 09:38:40 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106771 ]]> Le constructeur chinois Xpeng a annoncé ces derniers jours l’arrivée en 2021 d’un troisième modèle et va débarquer en Europe. La jeune marque a déjà prévu d’importer son SUV G3 sur le Vieux Continent via la Norvège, mais veut s’y installer durablement.

C’est dans les prochains mois que la marque va établir une liste de pays dans lesquels elle veut commercialiser son G3, sa Berline P7 et un futur modèle encore non révélé. Le président de la marque, Brian Gu, ne ferme pas non plus la porte à une production de voitures en Europe à l’avenir, mais doit déjà identifier les marchés sur lesquels son entreprise pourrait être performante.

Il assure toutefois que Xpeng prendra son temps pour venir se mesurer au marché européen, sur lequel la marque aura notamment Tesla parmi ses concurrents. « Nous ne voulons pas arriver tard, mais il est plus important d’établir votre marque et votre réputation quand vous êtes un nouvel arrivant », a justifié Gu.

« Et cela se fait en ayant les bonnes infrastructures et la bonne structure de vente et de services, ainsi que la bonne reconnaissance envers votre marque. Il est facile de lâcher des centaines de véhicules dans un pays, mais ce n’est pas comme ça qu’on développe un business. »

]]>
Mobilize : Renault réinvente le Twizy et veut démocratiser l’électrique https://www.automobile-propre.com/mobilize-renault-reinvente-le-twizy-et-veut-democratiser-lelectrique/ Fri, 15 Jan 2021 06:00:36 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?p=106707 ]]>

Au cœur de sa Renaulution, Renault a officialisé Mobilize, le nom de sa nouvelle marque dédiée aux nouvelles mobilités. Parmi la gamme de véhicules proposés figurera le successeur de l’actuel Twizy.

Lors de la présentation de la restructuration du Groupe Renault en septembre 2020, le géant français avait annoncé l’arrivée d’une quatrième marque aux côtés de Renault, Dacia et Alpine. Consacrée à l’électromobilité et aux services de mobilité, on sait désormais qu’elle se nomme Mobilize. Il s’agit du quatrième pilier annoncé par Luca de Meo, le PDG de Renault, pour relancer le groupe.

Mobilize se focalise sur les services de mobilité et d’énergie et des formes de mobilités durables et partagées. L’objectif de la nouvelle marque est de répondre aux besoins des usagers et de permettre au Groupe Renault « d’atteindre la neutralité carbone et à son ambition de développer la valeur de l’économie circulaire ».

Un successeur au Twizy comme fer de lance de l’électromobilité

Il ne sera pas le premier véhicule disponible sous le badge Mobilize, mais le concept EZ-1 a forcément de quoi intriguer. Véritable descendant du Renault Twizy, ce quadricycle électrique ne verra le jour qu’en 2023.

Il mesurera 2,3 mètres de long, soit un gabarit similaire à celui de son prédécesseur sorti en 2012. L’EZ-1 comportera deux places mais ne sera pas disponible à l’achat. Seul un format de location, à plus ou moins longue durée, sera proposé aux particuliers et aux entreprises.

Il disposera d’un système de changement de batterie instantané, comme le Seat Minimo. Luca de Meo l’avait initié à l’époque, et le PDG de Renault récidive en proposant cette fois une solution plus adaptée aux flottes et à l’autopartage.

Le changement instantané de batterie permettra une disponibilité permanente des véhicules sur les bornes de partage. La location, quant à elle, sera possible soit sur une base de temps, soit selon un kilométrage donné.

Une berline et un fourgon accompagneront la Dacia Spring

Toutefois, Mobilize n’attendra pas 2023 pour lancer officiellement son premier produit, puisque la Dacia Spring arrivera dès cette année dans les rangs du constructeur. Le SUV compact, véhicule électrique le plus abordable du marché, s’est dévoilé sous le badge Dacia, mais aura plusieurs vies, puisque le service Zity de Renault le proposera aussi.

Mobilize nous a confirmé que la Spring sera adaptée avec des équipements spécifiques pour les flottes et l’autopartage. Cependant, elle conservera bien son badge Dacia pour son exploitation sous ce nouveau nom.

En revanche, le nouveau constructeur sortira en 2022 une berline dont le nom n’a pas encore été dévoilé, mais nous a confirmé qu’elle porterait le logo Mobilize. Il s’agira d’un modèle électrique destiné aux flottes de taxis et VTC. Il sera spécialement conçu et développé pour Mobilize.

Enfin, un véhicule électrique de livraison, lui aussi dédié aux flottes « zéro émission », verra le jour à une date encore inconnue. Celui-ci portera également le nom de Mobilize et devrait arriver après l’EZ-1, donc possiblement à l’horizon 2024.

Les 4 futures voitures électriques de Mobilize 2021-2025

Les 4 futures voitures électriques de Mobilize 2021-2025

Privilégier les flottes et miser sur l’écologie

Grâce à un partenariat avec RBI Bank and Services, Mobilize permettra à ses clients un accès facilité à ses services financiers. Ainsi, la marque compte les aider à acquérir des flottes et limiter les coûts de celles-ci.

Des logiciels et algorithmes permettront à Renault de mieux cibler l’utilisation des véhicules Mobilize et mieux répondre à la demande utilisateur. Cela permettra notamment de mieux répartir les véhicules dans les services d’autopartage. L’objectif est d’augmenter de 20 % le taux d’utilisation des voitures des diverses flottes.

Mobilize aidera les exploitants de flotte dans l’entretien des véhicules. Lorsque ceux-ci ne pourront plus être utilisés, ils seront envoyés à la Re-Factory de Flins. De là, les services de Mobilize les recycleront et réutiliseront leurs batteries. Renault compte profiter des batteries usées pour en faire des sources d’énergie stationnaires. L’expertise de Renault permettra à Mobilize d’optimiser la gestion de la valeur du cycle de vie de la batterie.

Enfin, la marque cherchera à faciliter l’adoption du véhicule électrique par les clients en proposant des services liés à l’autopartage. Un système de paiement unique européen et une application permettant de localiser les stations de recharge feront partie du dispositif.

]]>
La batterie d’une voiture électrique est-elle recyclable ? https://www.automobile-propre.com/dossiers/batterie-voiture-electrique-est-elle-recyclable/ Thu, 14 Jan 2021 18:00:21 +0000 Hugo LARA https://www.automobile-propre.com/?post_type=dossiers&p=101641 ]]>

Une batterie de Hyundai Kona 64 kWh en cours de fabrication en République Tchèque.

Que deviennent les batteries des voitures électriques en fin de vie ? Contrairement aux nombreuses idées reçues et fausses informations qui circulent, elles sont massivement recyclées. Automobile Propre vous embarque dans la réalité du recyclage et de la réutilisation des vieilles batteries de véhicules électriques.

La batterie est l’organe le plus précieux d’une voiture électrique, elle représente environ un tiers de son prix. Selon le type de technologie et le comportement de l’utilisateur, elle peut tenir plus d’une dizaine d’années à bord du véhicule. Mais que devient-elle lorsque la voiture part à la casse ? En Europe, les constructeurs de véhicules électriques ont l’obligation de recycler leurs batteries. Une contrainte fixée par la directive européenne 2006/66/CE et l’article R543-130 du code de l’environnement en France.

Par ailleurs, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) tient un « registre national des piles et accumulateurs » sur lequel toutes les opérations doivent être consignées par les organismes de recyclage agrées. La majorité des batteries usagées sont ainsi confiées par les constructeurs à des entreprises spécialisées. Pour s’assurer qu’autant de batteries produites seront recyclées, ils réservent des volumes de traitement à long terme.

nissan-usine-batterie-module

Une batterie est composée de plusieurs modules comme celui-ci, abritant les cellules.

Même usée, une batterie reste précieuse

Dans tous les cas, il faut savoir qu’une batterie de voiture électrique conserve de la valeur même lorsqu’elle est très usée. Elle recèle en effet de grandes quantités de matières précieuses et d’un important potentiel de réutilisation commerciale. Il n’y a donc absolument aucun intérêt à la jeter en décharge, dans la nature ou de l’expédier vers une obscure filière de traitement à l’étranger. De plus, une batterie de traction est assez volumineuse et pèse entre 100 et 600 kg. Impossible de la manipuler à mains nues et de la transporter sans un véhicule et des équipements adaptés. Il y a ainsi considérablement moins de risques qu’elle se retrouve en dehors d’un circuit de recyclage contrairement à une batterie de smartphone, ordinateurs portable ou enceinte bluetooth.

Le taux de collecte des piles et batteries issues de ces appareils nomades était de seulement 46,7 % en France en 2018. Aucune donnée consolidée n’est pour l’instant disponible concernant le taux de collecte des batteries de voitures électriques. Elles sont effectivement considérées comme « accumulateurs industriels » par la législation et noyées dans cette vaste catégorie. Par ailleurs, les véhicules électriques étant récents, très peu de batteries sont aujourd’hui mises au rebut. L’ADEME indique ainsi que les quelques accumulateurs traités (2 % du volume des accumulateurs industriels collectés en 2018) « proviennent essentiellement de véhicules accidentés ou défectueux ». Les premières batteries de voitures hybrides ou électriques « ont été collectés en 2011, suite à la mise en place d’une filière en partenariat avec les constructeurs automobiles » précise l’agence, dans son rapport annuel du registre des piles et accumulateurs de 2018.

Une boite utilisée pour le transport d’une batterie de Renault Zoé.

Les étapes du recyclage

Lorsqu’un véhicule électrique accidenté ou en fin de vie parvient à la casse, sa batterie est démontée. Sur l’immense majorité des modèles, elle est boulonnée sous le châssis. Il suffit donc de placer la voiture sur un pont, débrancher le disjoncteur et déboulonner l’accumulateur, qui est réceptionné sur un chariot. L’opération peut être effectuée par la casse si elle possède le matériel et les compétences adéquates, par le constructeur automobile, qui peut dépêcher une équipe sur place dans certains cas ou par l’entreprise de recyclage agrée. Elle est ensuite expédiée vers une usine de traitement.

Cette vidéo d’une opération de remplacement de batterie permet de mieux comprendre comment un pack est retiré du véhicule.

Si elle est trop endommagée, par exemple suite à un grave accident, elle voyage dans une caisse spécifique en métal, un « sarcophage » équipé de capteurs et d’un système d’extinction automatique anti-incendie. Arrivée sur site, la batterie est ouverte et testée pour déterminer son niveau d’usure. Selon son état, elle peut être entièrement démantelée pour procéder au recyclage de ses composants ou reconditionnée pour une « seconde vie ».

La « seconde vie » d’une batterie

La « seconde vie » consiste à réutiliser la batterie lorsqu’elle n’est plus en assez bon état pour propulser un véhicule mais dispose de suffisamment de puissance et de capacité pour être exploitée dans un système de stockage stationnaire. Elle peut ainsi servir à stocker de l’énergie renouvelable produite par un particulier, une entreprise ou un gestionnaire de réseau électrique. La plupart des constructeurs automobiles ont déjà réalisé des projets de « seconde vie » avec leurs propres batteries.

L’extraction et la séparation des matériaux

Lorsqu’une batterie est trop dégradée pour cet usage, elle est dirigée vers une unité de recyclage. La loi, aujourd’hui assez souple, oblige les entreprises de recyclage à valoriser au moins 50 % du poids d’une batterie. Toutes dépassent largement ce palier et revendiquent entre 70 et 90 % de recyclage selon la technologie de batterie (lithium-ion, NiMh, NiCd, LMP, etc.) Différentes techniques propres à chaque entreprise permettent d’extraire les différents matériaux qui composent un accumulateur. Les batteries peuvent ainsi être broyées ou chauffées dans un four à pyrolyse afin d’en séparer les éléments. Un large éventail de procédés chimiques et mécaniques les affinent ensuite pour aboutir à des poudres et lingots de matière première : lithium, nickel, cuivre, aluminium, cobalt, cadmium, etc réutilisables à l’infini.

Les déchets ultimes

Les déchets résiduels, principalement des matières plastiques traitées pour résister au feu et particules filtrées par les cheminées au cours des processus de recyclage, sont mises en fût et enfouies dans des décharges spécifiques agréées. Les progrès technologiques en matière de recyclage et d’éco-conception devraient permettre de s’approcher davantage des 100 % de valorisation à l’avenir. Que vous ayez une voiture électrifiée ou non, n’oubliez pas d’apporter les piles et batteries de vos appareils en points de collecte ! Vous risquez bien plus de les égarer hors d’un circuit de recyclage qu’une batterie de traction.

]]>
Citroën ë-Berlingo 2021 : l’utilitaire électrique double son autonomie https://www.automobile-propre.com/breves/citroen-e-berlingo-2021-lutilitaire-electrique-double-son-autonomie/ Thu, 14 Jan 2021 16:11:43 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106678 ]]> Le troisième et dernier véhicule du trio d’utilitaires Citroën débarque. Après les grands frères ë-Jumpy et ë-Jumper, c’est au tour du Citroën Berlingo électrique de se dévoiler. La marque aux chevrons respecte ainsi sa promesse d’une gamme 100 % électrifiée.

Basé sur la troisième génération de l’utilitaire, ce Citroën ë-Berlingo se distingue en deux carrosseries : M de 4,40 mètres et XL de 4,75 mètres. Variant de 3,3 à 4,3 m3, son volume utile permet de contenir deux Europalettes et jusqu’à 800 kg de chargement. C’est donc mieux que les 4,1 m3 et 695 kg de l’ancien modèle. La cabine 3 places ne diffère pas des versions thermiques. Citroën apporte un sélecteur 3 modes (Eco, Normal et Power) spécifique à la conduite électrique.

Le moteur 100 kW/260 Nm est identique à la berline C4 électrique, tout comme sa batterie. L’autonomie du Citroën Berlingo électrique culmine à 275 km en cycle WLTP avec le pack 50 kWh contre 170 km NEDC (138 km WLTP) auparavant. En 7,4 kW, comptez 7 h 30 pour un plein complet (ou 5 h sur triphasé 11 kW). Sur port Combo, la recharge DC fournit jusqu’à 100 kW pour 80 % d’énergie récupérée en 30 minutes.

Quelle date de commercialisation pour le Citroën Berlingo électrique ?

Le lancement du Citroën ë-Berlingo électrique interviendra au printemps 2021, au tarif encore inconnu. Ces prochains jours, nous devrions aussi découvrir les équivalents chez Peugeot et Opel.

