Alors que l’Etat a versé 203.2 millions d’euros de bonus, dont 34.4 millions de superbonus, pour l’acquisition de véhicules électriques en 2016, la Cour des comptes s’interroge sur la soutenabilité du dispositif au cours des prochaines années.

Le bonus écologique des voitures électriques coûte t-il trop cher à l’Etat ? Alors que les dépenses réalisées en 2016 ont été inférieures au budget provisionné la Cour des Comptes s’interroge sur la pérennité du dispositif compte tenue de la montée en puissance annoncée du véhicule électrique.

« La progression prévisible des ventes de véhicules électriques dans les prochaines années pose la question de la soutenabilité du dispositif à moyen terme » souligne le rapport de la Cour des Comptes.

En 2016, le montant du bonus attribué aux voitures électriques a pourtant été inférieur au budget prévisionnel. Sur les 207.9 millions d’euros prévus, soit de quoi financer jusqu’à 33.000 véhicules, seuls 168.8 millions d’euros ont été dépensés pour l’acquisition de 27.131 véhicules électriques. Un budget conséquent qui a représenté en 2016 près de 80 % du budget total du bonus, le reste étant réparti entre les hybrides rechargeables (9.9 millions – 4.6 %) et les voitures hybrides (33.7 millions – 15.9 %).

Même scénario pour la prime à la conversion. Alors que l’état prévoyait de financer jusqu’à 54.100 véhicules en 2016 avec un budget total de 57.7 millions d’euros, moins de 10.000 véhicules ont bénéficié du dispositif avec un budget total de 34.9 millions d’euros.

« Les primes à la conversion accompagnant l’achat d’un véhicule électrique ont été bien plus importantes qu’attendu » note le rapport. Alors que l’Etat prévoyait une meilleure répartition de la prime, notamment sur le marché de l’occasion, c’est bien la voiture électrique qui s’est allouée la plus grosse partie du budget, dépassant largement son budget initial de 25.9 millions d’euros pour atteindre un total de 34.4 millions d’euros.

Dans les caisses de l’Etat, rappelons que le bonus est intégralement financé par le malus. En 2016, celui-ci a généré 265.6 millions de recettes, soit largement de quoi couvrir les dépenses liées au bonus.

347 millions de budget en 2017

347 millions d’euros ! C’est le budget alloué par l’Etat au dispositif du bonus écologique pour 2017, soit 100 millions de plus que l’année précédente. Un budget augmenté qui sert notamment à financer l’extension du bonus. Car si les voitures hybrides ne sont plus éligibles depuis le début de l’année, les deux-roues électriques sont désormais intégrés au dispositif et pourraient coûter entre 20 et 30 millions d’euros à l’Etat cette année.

Pour calculer son budget, l’Etat a été plutôt généreux, partant sur une hypothèse de ventes d’environ 52.000 véhicules électriques et 6000 véhicules hybrides rechargeables d’ici à la fin de l’année. Alors que l’objectif sur le segment hybride rechargeable pourrait être atteint, nous sommes encore loin du compte sur le tout électrique. Sur les quatre premiers mois de l’année, moins de 9000 voitures électriques ont trouvé preneur sur le marché français…

Des baisses à prévoir sur le bonus 2018 ?

Faut-il s’inquiéter du rapport de la Cour des Comptes ? Pas forcément ! Si une légère baisse du bonus en 2018, voire une refonte de la prime à la conversion, ne sont pas impossibles, l’Etat ne devrait pas réaliser de coupure « nette » dans son dispositif.

Néanmoins, le rapport et les chiffres de la Cour des Comptes mettent le doigt sur un point essentiel : dès lors que la voiture électrique entrera dans sa phase « mass market » avec des volumes de ventes importants qui surpasseront les recettes liées au malus, l’Etat fermera (on espère progressivement) ses financements.

Outre le fait de monter en autonomie, l’enjeu pour les constructeurs au cours des prochaines années est donc de parvenir à diminuer rapidement le prix de leurs véhicules pour s’affranchir de tout risque lié à la disparation soudaine du bonus…

Voiture électrique : un bonus qui coûte cher à l’Etat
Notez cet article