Un de nos lecteurs, Patrick Augé, nous a mis sur la piste d’une expérimentation menée pendant une semaine à Poitiers (86). Nous avons interrogé le GIHP Poitou-Charentes ainsi que Morice Constructeur qui a prêté un Nissan e-NV200 aménagé par ses soins pour accueillir à l’arrière une personne en fauteuil roulant.

GIHP

Reconnu d’utilité publique dès 1969, le GIHP National fédère un réseau de 15 associations régionales qui visent à développer l’autonomie et la vie sociale de personnes en situation de handicap moteur et sensoriel. « L’ambition du réseau GIHP est de favoriser l’insertion des personnes handicapées dans le milieu ordinaire de vie et de travail afin qu’elles puissent exercer leur pleine citoyenneté », précise sur son site Internet l’antenne Poitou-Charentes fondée en 1978. Parmi les services qu’elle propose : des cours d’autonomie et des ateliers divers, des actions de formation et de sensibilisation, un appui social individualisé, une expertise et des conseils en accessibilité, une vie associative… et des solutions de transport adapté.

Transport adapté

« Notre association fut très rapidement reconnue comme l’un des principaux spécialistes en termes de transport adapté, et notamment au niveau de la qualité des accompagnements et des prestations proposées », indique dans une vidéo à retrouver sur le site du GIHP Poitou-Charentes, Sophie Verceux, présidente de l’association.

Au fil du temps, plusieurs véhicules ont été essayés pour assurer au mieux le service au sein d’une flotte d’une dizaine d’unités. Actuellement, ce sont principalement des Volkswagen Caddy qui sont exploités à Poitiers et dans les environs, transformés par Morice Constructeur. Cette entreprise bretonne produit et commercialise des véhicules adaptés au transport de personnes à mobilité réduite.

VE

Patrick Augé, qui utilise au quotidien une BMW i3, a attiré l’attention de l’association sur la mobilité électrique. A la direction du GIHP Poitou-Charentes, l’idée d’exploiter un véhicule électrique a fait son chemin, peut-être déjà en germe. De son côté, Morice Constructeur vient tout juste d’ajouter à son offre un e-NV200 Evalia.

« C’est le premier véhicule électrique, depuis la création de l’entreprise en 1974, que nous adaptons pour le transport des PMR », confirme Delphine Touzé, à la communication de Morice Constructeur basé à Guipry-Messac, en Ille-et-Vilaine. A noter que cette activité est développée dans l’entreprise depuis 1990.

Choix du Nissan e-NV200

Pourquoi ce choix du e-NV200 ? « C’est une raison technique qui a décidé du véhicule : sur le e-NV200, les batteries de traction sont à l’avant, ce qui nous permet d’installer, après découpage de la caisse à l’arrière, le système de suspension pneumatique MoriceAir pour le confort et l’abaissement du véhicule ainsi que la rampe d’accès », répond Delphine Touzé.

Le système de suspension pneumatique, qui repose sur des coussins d’air alimentés par un compresseur, apporte un confort certain pour la personne embarquée sur un fauteuil roulant. Celle-ci ne ressentira pas les soubresauts du véhicule sur une route plus ou moins dégradée. Bien que le dispositif ne soit monté que sur l’essieu arrière, le chauffeur profite également de l’agrément qu’il procure. « Le véhicule conserve une assiette constante », précise notre interlocutrice. « Le e-NV200 aménagé par Morice intéressera, davantage que les particuliers, les collectivités et les établissements spécialisés ou médicaux », assure-t-elle.

« Nous avons livré 3 flottes, dont 2 à Paris, et un exemplaire de ce modèle circule sur l’île de Bréhat, dans les Côtes-d’Armor, depuis juin de cette année 2017 », chiffre Delphine Touzé. Selon nos informations, une dizaine d’exemplaires de cet engin aurait déjà intégré la flotte de PAM75 qui propose également, mais sur l’Ile-de-France, un service de transport de personnes à mobilité réduite.

Plusieurs configurations possibles

Morice Constructeur permet d’aménager, relativement à la carte, des Nissan e-NV200 à 5 ou 7 places. Au GIHP Poitou-Charentes, 5 places sont toujours disponibles en plus de l’espace dédié au passager sur un fauteuil roulant de petite taille.

Fabienne Coëffard, directrice de l’établissement, précise : « Même un fauteuil roulant électrique peut entrer dans le véhicule, mais en repoussant la banquette 3 places qui n’est alors plus utilisable ».

Un point négatif ? A priori non ! « Nous apprécions la modularité du véhicule », explique-t-elle. Le système de suspension pneumatique équipe la version Handi’Air du e-NV200 transformé, avec une rampe d’accès assistée en une seule partie d’une longueur de 0,83 m. Mais pas le modèle Handi’Eco, qui, lui, nécessite une montée en 2 parties qui s’étale manuellement, cette fois-ci sur 1,33 m, du fait de l’absence d’abaissement du véhicule à l’arrière. Morice Constructeur communique beaucoup sur l’adéquation de l’engin avec le milieu urbain.