Au-delà de la version utilitaire, une version VP est également au programme.

Citroën ë-Berlingo électrique 2021

]]>
Tesla contraint à un rappel massif aux USA https://www.automobile-propre.com/breves/tesla-contraint-a-un-rappel-massif-aux-usa/ Thu, 14 Jan 2021 13:52:02 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106655 ]]> C’est un problème qui avait touché Tesla il y a plusieurs années qui fait aujourd’hui surface aux États-Unis. Connue sous le nom de « panne eMMC », cette avarie concernait les Model S et Model X datant d’avant 2018. Elle touchait la carte mémoire (Multi-Media-Card) de l’ordinateur de bord et occasionnait des problèmes sur l’écran central. Ceux-ci pouvaient se matérialiser par une réponse moins rapide, voire inexistante, et un temps de mise en route plus long. Tesla avait pris en charge les véhicules défectueux à l’époque et avait lancé en 2018 un nouvel ordinateur de bord. Le problème avait disparu grâce à celui-ci, et le constructeur avait offert une extension de garantie pour ce problème.

Cependant, cela n’a pas suffi puisque des voitures qui ont dépassé leur date de garantie continuent d’être victimes de la panne. La NHTSA a enquêté sur le problème et a noté qu’il touchait jusqu’à 30 % des véhicules sur certains mois de production.

Alertée par différents clients de la marque d’Elon Musk, qui ont eu des problèmes à faire prendre leur véhicule en garantie, l’autorité a tranché. Elle a ordonné à Tesla le rappel de 158 000 voitures outre-Atlantique. Une procédure que le constructeur devrait confirmer dans les deux semaines.

]]>
Renault fait évoluer Alpine : Électrique, avant-gardiste et luxueuse https://www.automobile-propre.com/renault-fait-evoluer-alpine-electrique-avant-gardiste-et-luxueuse/ Thu, 14 Jan 2021 12:01:54 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?p=106571 ]]> Les 4 futures voitures électriques de Mobilize 2021-2025

Teaser des 3 futures voitures électriques Alpine 2021-2025

Annoncé ce jeudi 14 janvier, le nouveau plan stratégique de Renault propulse Alpine dans une autre dimension. Le petit constructeur deviendra une marque 100 % électrique avec une offre composée de trois modèles.

La Renaulution a bien eu lieu ! Pour Alpine, elle marque une révolution dans son approche et dans le concept de la marque, qui deviendra électrique. Le nouveau mot-clé de la marque est « Avant-Garde », qui englobe à la fois la volonté du constructeur de devenir 100 % électrique, mais également de monter en gamme. Le PDG du groupe, Luca de Meo, est l’instigateur de cette nouvelle stratégie.

Trois modèles électriques, dont un SUV et une sportive

Alpine a teasé son « Garage de rêve » avec trois modèles qui sortiront dans les prochaines années. La plateforme CMF-B EV, adaptée de celle de la Clio ou du Nissan Juke, servira pour concevoir une compacte sportive électrique, possiblement dérivée du nouveau Renault 5 Prototype de segment B. Dédiée aux véhicules « zéro émission », la plateforme CMF-EV sera aussi la base d’un petit SUV de segment C.

Enfin, une sportive électrique développée avec Lotus remplacera l’A110. La mythique marque s’est tournée depuis plusieurs mois vers la production de supercars électriques. Vitrine commerciale du Groupe Renault, Alpine en sera aussi la division sportive, avec notamment un engagement en Formule 1 et aux 24 Heures du Mans. Alpine rassemblera les activités jusque-là regroupées sous les bannières Alpine Cars, Renault Sport et Renault Sport Racing.

Une vitrine technologique pour le Groupe Renault

Comme l’A110 depuis sa sortie, les nouvelles Alpine représenteront l’aspect innovant du groupe. Alpine sera aussi une vitrine technologique pour le Groupe Renault, avec le développement de technologies issues de la compétition. Le groupe met aussi en avant le savoir-faire et l’aspect artisanal de l’usine de Dieppe, qui produira les futurs modèles.

« Alpine va passer d’un statut quelque peu nostalgique à un statut d’outil pour devenir l’avant-garde de l’automobile entièrement électrique, sportive et exclusive », a déclaré le nouveau PDG d’Alpine, Laurent Rossi. « Il sera possible de partir d’une page blanche sur la distribution et l’ingénierie pour attirer une nouvelle clientèle. Une marque ne serait rien sans ceux qui fabriquent les produits, Alpine c’est une marque remplie d’artisanat et de savoir-faire. »

C’est aussi grâce à la compétition qu’Alpine pourra développer des technologies poussées. Au centre de celles-ci, un nouveau système de gestion de l’énergie devrait constituer la colonne vertébrale technique des futures Alpine. L’échange de données et la connectivité sont également mis en avant pour la gestion électronique des modèles. Enfin, l’intelligence artificielle aidera à apporter des services personnalisés aux clients de la marque.

SUV, compacte, sportive : Une gamme diversifiée pour tous

Dans son « Dream Garage », Alpine explique préparer un modèle destiné à chaque utilisation. La compacte sportive se destine à une clientèle voulant se faire plaisir au volant, et Alpine en fait la voiture « pour moi ». Le SUV électrique de segment C sera un véhicule « pour nous », c’est-à-dire une voiture familiale. Quant à la sportive développée avec Lotus, c’est une voiture « pour le week-end », un véhicule de loisir.

Grâce à ces modèles visant un public large en dépit de leur esprit haut de gamme, Alpine veut devenir une marque rentable d’ici à 2025. Cela inclut les investissements liés au sport automobile, qui doit aussi aider à communiquer mondialement sur la marque.

La future F1 d'Alpine

« Notre équipe de F1 rassemble 1 200 ingénieurs d’élite formés pour rivaliser contre les plus grands constructeurs. C’est aussi une plateforme marketing unique avec un demi-milliard de fans dans le monde, c’est une opportunité unique pour une marque » poursuit Laurent Rossi.

C’est également en 2025 que le Groupe Renault devrait accélérer sur l’électrification. À ce moment-là, 50 % des véhicules produits seront électriques, et un quart des ventes se fera sur le « zéro émission ». Bien qu’elle ne représentera qu’une petite fraction de ce chiffre, la marque Alpine guidera le reste du groupe dans sa mue.

]]>
Renault 5 Prototype : tout savoir sur le retour de la R5 électrique en 2023 https://www.automobile-propre.com/nouvelle-renault-r5-electrique-ce-quil-faut-savoir-sur-sa-sortie-en-2023/ Thu, 14 Jan 2021 09:47:56 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?p=106576 ]]>

Dans le cadre de la nouvelle stratégie Renaulution, la marque française va lancer 7 nouveaux modèles zéro émission dont la fameuse R5 électrique présentée en concept-car Renault 5 Prototype.

L’arrivée du nouveau PDG Luca De Meo est marquante chez Renault. Essuyant l’ère Carlos Ghosn dans la course au volume, il a organisé l’évènement Renaulution, exposant la nouvelle stratégie de la marque au slogan « La nouvelle vague ». 7 nouveautés électriques sont au programme, avec deux citadines dont la nouvelle Renault 5.

Une nouvelle R5 électrique

La principale nouveauté sera du segment B, celui des citadines. Elle sera l’une des deux remplaçantes de la Renault ZOE et de la Twingo ZE. La R5 fera son retour, et s’illustre déjà via le concept Renault 5 Prototype.

Sous l’égide du nouveau designer Gilles Vidal (ex-Peugeot), elle reprend les codes de la petite voiture née dans les années 1970. On note par exemple les optiques arrière et le logo décalé sur le côté. Autre aspect original, la trappe de recharge est sur le capot avant.

Sa version de série sera lancée en 2023 et reposera sur la plate-forme CMF-B EV, évolution de celle de la Clio E-Tech. Avec un pack autour de 50 kWh, il faut donc attendre environ 400 km d’autonomie.

Renault 5 Prototype R5 électrique 2021

3 autres électriques dont la Mégane et un SUV

Avec la R5, la nouvelle vague sera donc à moitié électrique. Quatre autres modèles particuliers inédits vont rejoindre la gamme Renault ces 4 prochaines années. La première sera la version de série du concept eVision, la Mégane électrique, qui sera présentée à l’automne 2021 et lancée début 2022. Elle aura 450 km d’autonomie grâce à une batterie de 60 kWh.

Un SUV suivra fin 2023, sur la même plate-forme électrique CMF-EV que la Mégane. Ce modèle proche en taille du cousin Nissan Ariya aura probablement un pack 87 kWh pour dépasser les 500 kilomètres d’autonomie.

Enfin, le dernier modèle électrique Renault arrivera en 2025 et sera le second remplaçant des ZOE/Twingo. En plus de la R5, une cousine pourrait porter une renaissance de la Renault 4 ou 4L, en motorisation électrique.

Trois utilitaires : la nouvelle génération de Kangoo électrique

Depuis les débuts de l’offensive, les utilitaires font partie intégrante de la stratégie. Le Kangoo ZE avait rejoint la gamme Renault dès 2023. La marque va donc lancer une nouvelle génération de Kangoo électrique en 2022, sur la base du nouveau modèle présenté fin 2020.

Le Renault Kangoo ZE de seconde génération sera là en 2022

Deux autres utilitaires électriques arriveront courant 2024. On imagine sans peine qu’un fourgon concurrent des Peugeot e-Expert et futur Volkswagen ID.Buzz arrivera. L’autre véhicule sera le remplaçant de l’actuel Master électrique qui aura une nouvelle génération. Et espérons qu’il propose une batterie plus vaste pour dépasser les 150 km d’autonomie.

Des surprises chez les hybrides

L’électrique devrait représenter environ 30 % des ventes en 2025 estime Renault. Mais la marque française espère aussi une offensive hybride qui comptera pour 35 % du volume d’ici 4 ans.
Renault n’a pas détaillé précisément le plan pour ses voitures hybrides. On sait cependant que la première nouveauté sera la version berline de la Mégane E-Tech plug-in. Le SUV-coupé Renault Arkana E-Tech, hybride essence classique, arrivera cet été 2021.

5 autres hybrides rejoindront le groupe, avec deux citadines, une compacte et deux véhicules hybrides familiaux. Ces modèles peuvent également adopter la forme d’un SUV, et le badge Dacia.

]]>
Renaulution : découvrez les 13 futures voitures électriques Renault, Alpine et Mobilize ! https://www.automobile-propre.com/renaulution-decouvrez-les-13-futures-electriques-renault-alpine-et-mobilize/ Thu, 14 Jan 2021 07:43:23 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?p=106559 ]]> Renault Five Mobilize Alpine Dacia Renaulution 2021

Axée autour des marques Renault, Alpine, Dacia et Mobilize, la révolution de Renault consistera en 13 nouveaux modèles électriques, dont un retour de la R5.

Présenté ce 14 janvier, le nouveau plan stratégique de Renault s’étend jusqu’à 2025 voire au-delà. À cet horizon, le groupe veut lancer 13 nouveaux modèles 100 % électriques au sein d’une stratégie en 4 marques.

Retour de la Renault 5 en électrique

7 nouveaux modèles seront au sein de la marque Renault. Deux iront occuper le segment B, la nouvelle R5 électrique en 2023 et une probable R4 en 2025. La Mégane électrique déboulera sur le segment des compactes (C), suivie d’un SUV familial fin 2023.

Trois utilitaires complèteront l’offre actuelle, le Kangoo ZE en 2022, puis deux inédits en 2024. L’objectif est d’atteindre 30 % des ventes en 100 % électriques d’ici 2025.

3 Alpine électriques confirmées, et une nouvelle marque d’autopartage

À l’avant-garde du constructeur, la marque Alpine se repositionne sur une offre 100 % électrique. Annoncés dans l’illustration ci-dessous, trois modèles sont au programme dont une compacte qui pourrait être une version sport de la Renault 5 électrique. Arrivent ensuite un grand SUV et une sportive électrique. Développée avec Lotus, cette dernière remplacera l’actuelle Alpine A110.

Les 4 futures voitures électriques de Mobilize 2021-2025

Teaser des 3 futures voitures électriques Alpine 2021-2025

Dacia : un nouveau logo

Chez Dacia, l’heure est au grand ménage. Souhaitant passer de 4 plateformes à 1 seule pour simplifier son offre, le constructeur annonce le lancement de 3 nouveaux modèles d’ici à 2025. Tous devraient être basés sur la plateforme CMF-B de l’Alliance qui pourra accueillir des motorisations électriques ou hybrides. La marque confirme notamment vouloir investir le segment du C-SUV à travers la présentation du concept Bigster. Celui-ci a de grandes chances d’intégrer la motorisation hybride e-Tech du constructeur.

Mobilize : la marque dédiée aux nouvelles mobilités

Enfin, une nouvelle marque débarque, celle de la mobilité partagée. Baptisée Mobilize, elle comptera initialement la Dacia Spring électrique dans ses rangs. Une berline électrique suivra en 2022, puis en 2023 une petite citadine 2 places EZ-1, réinterprétation de la Twizy.

En 2024, un utilitaire proche du programme EZ-Flex complètera l’offre.

Les 4 futures voitures électriques de Mobilize 2021-2025

Les 4 futures voitures électriques de Mobilize 2021-2025

]]>
Voiture Apple : un autre constructeur aurait été contacté https://www.automobile-propre.com/breves/voiture-apple-un-autre-constructeur-aurait-ete-contacte/ Thu, 14 Jan 2021 07:15:05 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106551 ]]> Ce n’est pas acquis, mais Apple semble avoir noué un lien avec Hyundai. La firme high-tech cherche un allié, et devrait utiliser le savoir-faire du constructeur coréen. Or, la prise de contact a également concerné une autre entreprise.

Selon The Verge, Apple aurait approché Canoo au premier semestre 2020. Les discussions n’ont pas abouti, mais il aurait été question d’aller plus loin. Le concepteur de l’iPhone a même réfléchi au rachat pur et simple de la startup.

Ce duo entre Apple et Canoo aurait eu du sens. Apple n’a pas l’expérience en automobile et Canoo est inconnue du public. Cette dernière s’était révélée début 2020 avec un monospace électrique futuriste. La firme à la pomme visait donc l’utilisation de la plateforme « skateboard » pour sa voiture électrique « Apple Car ». Cependant, il semble que les ambitions d’Apple soient énormes, car l’appui de Hyundai donne une tout autre échelle de projet.

