Michel Sapin à Fremont pour convaincre Tesla de s’installer en France
Notez cet article

Le Ministre de l’économie était présent le vendredi 6 janvier au matin pour visiter l’usine de Tesla de Fremont. Objectif : inciter le constructeur à choisir la France pour son futur site de production européen.

Après sa visite du Consumer Electronic Show (CES) à Las Vegas le jeudi 5 janvier aux côtés d’Axelle Lemaire, le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Sapin, s’est rendu à Fremont pour une visite de l’usine Tesla où sont actuellement fabriquées les Model S et Model X et où se prépare le lancement de la future Model 3.

Si l’objectif de la visite n’a pas été clairement annoncé, un porte-parole du ministère a déclaré à Bloomberg que le Ministre était présent chez Tesla pour inciter le constructeur à choisir la France pour son futur site de production européen.

A Fremont, Michel Sapin n’a pu s’entretenir directement avec Elon Musk mais a pu rencontrer Diarmud O’Connel, le vice-président de la marque chargé du développement économique. « L’équipe nous a dit que la France pouvait les intéresser », a indiqué le Ministre, assurant que le constructeur aurait « chanté les louanges » de la politique environnementale française. Le code du travail français n’aurait toutefois pas reçu le même accueil et le ministre s’est attelé à « casser » les idées reçus des américains sur le sujet.

Pour rappel, Tesla dispose déjà d’un premier site d’assemblage à Tilburg, à proximité d’Amsterdam, aux Pays-Bas, et a récemment fait l’acquisition de l’équipementier allemand Grohmann, spécialiste des systèmes de production automatisés.

Lors d’une conférence téléphonique organisée en novembre dernier, Elon Musk indiquait qu’un projet d’usine de « grande taille » dédié à la production de batteries et de véhicules serait annoncé courant 2017. « Il ne fait aucun doute que Tesla aura au moins à long terme un – et peut-être deux ou trois – usines de production de batteries et de véhicules en Europe » avait alors déclaré le patron de la marque.

Un projet industriel « vert » qui intéresse bon nombre de pays européens. En France, la région Alsace et la ville de Châteauroux sont même allées jusqu’à lancer des vidéos pour séduire le constructeur.

Sources : Bloomberg, Les Echos