Point de vue des personnes transportées

Patrick Augé et Fabienne Coëffard ont témoigné que les personnes transportées dans le Nissan e-NV200 aménagé par Morice Constructeur étaient satisfaites du véhicule, avec, en dehors de l’impression de confort et d’espace à bord, 2 points particulièrement positifs qui sont revenus plusieurs fois.

Tout d’abord la présence des 2 barres latérales a été appréciée par les personnes embarquées avec un fauteuil roulant qui ont pu se tenir mieux qu’habituellement. Ensuite, et c’est la chaîne de traction électrique qui permet ce deuxième avantage : un silence d’évolution et de fonctionnement du véhicule. Pour nous qui connaissons les engins électriques le plus souvent depuis des années, rien de vraiment étonnant ! Mais pour les voyageurs en situation de handicap, c’est loin d’être une anecdote !

« Nombre des personnes que nous transportons ont des capacités pulmonaires réduites qui leur interdit de pousser la voix ; par l’absence d’un bruit de moteur, ils peuvent se faire comprendre bien plus facilement du chauffeur », souligne Fabienne Coëffard.

Point de vue des chauffeurs

Tous les chauffeurs n’ont pas participé à l’expérimentation du e-NV200 transformé. Mais ceux qui ont tenté l’aventure ont également apprécié le confort, l’aménagement de l’habitacle, et le silence d’évolution du véhicule. Mais aussi l’efficacité et le côté agréable des sièges chauffants : nous sommes en décembre ! On ne relèvera pas les quelques demandes supplémentaires de petits aménagements spécifiques au transport des PMR, mais qui ne relèvent pas de la mobilité électrique.

Cependant, il est à noter que le seuil d’accès a été estimé trop haut pour parvenir aux places assises habituelles. Ainsi pour des personnes qui se déplacent avec des béquilles ou un déambulateur. Patrick Augé et Fabienne Coëffard ont fait état d’une demande transmise à Morice Constructeur pour que l’essieu avant puisse se baisser comme celui de l’arrière. « Ce n’est techniquement pas possible », à répondu pour Automobile Propre Delphine Touzé. Un point bloquant pour le GIHP Poitou-Charentes ? Il semblerait que oui ! « En l’état, le véhicule ne correspond pas complètement à nos besoins car nous transportons aussi régulièrement des personnes qui marchent mais ont besoin d’un accès facile à bord. Des marchepieds supplémentaires ne seraient pas une solution », commente la directrice de l’établissement.

La question de la recharge

Pour recharger le e-NV200, les chauffeurs ont dû exploiter la borne rapide bridée à 22 kW du supermarché Lidl situé à 1 kilomètre du GIHP 86. « Nous ne pouvons mobiliser les chauffeurs pendant plusieurs dizaines de minutes à cela : il nous faudrait une borne sur le parking de l’établissement », plaide Fabienne Coëffard qui espère pouvoir intégrer 1 ou 2 véhicules électriques adaptés PMR dans sa flotte.

« Nous parcourrons environ une centaine de kilomètres par jour de façon habituelle. Avec les 116 km d’autonomie que nous avons constaté, ça pourrait passer. En outre, nos déplacements s’effectuent pour le plus gros le matin et le soir, avec également un service le midi. Il serait donc possible, plusieurs heures par jour, de laisser un véhicule électrique en charge », évalue-t-elle.

Autonomie

Question autonomie, l’actuel e-NV200 présenté au GIHP Poitou-Charentes répondrait aux besoins de déplacements réguliers, parmi lesquels les trajets vers les établissements scolaires ou pour les activités diverses. Mais pour les plus longs et les prises en charge exceptionnelles ? Les véhicules thermiques seraient utilisés.

« Avec la batterie actuelle de 24 kWh, l’autonomie ne permet pas d’optimiser les voyages, mais Morice va proposer le e-NV200 avec la nouvelle batterie de 40 kWh », indique Fabienne Coëffard. Une évolution que nous a confirmée, pour 2018, Delphine Touzé. Du côté du constructeur, on estime que la version adaptée par ses soins commence à rencontrer sa clientèle.

Ce qui est une bonne nouvelle pour le développement de la mobilité électrique qui a davantage progressé ces dernières années par l’effort d’achat des particuliers que par le changement d’habitudes des professionnels. Quand ces derniers s’approprieront plus largement les véhicules branchés, on assistera à une progression bien plus nette et encourageante !

Automobile Propre et moi-même remercions Patrick Augé de nous avoir proposé ce sujet et de nous avoir facilité le contact avec le GIHP Poitou-Charentes et Morice constructeur. Un grand merci aussi pour leur disponibilité à la volée à l’intention de mesdames Fabienne Coëffard et Delphine Touzé.

 

Quand des personnes à mobilité réduite sont transportées en véhicule électrique adapté
3.3 (66.67%) 3 votes