Apple, Canoo, Hyundai, tous connectés ?

Si vous lisez souvent Automobile Propre, vous vous souviendrez que Hyundai et Canoo ont annoncé une union en février 2020. Les deux ont annoncé le développement de petites électriques. Le média américain affirme toutefois qu’aucun lien n’existe entre ce partenariat et les discussions menées entre Apple et Canoo.

Concept de voiture berline électrique Canoo en 2020

Le concept de berline électrique Canoo, plutôt dans l’esprit Apple non ?

]]>
Opel Mokka-e : le SUV électrique ne sera pas en rupture de stock en France https://www.automobile-propre.com/breves/opel-mokka-e-le-suv-electrique-ne-sera-pas-en-rupture-de-stock-en-france/ Thu, 14 Jan 2021 06:32:46 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106521 ]]> Alors que les rumeurs font état d’une rupture de stock autour de l’Opel Mokka-e avec une production déjà réservée jusqu’en 2022, le constructeur a apporté des précisions autour de son nouveau best-seller électrique. Sur le marché français, la situation est très différente de celle rencontrée outre-Rhin.

La pénurie annoncée en Allemagne ne concerne que le modèle d’entrée de gamme, sobrement nommé Mokka-e. Cette finition n’est pas disponible en France, où le SUV débute à la variante Edition. En réalité, celle-ci représente moins de 10 % des commandes, puisque le constructeur nous confirme que plus de la moitié des Mokka-e vendus jusqu’ici l’ont été dans les deux finitions les plus élevées, Ultimate et GS Line.

Sur le marché français, les ventes sont tout aussi encourageantes. Le délai annoncé par Opel entre la commande et la livraison d’un Mokka-e s’établit autour de trois mois, une attente globalement normale. Le SUV « zéro émission » est toujours attendu à partir du mois de mars en livraison et dans les concessions.

]]>
[Appel à témoin] Cette Porsche Taycan volée est impossible à localiser https://www.automobile-propre.com/pourquoi-cette-porsche-taycan-volee-est-impossible-a-localiser/ Wed, 13 Jan 2021 18:35:37 +0000 Philippe SCHWOERER https://www.automobile-propre.com/?p=106538 ]]> Une Porsche Taycan blanche volée

Cette Porsche Taycan blanche est introuvable depuis le 11 janvier dernier

L’affaire n’est pas banale et met très mal à l’aise un de nos fidèles lecteurs spécialisé dans la vente et la location de véhicules électriques haut de gamme en particulier. Non restituée dans les délais, la Porsche Taycan est désormais considérée comme volée après une plainte déposée le lundi 11 janvier 2021 à la gendarmerie.

Merci à nos lecteurs : La Porsche Taycan a été retrouvée

Ce jeudi 14 janvier 2021, nous venons d’être informés que le Taycan a été retrouvé. « Merci à la brigade anticriminalité de Metz qui a récupéré la voiture ce matin grâce à l’appel à témoin et à de très bons amis », informe le propriétaire.

Porsche Taycan 4S blanche

La voiture recherchée est une Porsche Taycan 4S blanche louée dans le cadre d’une future vente par le garage ACC Automobiles installé à Blotzheim (68), dans le secteur de Mulhouse. Immatriculé FR-713-QE, le bolide électrique se distingue par ses jantes Mission E Design 21 pouces. Mis en circulation en juillet 2020, il totalise environ 18 000 kilomètres à ce jour.

L’appel à témoin court jusqu’à ce que le constructeur parvienne à installer à distance le traceur GPS.

« Prévenue lundi dernier, la gendarmerie est passée me voir le lendemain même pour faire le point sur cette affaire », lance Didier Dubicki, fondateur et gérant de l’entreprise. « La voiture circulerait dans la région de Metz, en Moselle, avec un déplacement enregistré à Nancy, le jour même où j’ai déposé plainte », précise-t-il.

Problème temporaire de géolocalisation

« Dans les premiers temps, je pouvais suivre avec l’application l’utilisation du véhicule. Mais le mode privé, qui est accessible sans code contrairement à ce que propose Tesla, a été activé. La parade dans cette situation est simple : contacter Porsche d’urgence pour implémenter à distance l’option de tracking facturable 299 euros par an », explique le gérant d’ACC Automobiles.

« Normalement, il est possible de mettre en place le traçage grâce à un site Internet. Mais là, actuellement, ça ne fonctionne pas. Et pas seulement pour cette voiture, mais aussi pour mon autre Taycan, et sans doute pour les autres également », déplore-t-il.

Porsche sur le problème depuis ce matin

« Porsche France est sur le problème depuis ce matin, en liaison directe avec Stuttgart. Quand il sera résolu, la gendarmerie pourra enfin localiser le véhicule et sans doute le retrouver. Mais dans quel état sera-t-il ? », s’inquiète Didier Dubicki.

« En attendant, les témoignages de personnes qui ont pu croiser le Taycan sont essentiels », appelle-t-il.

« Je conseille à tous les propriétaires de Taycan de ne pas attendre un pépin pour acquérir et activer l’option de tracking. Pour ma part, on ne m’y reprendra plus, mes voitures seront beaucoup plus protégées contre ce genre de mésaventures », prévient-il.

Un client correct à la base

« Au départ, le client a loué pour un week-end une Tesla en septembre dernier. En me la restituant, il m’a demandé le Taycan pour une période identique. Une opération qu’il a renouvelée sur une semaine, puis sur un mois, avant de vouloir se porter acquéreur du véhicule. Cette opération ne pouvait être réalisée qu’au bout de 6 mois d’immatriculation au garage », détaille Didier Dubicki.

« Comme cette personne se positionnait fermement, nous avons convenu du versement d’un acompte pour réserver la voiture, puis du versement du solde en janvier, soit 6 mois après l’arrivée du Taycan chez nous. Je lui ai laissé l’usage du véhicule à un prix négocié, en lui demandant de me le ramener si un autre de mes clients souhaitait l’utilisait entre temps. Il a bien tenu cet engagement une fois. C’est ensuite que la situation a dérapé », se désole-t-il.

Une affaire rocambolesque

« Contrairement aux promesses, les virements ne sont jamais arrivés sur le compte du garage. J’ai relancé plusieurs fois la personne, avec à chaque fois l’assurance que l’argent serait versé très vite. Il m’a promis de passer pour régler l’affaire : il n’est pas venu. Ensuite, il a prétendu être à Paris auprès de sa famille touchée par le Covid-19. J’ai attendu un peu », détaille Didier Dubicki.

« J’ai conservé une relative confiance tant que je pouvais suivre sur l’application la position du Taycan la plupart du temps situé à Metz ou ses environs. Quand ça n’a plus été le cas, j’ai demandé au client de me ramener la voiture. Il ne voulait pas le faire selon lui à cause de la distance de plus de 250 kilomètres qui sépare Metz de Blotzheim », poursuit-il.

« Après m’être assuré auprès de la concession que c’était possible, je lui ai proposé d’amener la voiture chez Porsche Metz en attendant que la situation financière se débloque. Comme il ne l’a pas fait dans les 3 ou 4 jours malgré ses promesses et mes relances, j’ai décidé de porter l’affaire auprès de la gendarmerie », soupire-t-il.

Que s’est-il passé ?

« Personnellement, je pense que cette personne est coincée dans une situation qui la dépasse. C’est pour cela que j’arrive à la joindre au téléphone, mais que la situation n’avance pas. J’ai imaginé plusieurs scénarios. Dans le premier, il aurait prêté ou sous-loué la voiture, ce qui est interdit dans le contrat de location. Et il n’arriverait pas à récupérer le Taycan », suppose Didier Dubicki.

« Autre possibilité : il a lui-même revendu le véhicule pour effectuer une plus-value, mais n’arrive pas à obtenir l’argent de la vente ou en devait à quelqu’un qui s’est servi », pense-t-il encore.

Il écarte cependant l’hypothèse que l’engin ait pu être partiellement endommagé et se retrouverait dans l’attente d’une réparation qui ne l’empêcherait toutefois pas de rouler.

Toujours en Lorraine ?

« Si je pense que la voiture est utilisée par quelqu’un d’autre que mon client, c’est parce qu’au départ elle était mise en recharge sur une prise domestique. Ensuite, le plein d’énergie a été effectué pendant quelque temps sur les bornes Ionity de Metz », réfléchit Didier Dubicki.

« Avant la mise en mode privé, la Porche Taycan roulait un peu tous les jours : 10, 28, 24, 6, 28, 3 kilomètres. Plus inquiétants sont les 192 km effectués le jour où j’ai porté plainte. Un témoin affirme avoir vu un modèle identique à Nancy ce lundi-là, avec sur les plaques d’immatriculation le marquage du département 68 où je suis », s’interroge-t-il encore.

« Personnellement, je suis persuadé que la personne qui utilise chaque jour le véhicule ne se doute de rien », devine-t-il.

Appel à témoin

« Tant que Porsche n’a pas réussi à mettre en service le traceur, je souhaite que tout témoin ayant identifié ce Taycan me contacte pour m’indiquer où il l’a repéré », conclut Didier Dubicki. Le gérant d’ACC Automobiles est joignable via les moyens indiqués sur son site Internet www.a-c-c.fr.

]]>
Sono présente sa nouvelle voiture électrique solaire https://www.automobile-propre.com/sono-presente-sa-nouvelle-voiture-electrique-solaire/ Wed, 13 Jan 2021 16:07:04 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?p=106513 ]]>

Sono Motors a présenté le deuxième prototype de sa voiture solaire nommée Sion, qui embarque désormais des pièces de la future voiture de série. Elle arbore une nouvelle carrosserie et un système d’infodivertissement revu. Des données concrètes liées au fonctionnement solaire ont aussi été annoncées.

Lors de la présentation des croquis du projet Sion par la toute jeune start-up Sono Motors en septembre 2016, l’idée d’une voiture électrique pouvant récupérer plusieurs dizaines de kilomètres d’autonomie grâce à des panneaux solaires sur sa carrosserie semblait ambitieuse, voire un peu utopique.

Pourtant, elle atteignait les 5 000 commandes grâce à un système participatif lorsqu’elle fut présentée en août 2018. Et dans un contexte où les voitures électriques commençaient à voir leurs ventes décoller, le projet apparaissait déjà nettement plus réaliste.

Après être passée près de la banqueroute fin 2019, la start-up a accueilli de nombreux investisseurs qui ont relancé le projet et son développement. À l’occasion de l’édition entièrement numérique du CES de Las Vegas, Sono Motors en a profité pour présenter la nouvelle génération de sa Sion.

Le design légèrement évolué se rapproche désormais de ce que la voiture de série sera, et le châssis, le groupe motopropulseur et l’unité de contrôle sont également définitifs. Contrairement au premier prototype, la voiture est équipée de panneaux solaires sur toutes les pièces de carrosseries, plates ou non. Cela représente un total de 248 cellules photovoltaïques.

Une voiture solaire abordable

Voulue comme une voiture solaire abordable, la Sion ne sacrifie pas ses performances, avec un moteur de 120 kW qui développe 270 Nm de couple. La vitesse de pointe est limitée à 140 km/h, et l’autonomie annoncée est similaire à celle prévue depuis le premier prototype.

En effet, Sono Motors prévoit 255 kilomètres d’autonomie pour le modèle avec toutefois une précision rassurante, puisque ce chiffre est bien calculé selon le cycle WLTP, et non selon l’ancien cycle NEDC. Et Sono promet que la Sion sera moins coûteuse en électricité que ses homologues « zéro émission », grâce à ses panneaux solaires.

La batterie de 35 kWh et le système photovoltaïque permettent à l’Allemande de parcourir jusqu’à 33 kilomètres par jour grâce à l’énergie solaire, ce qui peut permettre de limiter la recharge pour une utilisation quotidienne entre le domicile et le lieu de travail. La voiture pourra évidemment être rechargée de manière classique, avec un temps de charge de 30 minutes sur une borne rapide, mais aussi récupérer l’énergie d’une autre voiture électrique.

À l’intérieur, ce prototype marque également une grande évolution, avec la présentation d’un tableau de bord revu, et l’intégration d’un système d’infodivertissement quasi définitif. Les options ajoutées permettent d’avoir des données très développées sur l’énergie solaire et intègrent la climatisation, tandis que la voiture peut être ouverte sans clé, et le hayon ouvert électriquement. L’ambiance à l’intérieur reste très organique, avec une garniture végétale sur la planche de bord, et des matériaux recyclés.

Mise en production en 2022

Le marché des voitures solaires étant encore très limité, cette Sion ne devrait pas avoir de concurrence avant plusieurs années. Présentée l’an dernier, la berline solaire Lightyear One se vendra certainement quatre ou cinq fois plus cher.

La Sono Sion est annoncée à 25 500 euros par Thomas Hausch, le directeur exécutif de la marque, qui faisait la présentation. La Lightyear One devrait allègrement dépasser les 100 000 euros lors de son arrivée sur le marché, qui pourrait en plus être plus tardive que celle de la Sion.

Néanmoins, la Sion n’est pas encore prête à arriver sur le marché non plus, puisque la production est espérée à partir de 2022 par Sono Motors. De plus, la marque veut effectuer des levées de fonds pour regrouper les 200 millions d’euros manquants pour lancer une fabrication industrielle en série.

À noter que la Sion sera fabriquée dans l’usine suédoise appartenant à son partenaire NEVS. C’était Saab qui utilisait cette infrastructure avant sa disparition, et l’usine a été entièrement rénovée pour n’être désormais alimentée que par des énergies renouvelables.

]]>
Plus de 200 000 ventes électrifiées pour VW en 2020, l’ID.3 démarre fort https://www.automobile-propre.com/breves/plus-de-200-000-ventes-electrifiees-pour-vw-en-2020-id-3-demarre-fort/ Wed, 13 Jan 2021 15:15:21 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106490 ]]> Le constructeur allemand Volkswagen a vu une nette progression de ses ventes électrifiées en 2020, une année pourtant difficile au cours de laquelle la marque a constaté une baisse de 15 % de ses ventes. Sur les 5,3 millions de voitures vendues dans le monde, plus de 212 000 étaient électriques ou hybrides rechargeables, ce qui constitue 4 % du total des unités écoulées. En les cumulant avec les voitures à hybridation simple, cela représente 12,4 % des ventes de Volkswagen, contre 2,3 % en 2019.

