petrole

Malgré l’électrification des transports et l’engouement pour les énergies renouvelables, la demande mondiale de pétrole devrait augmenter de presque 11% d’ici 2040, selon Total.

Alors qu’elle ne cesse de diminuer en Europe et aux États-Unis, la consommation de pétrole à l’échelle mondiale poursuit son augmentation et pourrait même enfler d’environ 10 à 11% en 2040. De 92,5 millions de barils par jour (mb/j) en 2015, elle augmenterait d’environ 10 millions de mb/j d’ici 22 ans. A l’origine de ces estimations, une étude de Total présentée en début de semaine et analysée par l’AFP. Cette « piste de réflexion » d’après le groupe pétrolier désigne le secteur des transports comme responsable de la hausse.

50 % de véhicules électriques en 2040

En effet, alors que la consommation dans les secteurs du bâtiment, de l’énergie et des usages non-énergétiques diminuerait, celle des transports poursuivrait son ascension. D’après la firme, l’introduction des énergies alternatives dans les transports ne permettra pas de compenser la croissance du nombre de kilomètres parcourus. Une distance qui pourrait augmenter de 3 à 4% par an en fonction des secteurs, alors que les véhicules électriques ne représenteraient que 50% des ventes en 2040, d’après la simulation de Total.

Le transport routier consomme près de la moitié du pétrole

Les transports ont représenté 56% de la consommation mondiale de pétrole en 2015. Largement en tête, le secteur routier a englouti 44 % de la production contre 5 % pour l’aérien et 6% pour le maritime. Et cela pourrait donc augmenter selon Total, qui estime l’augmentation à 6 mb/j pour la route, 4 mb/j pour les bateaux et 4 mb/j pour l’aviation en 2040.

D’autres hypothèses ont également été formulées par la multinationale, faisant significativement varier les résultats. Ainsi, la demande diminuerait de 3 mb/j si les véhicules électriques représentaient 70% des ventes en 2040, mais augmenteraient de 2 mb/j à 30% des ventes.

Une étude à prendre avec des pincettes

La fluctuation du taux de croissance annuel du nombre de kilomètres parcourus serait également capable de faire flancher ces chiffres. Une variation de plus ou moins 0,5 point de cet indice pourrait en effet représenter un mouvement de -8 mb/j à +9 mb/j. Total ne le cache pas, cette étude « pourrait s’avérer inexacte à l’avenir et est sujette à un nombre de facteurs de risques qui pourrait provoquer une différence significative entre les résultats réels et ceux anticipés ».

Une étude qu’il faut donc interpréter avec beaucoup de précautions, d’autant plus qu’elle s’éloigne fortement du scénario élaboré par l’Agence internationale de l’énergie. Cette dernière estime à environ 75 mb/j la demande mondiale en pétrole en 2035 contre 102,5 mb/j pour Total en 2040.

Total prédit une hausse de la consommation de pétrole d’ici 2040
4.8 (96%) 5 votes