A l’occasion du salon de l’automobile de Genève, Automobile-Propre a pu s’entretenir avec David Bucher, Directeur Marketing et relations extérieurs de Jaguar Land Rover pour la France. L’occasion de revenir sur l’arrivée de la i-Pace et sur son positionnement sur un marché « premium » de plus en plus convoité.

« L’idée c’était d’offrir la voiture que tout le monde attendait. Le marché s’oriente aujourd’hui fortement vers les SUV. Ce sont les voitures qui sont les plus demandées à travers le monde. Et il y a cette nouvelle tendance d’avoir des véhicules avec de nouvelles propositions énergétiques. L’électrique est l’une des solutions qui a le vent en poupe et il fallait qu’il y ait un constructeur qui arrive pour essayer de défricher ce marché, l’élargir, l’ouvrir avec cette i-Pace qui essai de marier le meilleur de ces deux mondes » résume notre interlocuteur.

Une Jaguar avant tout

Si l’arrivée de l’électrique apparaît comme une petite révolution au sein de la marque au félin, l’i-Pace ne devrait pas trop déstabiliser les habitués même si Jaguar compte sur cette première voiture électrique pour séduire un nouveau public.

« La clientèle que l’on vise, c’est plutôt « monsieur tout le monde » qui va être interpellé par notre démarche. On a essayé de trouver les moyens de répondre à l’ensemble des attentes : avoir une voiture qui soit belle à regarder, sportive et très dynamique. C’est une Jaguar ! Après, il fallait offrir ces éléments là dans une voiture électrique de 400 chevaux, 480 km d’autonomie en cycle WLTP avec des accélérations dignes d’une voiture sportive. Des attributs forts de Jaguar que l’on retrouve marié à une solution électrique » explique David Bucher.

Tesla killer ?

Le 1er mars, Jaguar présentait une vidéo opposant son i-Pace au Model X. Une volonté de voler des parts de marché à la marque californienne ? Le constructeur s’en défend.

« Lorsqu’on parle de Tesla, c’est un succès énorme. Mais à l’échelle de 100 millions de voitures sur le marché mondial. On parle de 100.000 voitures c’est encore un épiphénomène ! Il y a donc besoin d’avoir différents acteurs qui vont venir crédibiliser ce marché. Notre vocation n’est pas de dire qu’il y avait un client et qu’on va le prendre à quelqu’un. C’est plutôt de dire 1+1 va faire trois voire beaucoup plus » justifie notre interlocuteur.

« Tous les constructeurs arrivent avec ces propositions et aujourd’hui on pense qu’on a une solution extrêmement adaptée au marché européen et français » poursuit David Bucher. « Aujourd’hui, on ne peut pas dire que le marché soit sur des voitures de plus de 5 mètres » estime-t-il. Car si l’i-Pace se positionne sur un segment premium avec des niveaux de puissance et de performances proches des modèles de Tesla, son gabarit reste beaucoup plus compact. Alors que la Model S s’étend sur 4,970 m et le Model X sur un peu plus de 5 mètres, l’i-Pace se contente de 4,68 m de longueur.

 Un marché à fort potentiel

« On n’aime pas trop s’engager sur des chiffres mais plutôt parler de réalité et surtout de potentiel… » S’il n’a pas souhaité donner d’objectifs quant aux ventes du modèle en France, le représentant de Jaguar se dit « très confiant » sur le potentiel de cette première voiture électrique. « Aujourd’hui, il se vend en France plus de 1000 Tesla sur notre marché. Cela nous donne un potentiel de vente » a-t-il précisé.

Pour Jaguar, l’arrivée de la i-Pace passe aussi par la préparation des concessionnaires. « On est en train de former notre réseau qui investit massivement dans de nouvelles infrastructures, des bornes de recharge, dans la technicité des ateliers ou la formation des vendeurs. On va découvrir des nouveaux besoins de la clientèle et il faudra savoir y répondre » précise David Bucher.

Cap sur l’électrification

Comme bon nombre de constructeurs, Jaguar Land Rover vise l’électrification complète de sa gamme d’ici à 2020. Trois grandes solutions techniques ont été retenues : le 100 % électrique comme pour l’i-Pace, l’hybride rechargeable comme pour les Ranger Rover et Range Rover Sport et enfin l’électrification légère. « A l’horizon 2020, 100 % de notre offre aura une de ces trois solutions » précise notre interlocuteur.

Quant à l’arrivée d’une version électrique de la Jaguar XJ, qui fête cette année son cinquantième anniversaire, David Bucher n’a pas souhaité commenter l’information.

Genève 2018 : la nouvelle i-Pace expliquée par Jaguar
5 (100%) 6 votes