Sur les 212 000 modèles électrifiés (soit une progression de 158 % par rapport à 2019), 134 000 étaient électriques (+ 197 %), et 78 000 hybrides rechargeables (+ 111 %). Ralf Brandstätter, PDG de la division voitures particulières de Volkswagen, qualifie l’année 2020 de « tournant pour Volkswagen » et de « percée dans la mobilité électrique. Nous sommes bien partis pour accomplir notre objectif de devenir le leader du marché en termes de véhicules électriques. Plus que n’importe quelle autre entreprise, nous défendons une e-mobilité attractive et abordable. »

Il y a en effet peu de risques de voir cette dynamique se briser pour Volkswagen, qui a enregistré d’excellents chiffres avec sa nouvelle ID.3. Avec des livraisons débutées en septembre, la compacte électrique s’est tout de même vendue à 56 500 unités, et les commandes passées ont atteint 68 800 exemplaires. La VW e-Golf, désormais retirée du catalogue, a aussi représenté 41 300 ventes, et la Passat GTE hybride rechargeable a frôlé les 25 000 ventes.

En 2021, l’ID.3 sera le fer de lance des ventes électrifiées de Volkswagen, et celle-ci sera rejointe en cours d’année par l’ID.4, un SUV électrique sur lequel la marque de Wolfsbourg compte pour faire décoller ses ventes de voitures électriques. Du côté des véhicules hybrides rechargeables, les huit modèles sortis en 2020 devraient eux aussi assurer la constance de cette croissance.

]]>
Tesla a lancé la production du Model Y avec la nouvelle structure de châssis https://www.automobile-propre.com/breves/tesla-a-lance-la-production-du-model-y-avec-la-nouvelle-structure-de-chassis/ Wed, 13 Jan 2021 15:00:00 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106364 ]]> Contrairement à la partie arrière de la Model 3, l’arrière du châssis du Model Y est constitué d’une seule grande pièce moulée pour faciliter la fabrication du modèle. Elon Musk avait déjà établi sa volonté d’avoir recours à ce procédé pour d’autres pièces sur différents modèles, mais Tesla va plus loin avec le Model Y. Ce concept est porté à un autre niveau puisque ce moulage réduit environ 70 pièces en une seule pièce, pour ne faire qu’un seul gros bloc d’aluminium sous le coffre à l’arrière.

La marque avait déjà montré des images de cette grande pièce et avait annoncé la mise en place des machines nécessaires à sa fabrication dès septembre 2020. Cependant, Tesla avait été obligé d’installer ces machines en dehors de l’usine, dans un petit bâtiment installé spécialement pour elle, car leur taille n’était pas adaptée à l’infrastructure.

Un utilisateur de Twitter ayant pris livraison de son Tesla Model Y fin décembre a confirmé par une photo que son véhicule était conçu autour de cette pièce moulée, qu’il a pu voir en retirant la garniture arrière de son véhicule pour l’installation d’un accessoire. Ce nouvel assemblage du Model Y est conçu pour réduire les coûts de production, mais surtout pour accueillir de manière optimisée les packs batteries équipés de la cellule 4680, futur standard de la marque.

]]>
CES 2021 : GM lance la marque d’utilitaires électriques Brightdrop https://www.automobile-propre.com/breves/ces-2021-gm-lance-la-marque-dutilitaires-electriques-brightdrop/ Wed, 13 Jan 2021 13:40:41 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106471 ]]> Dans les années 2000, General Motors avait taillé sec dans sa galaxie de marques. Le groupe tuait Pontiac, Oldsmobile, Saturn et revendait Hummer et Saab. Plus récemment, il a vendu Opel/Vauxhall et abandonné Holden. Mais à l’heure de la transition électrique, GM change son fusil d’épaule.

Quelques jours après un nouveau logo (inchangé en 60 ans), le géant américain révèle une nouvelle marque : Brightdrop. Traduisible par « livraison intelligente », ce nouveau blason sera celui des utilitaires électriques. L’objectif : rivaliser avec les start-up Rivian, Canoo, ou Bollinger. D’ailleurs, cette rivalité avec de nouveaux entrants se déroule dans l’antre de l’innovation technologique, le salon CES.

Pour lancer sa marque, GM dévoile un premier utilitaire électrique. Le Brightdrop EV600 est un fourgon basé sur la plateforme Ultium, celle du GMC Hummer EV. Sans taille de batterie ni caractéristiques moteur disponibles, il pourra cependant couvrir 400 kilomètres par charge. La recharge montera jusqu’à 120 kW de puissance. Le volume utile est de 17 m3 (600 pieds cubes), pour un poids de chargement de 4,5 tonnes. Truffé d’aides à la conduite, l’EV600 affiche une cabine à grand écran 13,4 pouces et de nombreux rangements.

Un curieux outil électrique, et d’autres modèles à venir

En complément du véhicule, GM a présenté une palette électrique. La Brightdrop EP1 a vocation à limiter l’effort physique des travailleurs dans le domaine du stockage et transport de marchandises. Lors du programme-pilote, FedEx, aussi premier client de l’EV600, aurait constaté une augmentation de 25 % de transport de colis. BrightDrop propose en parallèle des solutions de gestion de flotte logicielle pour accompagner les entreprises.

BrightDrop livrera son EV600 fin 2021 aux premiers clients, puis en masse en 2022. D’autres modèles sont dans les cartons, dont « une solution moyenne distance transportant plusieurs EP1 et un véhicule de livraison rapide ».

]]>
Le Tesla Model Y décroche la note maximale au crash-test américain https://www.automobile-propre.com/breves/le-tesla-model-y-decroche-la-note-maximale-au-crash-test-americain/ Wed, 13 Jan 2021 13:03:58 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106468 ]]> Le passage au crash-test est une étape obligatoire pour toutes les voitures. S’il est déjà dans les rues aux États-Unis, le Tesla Model Y vient de passer sur les bancs de la NHTSA afin de mesurer ses capacités de protection en cas de chocs. À l’image des autres modèles de la marque, il s’illustre avec la note maximale.

Au terme des différents tests, le Tesla Model Y a reçu la note maximale dans toutes les catégories et sous-catégories analysées par la NHTSA, depuis le risque de tonneau à la protection des passagers avant et arrière.

Un des véhicules les plus sûrs

Comme la Tesla Model 3, le Model Y se montre comme l’un des véhicules les plus sûrs analysés par l’organisme américain. Il faudra toutefois attendre un passage par l’EuroNCAP, qui délivre une notation plus précise que les cinq étoiles.

Rappelons également que la Tesla Model 3 s’est illustrée outre-Atlantique, mais aussi en Europe dans les locaux d’EuroNCAP : la berline électrique a obtenu le meilleur score jamais attribué dans la catégorie aide à la sécurité au point d’établir, selon EuroNCAP, une nouvelle référence en matière de technologie et de sécurité.

]]>
Devenez ambassadeur de la Nouvelle Citroën C4 électrique ! https://www.automobile-propre.com/devenez-ambassadeur-de-la-nouvelle-citroen-c4-electrique/ Wed, 13 Jan 2021 11:16:41 +0000 La Redaction https://www.automobile-propre.com/?p=106439 ]]>

En partenariat avec Citroën, Automobile Propre vous propose de devenir ambassadeur privilégié de la Nouvelle Citroën ë-C4 pendant TROIS semaines !

Révélée en juin dernier et commercialisée depuis janvier, la Nouvelle Citroën ë-C4 marque l’entrée du constructeur aux chevrons dans une nouvelle ère électrique. Un événement que la marque a souhaité partager avec les lecteurs d’Automobile Propre dans le cadre d’une opération « ambassadeurs » qui permettra à deux d’entre vous de découvrir et de tester la Nouvelle ë-C4 en avant-première.

Lancé le 12 janvier, l’appel à candidatures court jusqu’au 3 février prochain. Pour participer, il suffit de remplir le formulaire ci-dessous en répondant à quelques questions et en indiquant ce qui vous motive à participer à l’opération.

Les personnes sélectionnées seront recontactées puis conviées à une journée de présentation et de prise en main du véhicule, entourées des experts de la marque. Elles repartiront ensuite au volant de la Nouvelle Citroën ë-C4 pour 3 semaines de test en conditions réelles.

La contrepartie ? Rendre compte de votre expérience avec le reste de la communauté ! Chaque semaine, un journaliste recueillera vos impressions au volant de la nouvelle berline compacte électrique de Citroën.

Jusqu’à 350 km d’autonomie

Basée sur la nouvelle plateforme e-CMP du groupe PSA, la Citroën C4 électrique combine un moteur de 100 kW (136 chevaux) à une batterie de 50 kWh.

Autorisant jusqu’à 350 kilomètres d’autonomie, elle peut se recharger à 80 % en 30 minutes par l’intermédiaire d’une borne de recharge rapide (100 kW) et en une nuit avec une wallbox en 7,4 kW.

]]>
La Ioniq 5 se dévoile un peu plus avant sa présentation officielle https://www.automobile-propre.com/breves/la-ioniq-5-se-devoile-un-peu-plus-avant-sa-presentation-officielle/ Wed, 13 Jan 2021 09:55:47 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106474 ]]> Le groupe Kia/Hyundai envisage de devenir le leader mondial en matière de voitures électriques. Pour atteindre son but, le groupe asiatique lancera la marque Ioniq, spécifique aux voitures propres. La Ioniq 5 sera la première de cette nouvelle ère et elle se dévoile un peu plus aujourd’hui.

En tirant davantage le rideau, le constructeur coréen nous permet d’appréhender la ligne de la prochaine compacte électrique. Ou plutôt les lignes, puisqu’en reprenant a son avantage le coup de crayon du 45 EV Concept, la Ioniq 5 en conserve le style taillé à la serpe. Le constructeur évoque un coup de crayon inspiré par les pixels. Les inspirations se retrouvent également sur les jantes de 20 pouces, qui arborent un dessin optimisé pour l’aérodynamique et font écho au thème Parametric Pixel selon le constructeur.

Une prise 220 v embarquée

Si les inspirations de Luc Donckerwolke (depuis parti de la direction du design Hyundai) sont plus fortes que celles du monde des pixels, il n’en demeure pas moins que la 5 se distinguera fortement dans les rues.

Rappelons que la Ioniq 5 embarquera la nouvelle plateforme e-GMP dédiée du groupe. Si la capacité de la batterie n’a pas été officialisée, elle annonce déjà une capacité de recharge rapide lui permettant de gagner 100 km d’autonomie en 5 minutes et une fonction Vehicle-to-Load (V2L), qui propose une prise 220 v comme sur la Honda e.

]]>
Porsche Taycan : de bons résultats 2020 malgré la crise https://www.automobile-propre.com/breves/porsche-taycan-la-sportive-electrique-affiche-de-bons-resultats-malgre-la-crise/ Wed, 13 Jan 2021 07:55:06 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106397 ]]> Sur l’ensemble de l’année, Porsche a enregistré une chute de 3 % des ventes. Cela reste un excellent résultat compte tenu de la fermeture des concessionnaires et de l’interruption de la production pendant près de deux mois au début de la crise du coronavirus.

« La crise du coronavirus a posé un gros défi à partir du printemps 2020 » a expliqué Detlev von Platen, directeur du marketing et des ventes de Porsche AG. « Néanmoins, nous avons pu garder les livraisons à un niveau stable sur l’ensemble de l’année. Notre gamme de produits attractive et renouvelée, le démarrage réussi du Taycan en tant que première Porsche 100 % électrique, et le charisme de notre marque ont contribué à ce résultat positif en dépit d’une période difficile. »

Le fait que Detlev von Platen cite le Taycan comme un des trois piliers de la réussite de Porsche n’a rien d’un hasard, puisque la marque affiche des chiffres impressionnants pour la berline électrique : « Les livraisons du Taycan ont représenté 20 015 unités en 2020, en dépit d’une pause de six semaines dans la production alors que le modèle décollait, et malgré sa sortie sur plusieurs marchés au printemps. »

]]>
Le pick-up électrique de Rivian pourra être personnalisé https://www.automobile-propre.com/breves/le-pick-up-electrique-de-rivian-pourra-etre-personnalise/ Wed, 13 Jan 2021 07:00:26 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106302 ]]> Alors que le carnet de commandes des Rivian R1T et R1S vient de s’ouvrir, la marque a dévoilé le configurateur de ses deux tout-terrain électriques. Elle propose un large catalogue de personnalisation pour une jeune marque, avec une palette de neuf livrées de carrosserie. Mais Rivian pourrait aller plus loin avec un service de personnalisation officiel.

C’est ce qu’a annoncé en filigrane le constructeur de Plymouth sur Tweeter, après avoir lancé des images d’un pick-up R1T habillé d’un vinyle pseudomilitaire. Interrogé par les internautes, Rivian a indiqué que cette livrée n’était pas encore disponible, mais qu’il faudrait surveiller de près les possibilités de personnalisation des R1 à l’avenir.

Des choix de couleurs et de motifs infinis

À l’instar de Tesla, Rivian tentera alors de s’incruster sur le marché de la personnalisation en proposant un service officiel. Toutefois, à la différence de son concurrent de Palo Alto qui passe par quelques revendeurs, elle réalisera le covering directement en usine. Cela permettrait ainsi de configurer un véhicule selon ses goûts, à un prix plus abordable que certaines couleurs qui peuvent s’afficher à 2 500 $.

Rappelons que Tesla propose déjà un service similaire en Chine pour habiller les modèles existants. Le Tesla Cybertruck, appelé à voir le jour avec une carrosserie nue, profiterait également d’options de personnalisation similaires, plus simple et plus abordable qu’une peinture complète.

]]>
Renault bientôt leader des utilitaires légers à hydrogène ? https://www.automobile-propre.com/breves/renault-bientot-leader-des-utilitaires-legers-a-hydrogene/ Wed, 13 Jan 2021 06:00:41 +0000 Philippe SCHWOERER https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106405 ]]> Cette annonce intervient à quelques heures de la présentation par Luca de Meo, actuel patron de Renault, des futures orientations stratégiques réunies dans le programme Renaulution.

Avec ce nouvel établissement qui devrait être créé dans l’Hexagone avant la fin de ce premier semestre 2021, Renault souhaite atteindre une part supérieure à 30 % sur le marché européen des utilitaires légers à hydrogène.

