PSA et la holding Nidec Leroy-Somer ont annoncé ce jour la création prochaine du joint-venture destinée à concevoir et à fabriquer des moteurs électriques sur le sol français.

Mild-hybrides, hybrides rechargeables ou 100 % électriques, alors que le groupe français prépare une vaste campagne d’électrification de sa gamme dans le cadre de son nouveau plan stratégique « Push to Pass« , présenté en avril 2016, cet accord apparaît comme stratégique et vise à la fois à répondre aux besoins de PSA mais aussi à ceux d’autres constructeurs. A l’instar de Renault, qui équipe les Smart électriques avec ses moteurs, PSA souhaite se positionner comme fournisseur multimarques.

De la R&D à la fabrication et à la commercialisation, la coentreprise intégrera plusieurs niveaux de compétences. Elle sera détenue à parts égales entre les deux partenaires et sera établie à Carrières-sous-Poissy, site où sera également localisée toute la partie R&D. La partie production sera quant à elle sitée sur le site de Trémery, en Moselle. La future joint-venture, dont le nom n’a pas encore été révélé, sera officiellement créée dans le courant du 1er trimestre 2018 avec un investissement commun de 220 millions d’euros.

Pour rappel, PSA et Leroy-Somer n’en sont pas à leur première collaboration. Dans les années 90, les deux groupes français avaient déjà travaillé ensemble pour concevoir les Peugeot 106 et Citroën Saxo électriques. Des modèles équipés de batteries Ni-MH et animés par des moteurs Leroy-Somer.

Un marché estimé à 45 milliards d’euros en 2030

Selon le japonais Nidec, qui a racheté Leroy-Somer en début d’année, le marché des moteurs électriques destinés à l’automobile devrait doubler d’ici à 2030 pour représenter jusqu’à 6.000 milliards de yens, soit 45 milliards d’euros. Un juteux marché que les deux partenaires ne comptent pas laisser passer.

PSA et Nidec Leroy-Somer : une joint-venture pour des moteurs électriques « made in France »
4 (80%) 1 vote