Toyota Yaris hybride restylée : un prix à partir de 19450 €
Notez cet article

Nous vous présentions il y a peu la Yaris restylée, cru 2017. Toyota vient d’en révéler les tarifs. Comptez au minimum 19450 € pour vous offrir la version hybride.

4 niveaux de finition

La « nouvelle » Yaris hybride est désormais disponible en quatre niveaux de finition, les premiers sont repris de la version actuelle : France (19450 €), Dynamic (20250 €). En haut de gamme, vous aurez le choix entre la Yaris Collection misant sur le bicolore pour la carrosserie et l’habitacle, et l’inédite Yaris Chic plus… chic, toutes les deux étant vendues au même prix (21850 €). Les tarifs restent donc relativement stables avec des hausses de quelques centaines d’euros.

Tous les niveaux de finition sont dotés du pack Safety Sense incluant un radar pré-collision avec freinage automatique d’urgence, le passage automatique code-phares, l’alerte de franchissement de ligne et la lecture des panneaux de signalisation à partir de la finition Dynamic.

La finition France se pare d’un volant cuir, d’inserts laqués, et d’un écran tactile de 7’’. La version Dynamic ajoute caméra de recul, vitres arrière électriques, et antibrouillards avant. Les feux de jour à Led sont réservés aux finitions haut de gamme tout comme le réglage en hauteur du siège passager. La finition Chic se distingue par plusieurs éléments décoratifs tels qu’une calandre laquée, des ajouts de chrome, et une sellerie mi-cuir.

Restylage « Made in Europe »

A défaut d’une nouvelle génération, Toyota nous fait donc patienter avec un second restylage de la franco-nippone. Un lifting qui s’est opéré depuis l’Europe. C’est en effet le centre de design français de la marque situé à Sophia Antipolis qui s’est chargé de redessiner la Yaris, tandis que les équipes européennes ont eu à réfléchir aux modifications techniques.

Plus de silence et de confort à bord

Pour la version hybride, celles-ci concernent en particulier l’amélioration du confort acoustique avec, notamment, une accélération plus silencieuse. Le moteur tourne en effet à un régime moteur élevé pour trouver son couple, ce qui peut s’avérer assez désagréable pour les oreilles.

Toyota indique également avoir pris des mesures pour limiter les mouvements du moteur, améliorer la capacité d’absorption des amortisseurs et la réponse de la direction. Il devrait en résulter à la fois un meilleur confort et une meilleure tenue de route. Nous ne manquerons pas de le vérifier lors d’un prochain essai car il est vrai que la Yaris ne fait pas référence dans ces domaines.

Consommations identiques

Les émissions de CO2 stagnent : 75 grammes pour les deux premiers niveaux de finition et 82 grammes pour le haut de gamme. Une différence importante s’expliquant essentiellement par la présence de jantes de 16’’ en lieu et place des 15 pouces de série en entrée et milieu de gamme. A moins de tenir absolument au supplément de look qu’elle procure, nous vous déconseillons cette grande monte qui, en plus d’augmenter la consommation, élargit considérablement le rayon de braquage, et dégrade le confort.

Le diesel seulement pour les professionnels

Le diesel qui tend à disparaitre du segment des mini-citadines déserte aussi peu à peu celui des citadines polyvalentes. La Yaris illustre ce phénomène, le diesel ayant quitté la gamme destinée aux particuliers et n’étant désormais disponible qu’en finition Business réservée aux professionnels. Le choix de Toyota n’est pas surprenant quand on sait que la version hybride représente 52 % des ventes en France et 40% en Europe.

En parallèle, Toyota a revu ses motorisation essence qui sont, elles, disponibles dès 14150 €. Les commandes sont d’ores et déjà ouvertes et les premières livraisons auront lieu en avril.