S’appuyant sur les actuelles plateformes des modèles Trafic et Master, les premiers fourgons à PAC hydrogène construits dans le cadre de ce partenariat devraient être lancés dans le courant de l’année au sein de plusieurs flottes pilotes en Europe.

Le centre d’excellence de la coentreprise, qui rassemblera sur un même site des équipes d’ingénierie R&D pluridisciplinaires, s’attaquera ensuite au développement d’autres modèles d’utilitaires en exploitant à l’avenir les futures plateformes du groupe Renault.

Grâce à Plug Power, la joint-venture comprendra une unité pour fabriquer sur place les PAC H2 qui seront installées dans la nouvelle gamme de véhicules.

Le modèle commercial envisagé par les partenaires s’appuie sur une offre globale de fourniture : des utilitaires électriques à pile hydrogène, des stations d’avitaillement, du carburant hydrogène, et une palette de services.

En étant présent sur tout l’écosystème dédié, le constructeur entend faciliter l’adoption de la mobilité hydrogène par les entreprises européennes.

|||

Contrairement à Toyota qui fait le grand écart depuis quelques années entre l’hybridation simple bien amortie et la mobilité hydrogène, Renault semble arriver au bon moment pour impulser un rythme cohérent à la mobilité durable.

Ayant marqué de son losange l’écosystème rebondissant des voitures électriques il y a une dizaine d’années, le constructeur a intégré les hybrides rechargeables alors que cette technologie intéresse de plus en plus d’automobilistes pas encore trop rassurés de passer au VE.

L’hydrogène est avancé depuis des années par quelques constructeurs qui auraient peut-être dû attendre une production H2 plus verte. Maintenant que différents projets pour obtenir ainsi le gaz se poursuivent concrètement en Europe, il est effectivement temps de se pencher sérieusement sur cette énergie alternative.

PSA a avancé ses pions sur le marché des électriques ; Renault ne compte pas se laisser dépasser sur les modèles à PAC H2. Le Lion a fait savoir qu’il occupera le créneau dès 2021. Il n’y sera donc pas seul !

]]>
SUV électrique : l’Audi e-tron fait mieux que le Tesla Model X https://www.automobile-propre.com/breves/suv-electrique-laudi-e-tron-fait-mieux-que-le-tesla-model-x/ Tue, 12 Jan 2021 20:10:29 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106441 ]]> Dans un communiqué annonçant les chiffres de ses ventes électriques en 2020, la marque se félicite d’être « de loin le plus gros fabricant de voitures électriques parmi les trois marques premium allemandes ». Les ventes de l’EQC de Mercedes étaient décevantes dès le début d’année et n’ont pas décollé, et la BMW i3 est vieillissante, ce qui permet au SUV Audi d’être le modèle « zéro émission » le plus vendu parmi ces trois constructeurs. Le SUV allemand fait également mieux que le Tesla Model X. Si la marque californienne ne donne plus les détails de ventes de chaque modèle, les quelque 57 000 Model S/X livrés en 2020 ne laissent que peu de doute quant à la victoire du SUV allemand sur son rival américain.

Ce sont précisément 47 324 Audi e-tron et e-tron Sportback qui ont été vendus mondialement par la firme aux anneaux en 2020. Cela représente une augmentation de 79,5 % pour les deux modèles par rapport à l’année 2019.

Malgré un lancement timide, l’e-tron a bien corrigé le tir et Audi a de quoi se réjouir de son essor électrique, puisque 2021 verra l’arrivée sur le marché du Q4 e-tron, un autre SUV électrique, mais surtout de l’Audi e-tron GT, cousine de la Porsche Taycan, et annoncée comme une nouvelle tueuse de Tesla Model S.

]]>
Xpeng : une nouvelle berline électrique pour attaquer Tesla https://www.automobile-propre.com/breves/xpeng-une-nouvelle-berline-electrique-pour-attaquer-tesla/ Tue, 12 Jan 2021 18:03:32 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106408 ]]> Le paysage des concurrents de Tesla ne fait que s’étoffer depuis quelques mois, essentiellement grâce à des berlines électriques créées par des entreprises américaines et chinoises. Après la présentation de la Lucid Air, Xpeng avait présenté sa P7, et les deux jeunes concurrentes des Model S et Model 3 ont été rejointes ces derniers jours par la Nio ET7, dont les batteries de 150 kWh promettent plus de 1 000 km d’autonomie dans les années à venir.

Peu impressionnée par ces multiples rivaux s’installant dans le paysage, la start-up Xpeng annonce déjà une deuxième berline, son troisième modèle puisqu’un SUV nommé G3 est déjà produit depuis près de trois ans. Aucune donnée n’a été publiée concernant ce nouveau modèle, mais une présentation devrait avoir lieu plus tard dans l’année.

L’année à venir devrait être une année charnière pour la marque, qui a récemment lancé la commercialisation du Xpeng G3 en Europe via la Norvège. L’objectif de la marque est d’exporter ses modèles depuis l’Empire du Milieu pour venir jouer sur un marché électrique encore peuplé de véhicules au tarif nettement plus élevé. Une offensive qu’elle compte donc mener avec une gamme composée de trois modèles.

]]>
Notre avis sur le Nissan Ariya : le renouveau électrique chez Nissan https://www.automobile-propre.com/notre-avis-sur-le-nissan-ariya-le-renouveau-electrique-chez-nissan/ Tue, 12 Jan 2021 16:44:34 +0000 Michaël Torregrossa https://www.automobile-propre.com/?p=106407 ]]>

À quelques mois des premières livraisons en France, Automobile propre a pu découvrir la version de série du premier SUV électrique de Nissan. 

Un gabarit situé entre le Kia e-Niro et le Tesla Model Y

En matière de dimensions, le Nissan Ariya se classe dans la catégorie des SUV de taille moyenne. Placé entre les 4,37 m du Kia e-Niro et les 4,77 m du Tesla Model Y, le modèle nippon cumule 4,60 m en longueur, 1,85 m en largeur et 1,66 m en hauteur. Un gabarit également très proche de la Volkswagen ID.4 (4,58 m) et du Skoda Enyaq (4,65 m)

Longueur

4 595 mm

Largeur

1 850 mm

Hauteur

1 660 mm

Empattement

2 775 mm

Esthétiquement, l’Ariya se révèle très proche du concept éponyme présenté il y a plus de deux ans au Salon de Tokyo. Fluide et novateur, son style se caractérise par des porte-à-faux courts, des optiques à LED avant très effilées et une grande calandre pleine. Devenue monnaie courante sur les véhicules électriques, celle-ci intègre le tout nouveau logo du constructeur qui s’illumine lorsque la voiture est à l’arrêt.

À l’arrière, le montant incliné et la longue bande lumineuse affinent la silhouette et apportent une touche de sportivité

Un espace à bord généreux

Grâce à son empattement de près de 2,78 m, le Nissan Ariya offre un habitacle plutôt spacieux. À l’arrière, l’espace aux jambes est généreux et l’absence de tunnel central permet de voyager plus facilement à trois. Offrant jusqu’à 468 litres de volume utile en deux-roues motrices, le coffre perd 53 litres pour les versions à transmission intégrale en raison de l’intégration du second moteur électrique sur le train arrière. Dans tous les cas, les dossiers de banquette se rabattent facilement pour former un plancher plat.

À l’intérieur, le design se veut à la fois moderne et épuré avec des commandes de ventilation subtilement intégrées dans le mobilier. La finition est soignée et l’ensemble multimédia se compose de deux écrans de 12,3 pouces avec un système de commande vocale Google.

Les rangements sont assez nombreux et spacieux avec un grand accoudoir central coulissant et même un plateau rabattable.

Une plateforme commune avec Renault

Assemblé au Japon, l’Ariya repose sur la nouvelle plateforme CMF-EV. Partagée avec Renault qui l’utilisera sur sa future Megane électrique, celle-ci permet d’intégrer une grande variété de configurations, tant sur la partie moteur que sur la batterie.

Dans son entrée de gamme deux roues motrices, le Nissan Ariya cumule 160 kW de puissance (218 chevaux). Il intègre une batterie de 63 kWh de capacité utile autorisant une autonomie de 360 km en cycle WLTP. En version 87 kWh, la puissance théorique grimpe à 242 chevaux et l’autonomie à 500 km.

Ajoutant un second moteur électrique sur l’essieu arrière, la version à transmission intégrale se décline en trois niveaux de puissance. Sur le haut de gamme, la version E-4FORCE cumule 290 kW (394 ch). Uniquement disponible avec la batterie de 87 kWh, elle annonce 400 km d’autonomie.

Configurations Nissan Ariya deux roues motrices

Puissance 160 kW – 218 ch 178 kW – 242 ch
Batterie nominale 65 kWh 90 kWh
Batterie utile 63 kWh 87 kWh
Autonomie 360 km 500 km
Couple 300 Nm 300 Nm
Accélération (0-100 km/h) 7,5 s 7,6 s
Vitesse max 160 km/h 160 km/h

Configurations Nissan Ariya quatre roues motrices

Puissance 205 kW – 278 ch 225 kW – 305 ch 290 kW – 395 ch [e-Force]
Batterie 63 kWh 87 kWh 87 kWh
Autonomie 340 km 460 km 400 km
Accélération (0-100 km/h) 5,9 s 5,7 s 5,1 s
Vitesse max 200 km/h 200 km/h 200 km/h

En transmission intégrale eForce, le Nissan Ariya cumule près de 400 chevaux de puissance.

Une révolution côté recharge

En matière de recharge, on retrouve sans surprise la même configuration que celle présentée en octobre dernier par Renault sur Megane électrique. En courant alternatif (AC), les versions 63 kWh profitent d’un chargeur embarqué de 7,4 kW tandis que les modèles 87 kWh intègrent un chargeur de 22 kW.

Pour Nissan, la grosse évolution vient de l’abandon du connecteur CHAdeMO pour l’Europe. Après avoir longtemps défendu le standard nippon, la marque cède finalement à la norme européenne Combo qui équipera de série l’intégralité de la gamme Ariya. Sur les bornes en courant continu comme celles exploitées par le réseau Ionity, le SUV japonais acceptera une puissance maximale de 130 kW.

Un SUV électrique au positionnement premium

Bien plus premium que la Leaf actuelle, le nouveau Nissan Ariya entamera sa commercialisation au second semestre 2021. À ce stade, les tarifs du modèle ne sont pas encore connus. On peut toutefois estimer un ticket d’entrée à 41 000 € hors bonus écologique ce qui permettrait au SUV nippon de se positionner face à deux gros compétiteurs : le Volkswagen ID4 et le Skoda Enyaq.

]]>
[Renaulution] Une nouvelle stratégie électrique chez Renault ? https://www.automobile-propre.com/renaulution-strategie-electrique-renault/ Tue, 12 Jan 2021 15:55:51 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?p=106383 ]]>

Portée par le nouveau PDG Luca De Meo, la feuille de route stratégique Renaulution doit permettre au constructeur français de renouer avec les bénéfices. Retour de modèles mythiques chez Renault, offensive électrique chez Alpine, nouvelle image pour Dacia… on fait le point sur les annonces attendues…

Renault va changer d’ère. Après 15 ans sous l’influence de Carlos Ghosn, le groupe au losange vit une période sombre. Outre les démêlés juridiques de son ancien dirigeant, ce sont aussi les ventes qui dégringolent : -4,5 % en 2019 et -21 % en 2020, année marquée par la crise sanitaire.

Mettant fin à des mois de direction temporaire, le nouveau PDG se positionne en sauveur. Ancien patron de Seat, l’italien Luca De Meo est vu comme le nouveau Messie par la marque et ses passionnés. Il officialisera le nouveau plan stratégique du constructeur ce jeudi 14 janvier au matin. À quoi faut-il s’attendre ? Automobile Propre a mené l’enquête.

Une gamme Renault totalement revue ?

Si Renault utilise le nom de « Renaulution », c’est que les changements seront profonds. Tout le monde imagine une véritable transformation de la gamme, notamment pour retirer les modèles peu vendus ou dégageant peu de marge. Parmi les axes stratégiques, le groupe devrait accélérer sur l’électrique et l’hybride, après avoir été à la pointe avec ses ZOE et Kangoo ZE.

En 2020, Renault n’avançait qu’au court terme, en promettant par exemple la future voiture sur plate-forme CMF-EV. On sait désormais qu’elle sera une Mégane électrique, sur la base du concept eVision. Renault a communiqué qu’un plus grand véhicule électrique arrivera en 2022, en plus du Kangoo électrique. En hybride rechargeable, deux voitures arriveront en 2021-2022, dont la Mégane E-Tech berline, l’autre étant inconnue.

Autre projet possible, il se murmurait également une berline 100 % électrique du gabarit de la Talisman. Pour le reste, cela semblait très flou, jusqu’à ces derniers jours où un coup dans le rétro semble d’actualité.

Renault Megane eVision Concept 2020

La Renault Mégane électrique dérivant de l’eVision Concept 2020 sera conservée

Des Renault 4ever et Five

Renault dispose de deux petites voitures électriques dans sa besace. Ces nouveautés seront ainsi nostalgiques, Luca De Meo voulant surfer sur la même vague que la Fiat 500.

Il y a quelques jours, nous vous parlions d’une réinterprétation de la R4 en électrique. Selon nos informations, un concept-car « Renault 4Ever » donnerait un avant-goût de cette voiture. La seconde nouveauté sera le retour de la R5, sous le nom de « Renault Five ».

Ces nouvelles voitures électriques vont-elles partager la plate-forme et le duo moteur/batterie de la ZOE ou reposer sur une nouvelle architecture ? La question reste en suspend. Si la nouvelle R5 pourrait succéder à la ZOE, la R4 pourrait à terme venir remplacer la Twingo ZE.

Renault Le 5 Concept Maltese Design

Un concept virtuel de R5 électrique par Maltese Design

Alpine, spécialité sport électrique ?

L’un des éléments chers à Luca De Meo, c’est le sport. Rapidement, le dirigeant a voulu faire comme avec Cupra chez Seat : mettre en avant la marque. La première étape a été de renommer l’écurie de Formule 1, avec Fernando Alonso pour ambassadeur de choix.

Le futur d’Alpine serait aussi électrique. Nommé ce 11 janvier 2021 à la tête de la marque, Laurent Rossi se chargera de la transition. Depuis la relance d’Alpine en 2017, les rumeurs s’agitent, sans rien de concret. Cependant, celle d’un premier SUV électrique s’étoffe ces derniers mois. Il reposerait sur la nouvelle plate-forme CMF-EV. Les plans pourraient être en réalité encore plus ambitieux. Selon Reuters, ce serait 3 voitures électriques qui gonfleraient la gamme ces prochaines années.

