Renault ZOE d’occasion : la communication ne suffit pas !
3.6 (72%) 20 votes

Elle a beau truster la 1ère marche du podium des ventes de VE neufs depuis 5 ans maintenant, force est d’admettre que sur le marché de l’occasion, la Renault ZOE est loin de s’imposer comme une star parmi les stars ! Les annonces et les belles promesses ne suffisent plus, ce que les clients potentiels attendent, c’est une évolution de la politique commerciale.

Le marché du VE d’occasion : un marché atone

Commençons déjà par quelques vérités pas toujours très agréables à entendre et pourtant bien réelles : avec ou sans location de batterie imposée, le marché du VE est globalement un marché sur lequel les acquéreurs ne se bousculent pas ! Conséquence immédiate : la décote de nombreux modèles est forte eu égard à leur kilométrage et/ou leur âge.

Seuls quelques rares modèles échappent à cette réalité. C’est notamment le cas du Kia SOUL EV, de la Hyundai ioniq ou encore des model S et X.

Pour tous les autres modèles, la décote est très importante. Elle l’est d’autant plus que l’autonomie réelle est faible, que le kilométrage est élevé et que la batterie est en location. Ce dernier point est assez paradoxal car si les mensualités de location de la batterie ont tendance à diminuer l’intérêt économique du VE comparativement à un modèle thermique, cela constitue une garantie permanente face au risque de panne ou de diminution des performances de la batterie.

ZOE d’occasion : Et si Renault se décidait enfin à lui offrir le succès qu’elle mérite ?

Conséquence directe du succès rencontré par la Renault ZOE depuis 5 ans maintenant sur le marché français : dans la catégorie VE, elle représente une part prépondérante de l’offre d’occasion, à des prix plutôt bon marché pour un véhicule réputé fiable et affichant des coûts d’entretien inférieur à ceux d’une voiture thermique. L’explication tient quasi exclusivement au fait que ces économies à l’usage sont largement compensées par les mensualités de la batterie, en particulier pour les petits rouleurs.

Renault a beau répéter inlassablement que la location de batterie offre une certaine tranquillité d’esprit aux clients, ce point de vue est loin d’être partagé par tous. Sur le marché de l’occasion par exemple, beaucoup de clients potentiels seraient près à payer 2 à 3 k€ de plus pour pouvoir acheter la voiture avec la batterie, quitte à devoir se satisfaire d’une autonomie réduite par rapport à celle offerte initialement. Un raisonnement qui n’est évidemment pas dénué de sens pour les millions de ménages qui possèdent au moins 2 voitures, qui ne sont pas pour autant de gros rouleurs et qui de fait renouvellent leur voiture tous les 7/8 ans voire davantage encore.

Ajuster le montant des mensualités pour les ZOE de 4 ans et plus

Dans la foulée des annonces récentes à destination des acheteurs de ZOE neuves préférant l’achat intégral à la location de batterie et en attendant une offre similaire pour les propriétaires de ZOE 22 kWh, pourquoi ne pas proposer aux clients qui le souhaitent une diminution d’au moins 30% du coût de location de la batterie moyennant une révision des clauses de garantie correspondante ?

A 59€ / mois maximum pour un forfait annuel de 12500 km, cela participerait très concrètement à améliorer la compétitivité des ZOE d’occasion face aux citadines thermiques les plus économes du marché. Ainsi revu à la baisse, le coût de location de la batterie ne serait plus aussi rédhibitoire, y compris dans la durée. Une telle évolution ouvrirait enfin de nouvelles perspectives pour les nombreux ménages 100% électro-compatibles qui jusqu’ici, n’ont pas encore franchi le pas, entre autres pour des raisons financières.

Récompenser les clients dans la durée

En tant que leader européen de la location de batterie, et au regard du retour d’expérience acquis sur ce sujet, le moment est désormais venu pour Renault de faire évoluer globalement le dispositif en proposant à ses clients les plus fidèles des avantages financiers à même de les inciter à rester clients plutôt qu’à préférer la concurrence, notamment pour des raisons de coût.

Pourquoi ne pas proposer aux clients qui louent au prix fort la batterie depuis bientôt 5 ans, des forfaits kilométriques plus avantageux que ceux en vigueur ?

Une autre évolution que certains clients accueilleraient avec enthousiasme serait de proposer une option d’achat de la batterie, calculée en fonction du kilométrage du véhicule, de son âge et/ou du montant des loyers déjà versés comme cela se pratique déjà couramment dans le cas d’une LOA.

Des évolutions qui participeraient à élargir la cible des acheteurs potentiels, tout en laissant la possibilité aux clients actuels de continuer à profiter des garanties offertes par la location de batterie.

Donner envie !

Au final, ces évolutions que beaucoup attendent depuis pas mal de temps maintenant auraient surtout pour objectif de dynamiser le marché du VE d’occasion, en donnant aux clients potentiels davantage envie.

Si vous aussi vous êtes convaincu qu’une évolution de la politique commerciale constitue un passage obligé pour prolonger le succès de ZOE sur le marché de l’occasion, exprimez-vous et faites-nous savoir le cas échéant le type d’offre qui aurait votre préférence…