La voiture électrique plébiscitée par les français… à condition qu’elle ne coûte pas cher…
Notez cet article

D’après une étude réalisée par Harris Interactive en partenariat avec le magazine Auto Moto, la voiture électrique intéresse près d’un français sur deux. Seules conditions, et pas des moindres : qu’elle dispose d’un prix et de performances proches d’un véhicule conventionnel. 

Alors que le diesel plafonne à 41 %, la voiture électrique représente désormais 48 % des intentions d’achat des français selon une étude publiée par Harris Interactive en partenariat avec Auto-Moto. Un résultat plutôt surprenant lorsque l’on sait que la voiture électrique représente aujourd’hui environ 1 % des ventes de véhicules neufs en France. Encore une fois, il y a donc une grosse différence entre l’intention l’exprimée et l’action réalisée lorsqu’il s’agit de concrétiser son acte sur un bon de commande. Pour expliquer cet écart, il faut sans doute aller jeter un œil  sur le facteur prix qui demeure le premier critère pour 58 % des sondés lors de l’achat d’une nouvelle voiture.

14.000 € et 587 km d’autonomie

Si l’étude Harris révèle que 7 sondés sur 10 sont prêts à dépenser pour une voiture écologique, le niveau d’exigences reste élevé avec des performances souhaitées assez proches des véhicules thermiques actuels.

Selon les résultats du sondage, la voiture électrique « idéale » devrait coûter 14.000 €, proposer près de 600 kilomètres d’autonomie et pouvoir se recharger intégralement en moins de trois heures. En langage technique, on parle donc d’une voiture électrique dotée de 60 à 70 kWh de batteries associée à un système de charge d’au moins 22 kW. Avec une telle configuration, le modèle le plus proche serait la Tesla Model S, vendue aujourd’hui plus de 100.000 euros. Hyundai Kona électrique, Volkswagen ID, Tesla Model 3… si d’autres modèles devraient prochainement afficher ce niveau de performances, difficile d’imaginer un prix de vente réduit à 14.000 €… du moins dans l’immédiat…

Pédagogie

Alors qu’une avalanche de modèles est attendue en concessions à compter de 2020-2021, la voiture électrique risque de rater sa cible si le grand public n’est pas suffisamment informé. Selon l’étude Harris, 41 % des sondés ne sont pas capables de citer spontanément un modèle ou une marque de voiture électrique tandis que seulement 19 % ont eu l’occasion d’en tester une, que ce soit en tant que conducteur ou comme passager.

Pour beaucoup, la voiture électrique reste donc une technologie mal définie. Une méconnaissance qui pourrait en partie expliquer pourquoi 72 % des sondés seraient prêts à s’orienter vers de l’hybride, une technologie moins éloignée des véhicules conventionnels.

Explications de la technologie, essais, autonomie et besoins réels… D’un point de vue pédagogique, la tâche reste immense et doit être commencée dès maintenant sous peine de voir les français rejeter une technologie pourtant adaptée à la plupart des usages.