Alpine pourrait devenir en sorte le « Polestar de Renault », branche sport électrique prête à rivaliser avec Tesla & co. Espérons que l’évènement Renaulution en donne un bel aperçu.

Esquisse Human Horizons Design Hiphi 2020

Ici une esquisse d’un concept Hiphi, pouvant donner une idée d’un SUV électrique Alpine

Un changement d’image chez Dacia

L’autre marque de Renault, c’est Dacia. Le groupe a relancé ce blason roumain en 2004 avec la Logan. En 2021, la marque attaque (enfin) le marché de l’électrique avec la Spring, une petite citadine électrique à bas coût.

Cette nouveauté n’arrivera pas seule, puisqu’un nouveau logo Dacia est aussi de la partie. Le voici ci-dessous, en exclusivité. Plus moderne et plus simple, le « DC » vient s’inspirer de DMC, la firme de la fameuse Delorean. On attend également des nouvelles de futurs SUV hybrides voire hybrides rechargeables.

Logo Dacia 2021

]]>
Audi pourrait devenir 100 % électrique dès 2035 https://www.automobile-propre.com/breves/audi-pourrait-devenir-100-electrique-des-2035/ Tue, 12 Jan 2021 15:14:17 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106376 ]]> Un article de la publication allemande WirtschaftsWoche confirme en effet que la marque aux anneaux prévoit l’arrêt de la vente de véhicules équipés d’un moteur thermique en 2035, et commence déjà à travailler sur un planning permettant aux usines d’avoir un itinéraire de production tracé entre 2021 et 2035.

Le directeur exécutif d’Audi, Markus Duesmann, a expliqué que selon lui, « la protection de l’environnement et le succès économique vont bien ensemble ». L’impulsion de la marque allemande donnerait le ton pour une décision similaire prévue chez Volkswagen à l’horizon 2040.

La question qui resterait alors en suspens serait celle de la fabrication des pièces de rechange et la maintenance pour les véhicules vendus jusqu’en 2035 et 2040, puisque ceux-ci vivront plusieurs décennies après ces échéances. C’est notamment pour cela que le groupe allemand est le premier à envisager une telle décision à si court terme, alors que la plupart des autres marques devraient poursuivre la fabrication de moteurs thermiques, ou au moins de composants pour les voitures en étant équipées.

]]>
La Renault ZOE passe le cap des 100 000 ventes en 2020 https://www.automobile-propre.com/breves/la-renault-zoe-passe-le-cap-des-100-000-ventes-en-2020/ Tue, 12 Jan 2021 14:15:47 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106366 ]]> Anecdotique au lancement, la ZOE est devenue une véritable star chez Renault. En 2020, la petite voiture électrique a battu un nouveau record de vente pour sa 8e année de production. Elle a été écoulée à 100 657 unités en Europe, soit plus du double par rapport à 2019. La part de la citadine monte ainsi à 11,1 % des 900 000 Renault immatriculées sur le continent à la même période. Au total, la marque y a vendu 115 888 véhicules électriques, en comptant le Kangoo ZE, n° 1 des utilitaires électriques, et le fourgon Master ZE.

Avec ces résultats, Renault annonce avoir atteint « les objectifs CAFE à fin 2020 ». Cela veut dire que le groupe français est descendu sous le taux de CO2/km qui lui a été fixé par l’UE, évitant ainsi des pénalités financières. Il précise aussi avoir enregistré « plus de 30 000 ventes » de voitures hybrides l’an dernier. Les versions E-Tech constitueraient « 25 % des commandes » de Clio, Captur et Mégane.

La ZOE encore n° 1 en 2021 ?

Augmentant d’année en année, la citadine électrique va toutefois atteindre son exercice le plus compliqué. Si sa récente rivale Peugeot e-208 ne semble pas l’inquiéter, la Volkswagen ID.3 monte en puissance. L’Allemande a déjà pris les devants dans certains pays ces derniers mois, comme aux Pays-Bas et Suède. Avec l’arrivée d’une gamme plus complète et accessible, elle pourrait supplanter la ZOE. Il faudra aussi surveiller la montée en puissance de la Dacia Spring Electric sur le segment du low cost.

]]>
Lordstown : 100 000 précommandes pour le rival du Tesla Cybertruck https://www.automobile-propre.com/breves/lordstown-100-000-precommandes-pour-le-rival-du-tesla-cybertruck/ Tue, 12 Jan 2021 13:35:57 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106301 ]]> Avec plus de 650 000 réservations, le Tesla Cybertruck semble s’imposer dans les pick-up électriques. Si Rivian s’impose comme le concurrent le plus sérieux, Lordstown tente également de se faire une place sur ce nouveau marché. La jeune startup annonce avoir reçu 100 000 précommandes pour le Lordstown Endurance, un modèle qu’elle dédie uniquement aux professionnels. Dans son annonce, le constructeur indique que les commandes peuvent atteindre jusqu’à 600 véhicules par client. Le cours en bourse a logiquement décollé, de +23 % ce lundi, à 27,11 dollars (22,3 €).

L’habit fera le moine

Moins exubérant que le Cybertruck, le Lordstown Endurance adopte un style classique à cabine double 5 places. Il propose une puissance de 600 chevaux via 4 moteurs-roues, pour une capacité de remorquage de 3,4 tonnes. La batterie de 109 kWh alloue une autonomie de 402 kilomètres en cycle américain EPA.

Uniquement commercialisé aux États-Unis, le prix du pick-up électrique s’élève à 52 500 dollars (43 190 euros) avant application du bonus fédéral. Les premières livraisons interviendront en septembre selon Lordstown.

]]>
15 % de ventes électriques en France en 2021 ? https://www.automobile-propre.com/breves/15-de-ventes-electriques-en-france-en-2021/ Tue, 12 Jan 2021 12:55:30 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106230 ]]> Sur un marché automobile fragilisé par la pandémie de Covid-19 qui a frappé le monde dès le mois de mars, les voitures électrifiées ont parfaitement tiré leur épingle du jeu. La progression de 180 % enregistrée par les véhicules électriques et hybrides rechargeables contraste en effet avec la baisse de 25,5 % du marché automobile global. Si bien que la poursuite de cette croissance est attendue l’an prochain.

« [L’année] 2020 a marqué le décollage des immatriculations des véhicules légers électriques et hybrides rechargeables », a expliqué la déléguée générale de l’Avere-France, Cécile Goubet, qui prédit une progression encore plus importante cette année. L’objectif de part de marché pour 2021 est ambitieux, mais il s’inscrit dans la dynamique actuelle.

« [L’année 2021] devrait définitivement voir cette dynamique se renforcer : de 9,5 % de part de marché, ils devraient passer à plus de 15 % en 2021 d’après les prévisions. Preuve en est, s’il en fallait encore une, que les modèles électrifiés rechargeables entrent pleinement dans le paysage automobile français. »

]]>
Amazon veut s’acheter une bonne conduite avec une flotte zéro émission  https://www.automobile-propre.com/breves/amazon-veut-sacheter-une-bonne-conduite-avec-une-flotte-zero-emission/ Tue, 12 Jan 2021 12:10:06 +0000 Michaël Nussbaumer https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106278 ]]> Le fabricant canadien de camions et de bus électriques Le Lion Electrique a le vent en poupe en ce début d’année. Après une commande test de 10 exemplaires, Amazon vient de confirmer que le Lion pourra rugir encore pendant quelques années.

« Cela fait partie des bonnes nouvelles de 2021 », a déclaré au site le guide de l’autoMarc Bédardfondateur de l’entreprise. The Lion Electrique va livrer 500 camions électriques par an pendant 5 ans au géant du e-commerce.

Amazon a pris une option sur une grosse partie de la fabrication totale de la marque. Avec une production annuelle de 2 500 véhicules The Lion Electrique accueille avec soulagement cette nouvelle et voit l’avenir sereinement.

@Marc Bédard

Ces camions électriques vont de 3,5 t à 12 t en passant par le camion tracteur, embarquent des batteries allant de 252 kWh à 670 kWh selon la configuration du camion. Ils ont une autonomie de 270 km à 290 km. Celle-ci serait suffisante pour des livraisons du dernier kilomètre, notamment en ville. Les groupes motopropulseurs varient de 250 kW à 536 kW de puissance.

@ABB

Par ailleurs, Le Lion Electrique a déjà plus de 300 bus scolaires électriques à son actif en circulation. Elle veut aussi se lancer dans la fabrication de ses propres batteries. Le lancement officiel de ce nouveau projet va intervenir dans les prochaines semaines avec le choix définitif du lieu de l’usine de production.  

Le Lion Electrique se prépare également à entrer en bourse pour accélérer son développement dans les prochaines années. 

Est-ce que le géant du commerce va en faire de même en Europe en proposant des véhicules de livraison électriques ? La question reste encore ouverte.

]]>
MG EHS : le nouveau SUV hybride rechargeable chinois au prix du Renault Captur https://www.automobile-propre.com/mg-ehs-le-nouveau-suv-hybride-rechargeable-chinois-au-prix-de-33-000-e/ Tue, 12 Jan 2021 11:32:24 +0000 Matthieu Lauraux https://www.automobile-propre.com/?p=106320 ]]> MG EHS SUV hybride rechargeable 2021

Suite au premier ZS EV, la marque britannique MG Motor dévoile son second modèle, un SUV hybride rechargeable de 258 ch promettant 52 km d’autonomie électrique.

Après une première voiture électrique, MG France passe la seconde en France avec la sortie d’un premier SUV compact hybride rechargeable. Avec 4,57 mètres de long et culminant à 1,66 m, le MG EHS affiche un faciès proche du ZS EV, sa silhouette ayant des faux airs de Renault Kadjar. L’EHS adopte un intérieur très classique, mais plus moderne que son cousin électrique. Il possède des compteurs numériques et un écran 10,2 pouces en tête de console, compatible Apple/Android. Cependant, le SUV pèche un peu par son coffre de seulement 448 litres, ou 1 375 litres avec la banquette rabattue.

Sous le capot, un moteur 1,5 litre de 162 ch coopère avec un bloc électrique 122 ch (90 kW). Le tout cumule 258 chevaux et 370 Nm. Configuré en deux roues motrices, le MG EHS assure le 0 à 100 km/h en 6,9 secondes. Il peut grimper jusqu’à 190 km/h (130 km/h en électrique). Il communique une consommation théorique de 1,8 l/100 km, pour 43 g/km de CO2.

La batterie CATL du SUV hybride rechargeable cumule 16,6 kWh de capacité. Elle prodigue une autonomie électrique de 52 kilomètres en cycle WLTP (là encore théorique). La recharge se déroule sur la trappe à l’arrière droit, et non à l’avant comme sur le MG ZS. La puissance de recharge maximale est de 3,7 kW, qui permettra un plein d’énergie en 4 h 30 sur prise adéquate.

Un hybride rechargeable moins cher que ses rivaux

La marque assure démarrer les commandes dès aujourd’hui, avec déjà quelques exemplaires dans le réseau. Deux finitions composent la gamme. La première Comfort démarre au prix de 33 700 € hors bonus, soit un tarif équivalent à celui du Renault Captur hybride rechargeable, tandis que la seconde Luxury débute à 36 200 €. La finition Comfort inclut le GPS ou la climatisation bizone alors que la Luxury propose sièges sport cuir, toit ouvrant et caméra 360 degrés. L’EHS ne possède que deux options : la peinture métallisée (gris, noir, rouge) et un intérieur rouge.

De 15 distributeurs, MG France va passer à « 80 nouveaux points de vente », annonce le directeur commercial Julien Robert. La marque augmente également la garantie de ses modèles de 5 à 7 ans, ou 150 000 kilomètres. L’objectif de ventes est fixé à 5 000 véhicules.

Deux autres MG électriques en 2021

MG promet deux autres nouveautés en 2021. En juin, le premier sera « le modèle étendard » de la marque, une « 100 % électrique du segment C », ajoute Jean-Briac Dalibard, directeur de MG France. Suivra la seconde, un « modèle plus bas, 100 % électrique » qui sera lancé en septembre. Il n’est pas encore sûr qu’il s’agisse du break MG 5 EV ou de la petite MG 3 EV que nous évoquions.

]]>
Les ventes électriques et PHEV de Mercedes ont progressé de 228 % en 2020 https://www.automobile-propre.com/breves/les-ventes-electriques-et-phev-de-mercedes-ont-progresse-de-228-en-2020/ Tue, 12 Jan 2021 10:55:11 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106249 ]]> Mercedes a écoulé plus de 160 000 véhicules xEV en 2020, selon l’appellation que la firme allemande donne à l’ensemble des voitures électriques et hybrides rechargeables de sa gamme. Cela représente une hausse de 228 % par rapport à 2019, et les 87 000 unités vendues dans le dernier trimestre montrent que la dynamique s’accélère très vite pour les véhicules à faibles émissions de CO2.

La part de l’hybride rechargeable est fort logiquement plus élevée que celle du « zéro émission », avec plus de 110 000 hybrides rechargeables, contre un peu moins de 50 000 voitures électriques. Ces dernières ont été essentiellement partagées par la Smart EQ (environ 27 000 unités) et par le Mercedes EQC (environ 20 000), tandis que l’utilitaire EQV a compté pour environ 1 700 immatriculations.

Le PDG du groupe, Ola Källenius, s’est félicité de cette progression, qui a permis au constructeur de respecter les normes d’émissions de CO2 imposées par l’Europe en 2020 : « Nos prévisions internes pour 2020 suggèrent que nous avons atteint les objectifs européens de CO2 l’an dernier. En nous basant sur nos connaissances actuelles, nous prévoyons d’atteindre également les objectifs européens en 2021. »

]]>
La drôle de représentation graphique de l’électrique chez certains constructeurs https://www.automobile-propre.com/la-drole-de-representation-graphique-de-lelectrique-chez-certains-constructeurs/ Tue, 12 Jan 2021 10:00:05 +0000 Eric Dupin https://www.automobile-propre.com/?p=106248 ]]> Lucid Air

Les constructeurs abusent-ils de la symbolique électrique dans le design des voitures zéro émission ?

