L’an prochain, BMW sera le 2ème grand constructeur européen après Renault à lancer une nouvelle gamme totalement inédite de véhicule : la gamme BMW « i ».

Un « i » qui n’est pas sans rappeler celui qui s’affiche depuis bientôt 40 ans (!) dernière le numéro à trois chiffres qui caractérise la série et le modèle des BMW à injection d’essence. Mais la comparaison s’arrête là. Car pour le reste, les futurs modèles de la gamme « i » s’annoncent très différents de ceux proposés jusqu’à présent aux aficionados de la marque.

Entièrement conçue autour de la sobriété et de l’efficacité énergétique, la gamme « i » entend bien établir de nouveaux standards dans le petit monde de l’automobile – vraiment – propre.

Exit les pneus ultra larges et les accessoires aérodynamiques qui caractérisent aujourd’hui les modèles hautes performances de la marque. Place à la fibre de carbone et aux structures légères dans le seul et unique but d’améliorer la sobriété des futurs modèles i3 et i8. Pour la citadine i3, BMW annonce une chaîne de traction entièrement électrique. Pour la très sportive i8, c’est l’architecture hybride rechargeable qui semble avoir retenu la préférence des concepteurs.

A ce stade, inutile d’en dire plus sur les performances annoncées de ces 2 futures BMW. Car la vraie question qui continue de hanter les ingénieurs à quelques mois de leur commercialisation est plutôt celle-ci : ces BMW d’un nouveau genre vont-elles rapidement trouver leur public ? Vont-elles réussir à s’imposer face à l’hégémonie du moteur à pétrole ?

Malgré l’urgence écologique actuelle qui plaide en faveur d’alternatives de transport beaucoup plus respectueuses de notre environnement, malgré un contexte économique qui devrait inciter les pays importateurs de pétrole à se désintoxiquer progressivement du précieux fluide, rien n’est moins sûr.

Les mois à venir pourraient même être décisifs pour l’avenir des véhicules électriques. L’incertitude pouvant presque se résumer à cette unique interrogation : l’innovation technologique a t-elle les moyens de l’emporter face à l’irrationalité qui continue de hanter le secteur automobile depuis trop longtemps déjà ?

D’un strict point de vue économique, même à plus de 35 k€, la future BMW i3 s’annonce infiniment plus rationnelle que beaucoup d’autres modèles présents au catalogue BMW et dont certains s’affichent à des prix très supérieurs (…). Son autonomie restera un cran en dessous de ce qu’offre une citadine à essence mais l’agrément et le confort de conduite offert devraient logiquement suffire à compenser ce léger handicap. Quant à l’impact environnemental global de ces futures BMW, il s’annonce d’ores-et-déjà comme très inférieur à celui d’une 116i équipée des toutes dernières évolutions technologiques chères à BMW.

Il ne reste donc plus qu’à croiser les doigts et espérer très fort que ces BMW du XXIème siècle rencontrent très vite le succès qu’elles méritent, y compris auprès des fidèles clients de la marque à l’hélice…

Véhicules électriques : l’innovation enfin au service de la rationalité ?
Notez cet article