Calandres pleines (ou absence de calandre), codes couleurs étranges, dessins et textures néo-futuristes, lignes parfois sans caractère… L’avènement des voitures électriques et leur (discrète) invasion dans le paysage ne cessent d’étonner et de faire parler.

Et pas toujours dans les termes les plus favorables, il faut bien l’avouer.

Ayant ouvert le bal de l’électromobilité il y a une vingtaine d’années, puis évolué depuis par touches cosmétiques, la proverbiale Toyota Prius a du mal à se défaire de son image de voiture au physique ingrat. Comme si l’hybride, puis l’électrique étaient un genre à part pour lequel les constructeurs seraient en panne d’inspiration, ou de réinvention. Bref, condamnées à être moches, ou en tout cas d’un design très particulier, les électriques traînent depuis des années leur malédiction de vilains petits canards.

Si Tesla a depuis vaincu cette malédiction, exactement depuis 2012 et l’arrivée de la majestueuse – et toujours pas démodée – Model S, et que les autres constructeurs ont fait des efforts pour sortir des modèles zéro émission au design enfin attirant, il n’en reste pas moins que la refonte des codes de l’esthétique automobile face à cette nouvelle donne semble parfois se faire un peu dans la douleur.

Il faut dire que les constructeurs ont quand même quelques circonstances atténuantes. Car en matière d’automobile, même si c’est moins prégnant que dans d’autres domaines, la fonction prime sur la forme. Or dans ce domaine, l’électromobiliste est confronté à plusieurs contraintes : écologie, autonomie des batteries et aérodynamique, et technologie.

Écologie, aérodynamique, technologie, le triptyque qui oriente le design

Concernant l’écologie, puisque les voitures électriques sont censées être plus vertueuses en matière de respect de l’environnement (tout du moins quand elles roulent, je ne reviendrai pas sur le débat pour le reste), il paraît logique qu’elles le soient aussi dans tous les autres choix. C’est par exemple le cas avec les fameux sièges « vegan » des Tesla, qui imitent parfaitement le cuir sans en être. Ce qui conditionne probablement la façon dont ils sont fabriqués, peut-être leur design, et… leur longévité. Idem pour les sièges « Race-Tex » ou « Econyl », à base de fibres recyclées, de la Porsche Taycan. L’inventaire ne s’arrête pas là, mais il serait trop long à établir ici.

Au sujet de l’aérodynamique, l’on sait depuis au moins la Citroën CX que cette contrainte produit des autos « bizarres », qui ont toujours divisé la communauté des observateurs, entre ceux qui crient au génie esthétique et ceux qui sont à deux doigts de vomir leur quatre heures (oui, cette voiture existe). Mais on se rassurera en se disant que Tesla, avec la Model S, et bientôt avec le Roadster 2, Porsche avec la Taycan, ou encore Lucid Motors avec la très réussie Lucid Air, sont enfin capables de produire des voitures aussi belles que racées tout en affichant un coefficient aérodynamique parmi les meilleurs de la production automobile. Même si la face avant de la Tesla Model 3 sans calandre évoque pour certains un drôle de visage sans bouche en mode Silent Hill (brrr). Ce à quoi l’on pourrait rétorquer que c’était déjà le cas pour la très thermique Porsche 911.

N’oublions pas aussi que l’aspect parfois quelque peu pataud de certains VE découle de la contrainte d’intégrer les batteries sans pour autant trop empiéter sur l’habitabilité. Et, pour conclure sur ce point, on reconnaît souvent une électrique à un détail infaillible : ses jantes, ou plutôt les caches « aero » qui permettent de gagner parfois jusqu’à presque 10 % d’autonomie. Et oui, le diable se cache dans les détails, et l’équation pourrait se résoudre à « jantes moches = meilleur rayon d’action ». Merci de ne pas taper, je sais que c’est un peu caricatural. Mais bon, on ne va pas se mentir, les jantes aero de la Tesla Model 3 sont pour moi le truc le plus hideux qu’ait connu l’automobile sur ces cinquante dernières années (d’accord, juste entre la Citroën Axel et le Fiat Multipla). Voilà c’est dit, je viens de me faire plein d’amis :).

Reste le côté high-tech, devenu apparemment indissociable de la voiture électrique. Passons sur les écrans – uniques ou multiples – qui s’invitent désormais dans l’habitacle et semblent devenus la norme. Pour le meilleur ou pour le pire, je vous laisse juges. Cela étant, la technologie semble répondre à une injonction de s’afficher partout où elle le peut, même si cela n’est pas forcément indispensable, voire pas utile. On peut par exemple s’interroger sur la nécessité de remplacer les bons vieux rétroviseurs miroirs par des caméras connectées à des écrans, comme c’est le cas sur l’Audi e-tron ou la Honda E. D’autant que le gain esthétique est discutable. Mais il s’agit là aussi plutôt d’une question aérodynamique qui profite d’une avancée technologique. Et on peut imaginer que de nouvelles fonctionnalités enrichies à venir rendront rapidement ces derniers incontournables.

Ruée sur la symbolique électrique

Enfin, on sent parfois que les constructeurs ont tendance à en rajouter un peu dans les « marqueurs » de la symbolique électrique, même dans des domaines où ce n’est pas indispensable. Ainsi aura-t-on droit à des versions bleutées des logos, à des liserés verts (ou bleu électrique, forcément) sur les ceintures de carrosserie, à des textures de revêtement intérieur particulières, ou à un langage de design général sans autre objectif que « faire moderne », qui permettra d’identifier au premier regard un modèle électrique, sans savoir exactement pourquoi, y compris dans une gamme à l’identité graphique très forte et mondialement réputée. La magie du subliminal.

Avec l’électrique, les constructeurs font face à un défi gigantesque qui les contraint à totalement se réinventer, puisque, avant même de concevoir de nouveaux modèles, ils doivent d’abord concevoir et déployer les plateformes spécifiques sur lesquelles ils seront fabriqués. Un défi à la fois fait de contraintes industrielles et de liberté créative, qui se traduit parfois par quelques sorties de route esthétiques.

Mais n’est-ce pas le prix à payer pour montrer que l’on innove ?

]]>
La Sony Vision-S Concept s’exerce sur les routes autrichiennes https://www.automobile-propre.com/breves/la-sony-vision-s-concept-sexerce-sur-les-routes-autrichiennes/ Tue, 12 Jan 2021 08:56:47 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106306 ]]> En 2020, Sony a dévoilé la Vision-S Concept à l’occasion de la grande messe annuelle du high-tech à Las Vegas. L’étude de style inattendue entre dans le segment tant disputé des berlines électriques. Toutefois, pas question pour Sony de se lancer dans la production automobile : le concept est avant tout un laboratoire roulant.

Le spécialiste des produits électroniques s’est associé à d’autres acteurs du segment pour développer la berline, tels que Bosch, Continental, Nvidia ou Qualcomm. Le but étant de mettre sur roues un véhicule électrique fonctionnel qui permettra de développer les technologies embarquées de demain.

La Sony Vision-S en constante évolution

Déjà lancée sur les routes en cours d’année, la Sony Vision-S se dévoile un peu plus. L’occasion pour Sony de faire le point sur le développement de la conception orientée logicielle, et notamment sur l’interface du large écran qui s’étire d’un bout à l’autre de l’habitacle, comme le MBUX Hyperscreen de Mercedes.

Tous les partenaires réunis autour de ce projet travaillent de concert pour mettre au point une interface homme-machine optimale, où les communications et les informations du cloud ont une réelle importance, que ce soit pour optimiser l’expérience à bord ou améliorer les dispositifs de conduite autonome, entre autres.

À ce titre, les essais sur les routes autrichiennes ont permis à Sony de pousser encore plus loin sa dotation avec un dispositif désormais équipé de 40 capteurs, contre 33 auparavant. Le fabricant japonais n’a toutefois pas apporté de plus amples informations à ce sujet, ni sur l’avenir de la voiture ni sur la concrétisation en série de l’installation électronique.

]]>
Voiture électrique et échange batterie : Nio présente une station nouvelle génération https://www.automobile-propre.com/breves/voiture-electrique-et-echange-batterie-nio-presente-sa-nouvelle-generation-de-station/ Tue, 12 Jan 2021 08:25:51 +0000 Philippe SCHWOERER https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106214 ]]> Seulement une quarantaine de secondes pour découvrir la « Power Swap Station 2.0 » : tout juste le temps de noter les principales informations. Ce sont 312 échanges automatiques de packs lithium-ion qui sont possibles par jour dans ces nouveaux centres ouverts 24/7, soit moins de 5 minutes entre 2 véhicules.

À côté de la rampe de travail sur laquelle les SUV ES8, ES6, EC6 et la future berline électrique ET7 prendront place sans action du conducteur grâce à une des fonctionnalités embarquées de conduite autonome, un local pour stocker 14 packs. Un emplacement est laissé vide : celui qui récupérera la batterie déchargée du prochain véhicule à servir.

En remplacement, l’engin recevra le pack récupéré au minimum une heure auparavant : un délai suffisant sur le papier pour effectuer une recharge complète.

Un scénario parfait si le constructeur ne comptait que des packs identiques jusqu’à leur capacité énergétique. Or il en existe déjà 3 (70, 84 et 100 kWh) et un quatrième (150 kWh) les rejoindra prochainement.

Comment Nio gère-t-il cela ? N’existerait-il qu’un seul modèle de batterie dont l’énergie accessible dépendrait uniquement d’un verrouillage selon l’abonnement choisi par les clients ?

À la fin de l’année, 500 stations d’échanges de batteries devraient être en service en Chine, contre environ 170 aujourd’hui.

|||

Nio est en train de réussir là où Renault a dû jeter l’éponge avec le fameux projet Better Place. L’échange des packs en quelques minutes avait été initié dans le cadre du programme israélien sur des Fluence Z.E. Perçu comme trop cher, le service avait tout simplement fait faillite.

Voilà pourquoi la solution Power Swap Station 2.0 a essuyé tant de scepticisme en dehors de Chine. Mais Nio bénéficie d’un avantage qui a fait défaut à Better Place : un appui massif du gouvernement chinois qui impose cette technologie sur son territoire.

Grâce à cette prise de position, le Quick Drop pourrait bien devenir une solution viable et répandue d’ici quelques années à d’autres territoires, notamment en Europe.

Mais ne rêvons pas : il y a peu de chances qu’il se généralise rapidement à la plupart des voitures électriques. Il faudrait pour cela résoudre un problème de taille : adopter un pack compatible avec tous les modèles de VE. Quand on constate la difficulté des constructeurs à assurer une pleine compatibilité en recharge rapide…

]]>
Les voitures rejetant plus de 123 g/km de CO2 interdites dès 2030 ? https://www.automobile-propre.com/breves/les-voitures-rejetant-plus-de-123-g-km-de-co2-interdites-des-2030/ Tue, 12 Jan 2021 07:21:23 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106254 ]]> C’est en effet dans une vingtaine d’années que la France doit interdire la vente de voitures à moteur thermique, comme le prévoit la Loi d’Orientation des Mobilités. Une loi qui contient d’ailleurs le déclenchement d’un malus pour les véhicules émettant plus de 133 g/km de CO2, appliqué quant à lui depuis le 1er janvier 2021.

Mais ce malus se réduira progressivement à 128 g/km en 2022, puis à 123 g/km en 2023. Et ce seuil de déclenchement envisagé pour 2023 est précisément celui au-dessus duquel les voitures devraient tout bonnement être interdites dès 2030, selon le projet de loi issu de la Convention Citoyenne, qui a été « finalisé » récemment selon le cabinet du Premier ministre Jean Castex.

Le gouvernement assure que « cette mesure permet d’envoyer un signal fort à l’ensemble des acteurs en faveur d’une décarbonation rapide du secteur », alors qu’une interdiction totale de la vente des voitures équipées d’un moteur thermique est toujours prévue pour 2040 dans l’Hexagone.

La loi prévue pour 2030 comporterait toutefois une tolérance pour 5 % des immatriculations de chaque marque, afin de laisser quelques années de vie supplémentaire à des modèles un peu plus exotiques, ou au moins la possibilité de leur assurer un avenir électrique.

 

]]>
Transport autonome de passagers : bientôt une réalité dans nos villes ? https://www.automobile-propre.com/breves/transport-autonome-de-passagers-bientot-une-realite-dans-nos-villes/ Mon, 11 Jan 2021 18:30:51 +0000 Michaël Nussbaumer https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106242 ]]> À l’image de la conduite autonome proposée par certains constructeurs, ou comme certaines lignes de métro, plusieurs expérimentations de transport autonome de passagers en milieu urbain se généralisent en place en France.

L’acteur français EasyMile va débuter avec Trandev, la mise en service d’une navette autonome sur le site industriel d’Ariane Group en région parisienne. Cette expérimentation doit s’étendre sur trois ans. Les premiers tests auront lieu en mars 2021 et le service sera entièrement opérationnel dès 2022. Ces navettes autonomes EZ10 totalement électriques seront testées, pendant la durée du projet, sur un parcours de 2 kilomètres. L’objectif  de cette expérience grandeur nature à terme, est de ne plus avoir d’opérateur de conduite à bord de ces navettes.

Le site d’Ariane Group a été sélectionné parce qu’il est représentatif d’une agglomération. Les navettes sont confrontées à des piétons, des ronds-points, des intersections et des véhicules stationnés. Cet environnement permet de bien préparer le déploiement des futures technologies de conduite autonome en milieu urbain.

Transport autonome de personnes@Archparc

Pour la supervision à distance de cette expérimentation, c’est l’opérateur de mobilité Transdev, qui suit les expérimentations. Tout au long du projet, les partenaires veillent à l’acceptabilité de cette offre de mobilité autonome auprès de la population. Ils étudient la viabilité des business model pour leurs différents services. 

Une solution déjà expérimentée en Suisse

EasyMile a déjà exploité durant quelques mois son véhicule électrique de transport de passagers EZ10 à Saint-Julien-en-Genevois à proximité de Genève en Suisse. 1 000 km, c’est la distance parcourue par la navette ECHOSMILE (c’est son petit nom !) depuis sa mise en circulation le 21 septembre dernier. La navette a circulé au sein du parc d’entreprises ARCH’PARC à Saint-Julien-en-Genevois en Haute-Savoie. 

Avec 7 arrêts à disposition sur le parc d’entreprise, aucun incident affectant la sécurité routière n’est à déplorer. Cette expérimentation de navette autonome s’est avérée concluante. C’est pourquoi les responsables du parc (Arch’Parc) et l’exploitant de la navette (Alpbus-Transdev) ont choisi de poursuivre l’expérience sur les prochains mois.

]]>
En rupture jusqu’à fin 2021, le succès du Mokka-e dépasse Opel https://www.automobile-propre.com/breves/en-rupture-jusqua-fin-2021-le-succes-du-mokka-e-depasse-opel/ Mon, 11 Jan 2021 17:48:37 +0000 Emmanuel Touzot https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106240 ]]> Début décembre, soit seulement deux mois après le lancement de son véhicule censé marquer un changement net de direction pour le constructeur, Opel avait confirmé que le Mokka-e était en rupture de stock, avec une indisponibilité annoncée jusqu’en septembre 2021 à l’échelle européenne.

Mais il semblerait que ce succès ait largement dépassé les premières estimations d’Opel, qui se retrouve vraisemblablement débordé devant la demande. Celle-ci est bien plus importante que ce qui était attendu en décembre, et la rupture concernerait l’intégralité de l’année 2021. Selon le site allemand Handelsblatt, qui a obtenu des courriers de clients de la marque, des commandes auraient même été annulées.

Toujours selon Handelsblatt, Opel serait prêt à faire un geste commercial important envers ses clients en proposant de grosses réductions sur la Corsa-e pour pallier l’attente frôlant une année complète, mais ceux-ci avaient précisément attendu l’arrivée du Mokka-e pour passer commande, et ne seraient pas satisfaits de cette alternative.

Bien sûr, aussi compliqué que cela puisse être pour Opel sur le plan de la gestion il s’agit toutefois d’une très bonne nouvelle pour la marque du groupe PSA, puisqu’il semble déjà acquis que le cousin du DS 3 Crossback sera l’une des meilleures ventes de ces dernières années pour la firme allemande.

 

]]>
Le Tesla Model Y dévoile en détail sa (minuscule) troisième rangée de sièges https://www.automobile-propre.com/breves/le-tesla-model-y-devoile-en-detail-sa-minuscule-troisieme-rangee-de-sieges/ Mon, 11 Jan 2021 13:56:57 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106194 ]]> Pas encore arrivé en Europe, le Tesla Model Y a déjà connu de nombreuses évolutions depuis son introduction aux États-Unis et en Chine. Il s’annonce désormais avec une version autonomie Standard encore plus abordable et dévoile l’option sept places tant convoitée.

Alors que la plupart des rumeurs annonçaient l’arrivée d’une troisième rangée de sièges dos à la route, comme sur la Tesla Model S, la firme américaine a fait le choix d’une architecture conventionnelle. Initialement annoncée pour convenir à sept adultes, la marque a finalement révisé son annonce en stipulant que sept personnes pouvaient prendre place.

Une option à 3 200 € en France

Une pirouette marketing légitime au regard de la configuration, qui s’apparente à une 5+2 plutôt qu’une véritable sept places. Si deux adultes seront forcément très intimes, les enfants devraient toutefois y être à leur aise.

Tesla précise que la troisième rangée peut être rabattue électriquement depuis le coffre et que les occupants profiteront d’un port de recharge USB-C. L’option affichée à 3 000 $ n’est disponible que sur les versions Autonomie Standard et Grande autonomie. Il faudra compter sur une rallonge de 3 200 € lorsqu’elle sera disponible en France.

]]>
La voiturette électrique de Ligier va-t-elle concurrencer la Citroën AMI ? https://www.automobile-propre.com/breves/la-voiturette-electrique-de-ligier-va-t-elle-concurrencer-la-citroen-ami/ Mon, 11 Jan 2021 13:52:35 +0000 Hugo LARA https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106223 ]]> Vous avez certainement déjà aperçu ces petits véhicules 100 % électriques sillonner les ruelles étroites des centres-villes. Ils sont souvent siglés du nom de leur constructeur : Ligier, qui les assemble en France. La société fabrique aussi des voitures sans-permis, qui seront bientôt elles aussi zéro-émission. Sur le plateau de BFMTV, son patron François Ligier a annoncé qu’une version électrique de quadricycles à moteur « verra le jour en 2022 ».

Avec sa filiale Microcar, la marque propose actuellement une gamme de 4 véhicules sans-permis destinés aux particuliers. Elle va investir 11 millions d’euros pour moderniser ses usines de Boufféré (Vendée) et d’Abrest (Allier) qui développeront et produiront le futur modèle. S’il n’a dévoilé ni tarif ni caractéristiques, le président de Ligier a précisé que le véhicule ne sera « pas en concurrence avec l’AMI de Citroën ».

Le constructeur commercialise en effet des voiturettes bien mieux équipées. Plus chères que l’AMI (entre 10 000 et 15 000 euros contre 6 000 pour la Citroën), elles offrent toutefois un confort comparable aux citadines avec permis. Sièges rembourrés, système d’infodivertissement évolué, chauffage et climatisation… Le prix de la Ligier électrique devrait être logiquement moins accessible, d’autant qu’elle sera fabriquée en France. Assemblée au Maroc, l’AMI a cependant « déringardisée » la voiture sans-permis selon François Ligier, qui affirme que « grâce à Citroën, c’est même devenu tendance ».

À quel prix seriez-vous prêts à rouler en Ligier électrique ?

]]>
Retrofit électrique par Toyota d’un Land Cruiser diesel 1984 https://www.automobile-propre.com/breves/retrofit-electrique-par-toyota-dun-land-cruiser-diesel-1984/ Mon, 11 Jan 2021 09:46:57 +0000 Philippe SCHWOERER https://www.automobile-propre.com/?post_type=breves&p=106188 ]]> La filiale australienne, par l’intermédiaire de sa division de planification et de développement de produits, vient ainsi de s’engager dans un projet pilote utilitaire avec le groupe minier BHP dont le siège est à Melbourne.

Un Land Cruiser type 70 va être débarrassé de sa motorisation diesel, remplacée par une architecture électrique. Une opération qui va permettre à l’engin d’évoluer dans les galeries souterraines d’une mine de nickel.

Au-delà de cette utilisation qui donne tout son sens à la conversion, BHP suit une feuille de route dont l’objectif est de réduire de 30 % les émissions de ses activités à échéance 2030.

Aucun détail technique ni date de livraison n’ont été communiqués par les partenaires. Mais Toyota Australie assure diffuser dans les mois à venir des informations plus précises.

|||

À quel jeu s’adonnent Toyota Australia et BHP avec cette communication ?

En Australie, l’entreprise Voltra propose depuis 2018 son eCruiser développé sur exactement la même base, c’est-à-dire un Land Cruiser type 70. BHP le sait très bien puisqu’il exploite déjà (ou a déjà exploité) dans ses mines plusieurs exemplaires de ce véhicule rétrofité.

Qu’est-ce que la solution mise en avant par Toyota il y a quelques jours apporte de plus ? La filiale australienne du constructeur nippon aurait-elle absorbé Voltra ? Nous aimerions bien le savoir !

Dans l’état, c’est-à-dire sans autres informations ni éléments de comparaison, les 2 propositions semblent se faire de l’ombre l’une à l’autre.

]]>
Fiat 500 électrique : quelle est la configuration idéale pour la nouvelle starlette ? https://www.automobile-propre.com/fiat-500-electrique-quelle-est-la-configuration-ideale-pour-la-nouvelle-starlette/ Mon, 11 Jan 2021 09:15:47 +0000 Soufyane Benhammouda https://www.automobile-propre.com/?p=104724 ]]>

Lancée en 2020, la Fiat 500 Electrique arrive au catalogue de la marque. Mais si cette troisième génération est exclusivement électrique, d’innombrables versions et possibilités de configuration sont offertes au catalogue. Nous faisons le point pour s’y retrouver.

La Fiat 500 est la starlette incontestée dans le segment des citadines. Mais son règne était menacé avec l’arrivée des puces électrique, et plus particulièrement des Mini Cooper SE et Honda e. Seule solution pour le constructeur : revoir la copie en détail afin de lui offrir une batterie et une mécanique sans émission. Une révolution qui s’accompagne aussi de nouveautés inédites, dont une étonnante version à trois portes latérales.

Fiat 500 3+1 : le choix de l’originalité

Une pirouette stylistique (et pratique) permise par la présence d’une toute nouvelle plateforme, qui diffère de celles des thermiques de 2génération encore disponibles au catalogue. Plus longue de 6 cm pour pouvoir embarquer la batterie, la Turinoise offre une petite porte de service à ouverture antagoniste côté passager. Un système qui évoque les Mazda RX-8 et RX-30, la BMW i3 ou le Toyota FJ Cruiser.

Dans cette configuration 3+1, la Fiat 500 Electrique réclame une rallonge de 2 000 € à tous les niveaux de finition (entrée de gamme Action indisponible avec trois portes). L’usage que vous en ferez déterminera quelle carrosserie est la plus adaptée à vos besoins. En revanche, l’originalité stylistique l’emporte sur le critère tarifaire, où la rallonge est toutefois plus mesurée qu’avec le Cabrio (+ 3 400 € ou + 3 000 € selon le niveau de finition).

La version Icône Plus est la mieux positionnée

La Fiat 500 Electrique 3+1 n’offre pas l’accès à la petite batterie de 23,8 kWh, ni même à la version France Edition. Ce qui limite, c’est une bonne chose, le choix à quatre niveaux de finition Passion, Icon, Icône Plus et La Prima. Comme de coutume, la version d’entrée de gamme peine à satisfaire avec une présentation trop banale pour une voiture chic, même si son autonomie électrique de 322 km est à plus généreuse que les 306 km de l’Icône Plus. L’avantage des peu gracieuses jantes de 15 pouces.

Si la version Icon s’impose de fait par son style plus raffiné, elle ne peut rivaliser avec la version Icône Plus : avec les simples options cosmétiques, l’Icon comble la différence tarifaire de 2 000 € avec l’Icône Plus. À l’autre bout, la version La Prima peine à justifier ses petites attentions exclusives contre un surcoût de 3 400 €. C’est donc la finition Icône Plus qui se montre la plus raisonnable, avec un prix situé entre les deux extrêmes, bien que son toit panoramique de série fasse dégringoler l’autonomie WLTP à 306 km en raison de son poids plus important.

La Fiat 500 3+1 est disponible avec neuf coloris répartis en quatre familles. Comme de coutume, une seule couleur est proposée en série (Ice White Pastel) et il faut mettre la main à la poche pour plus de choix, parmi des teintes toujours sombres. L’Onyx Black Pastel est affiché au même prix que les peintures métallisées. La livrée mate (comme sur le modèle de notre essai vidéo) et tricouche réclament un chèque de 1 200 €. Nous sélectionnons ici subjectivement le Glacier Blue. Dans les équipements extérieurs, Fiat propose différents joncs chromés. Nous garderons les baguettes latérales et les tours de vitre (un total de 500 €), mais laisserons la moulure de capot.

Des aides à la conduite disponibles en packs

L’intérieur offre quatre configurations, avec une sellerie tissu Seaqual Noir/Gris ou Gris/Bleu, et une planche de bord couleur carrosserie ou Techno Wood. Préférant les références extérieures, nous faisons le choix d’une sellerie Gris/Bleu et d’une planche de bord couleur carrosserie. La liste des options s’arrête là puisque cette version embarque en série l’écran central Uconnect de 10,25 pouces doté d’Apple CarPlay et Android Auto.

Plusieurs packs d’options sont proposés ici, dont le très complet pack Copilote Fiat avec les caméras 360°, le détecteur d’angles morts, le régulateur de vitesse adaptatif avec maintien dans la voie et les rétroviseurs extérieurs dégivrants. Ces derniers pouvant être accompagnés du pack Hiver avec un pare-brise dégivrant et les sièges avant chauffants, toujours utiles dans une voiture électrique.

37 099 € pour notre Fiat 500 Electrique idéale

La Fiat 500 Electrique est disponible de série avec une prise Combo CCS. Elle dispose d’un système de recharge rapide de 85 kW (0-80 % en 35 minutes) et d’un chargeur AC embarqué de 11 kW triphasé. Ce dernier peut être connecté à la Easy Wallbox dédiée disponible au prix de 499 €. Un câble Mode 3 est aussi proposé dans la liste des options, mais son utilité ne permet pas de justifier les 300 € réclamés.

Disponible à partir de 24 500 € tout en bas de la gamme, et à partir de 29 500 € en version 3+1, notre Fiat 500 idéale s’affiche au prix de 37 099 €. Soit 3 599 € d’options, qui portent notre exemplaire au niveau de La Prima , dépourvue du toit ouvrant panoramique (550 €). Correctement équipée, elle se montre alors plus abordable qu’une Mini Cooper SE Greenwich d’entrée de gamme.

|||

Le configurateur de la Fiat 500 Electrique n’a rien d’inédit. À chaque étape, les cinq vues fixes disponibles mettent à jour la citadine selon les configurations retenues. À tout moment, un mode 360° en 3D de bonne qualité est aussi proposé. Les étapes de configuration sont limpides et disposées sur la droite de l’écran.

L’outil en ligne se distingue toutefois par la présence de pistes audio qui permettent d’écouter les sonorités lancées par la voiture au démarrage, en condition de roulage et à l’arrêt. Aussi, toutes les fonctions fournies par un pack sont visualisables à travers des animations, qui permettent de comprendre le fonctionnement des aides à la conduite. Enfin, lorsque l’un de ces packs influe sur les consommations, Fiat fait apparaître une alerte. Une délicate attention, mais le constructeur ne précise pas dans quelle proportion l’autonomie est affectée.

Pour sa nouvelle 500 Electrique, Fiat a développé de nombreux outils pour découvrir l’univers du modèle. En plus des images conventionnelles qui s’éditent parfaitement lors de la configuration, le constructeur italien capitalise sur le système 3D qui permet de faire le tour de la citadine. L’outil est accessible à tout moment dans le configurateur, mais aussi sur la page d’accueil du modèle où il est déjà possible de sélectionner quelques couleurs.

Mais pour aller plus loin, le constructeur a mis à disposition la Casa 500, un musée virtuel où il est possible de s’informer sur l’histoire des modèles précédents. Tout au fond du musée se trouve un exemplaire de la 500 Electrique, où il est possible d’allumer les éclairages, d’ouvrir les portes, de démarrer le moteur et même d’observer toutes les animations des deux écrans numériques.

]]>