Pour appuyer l’arrivée de sa nouvelle batterie, la citadine électrique de Renault se décline dans une nouvelle version plus huppée, la Zoé ZE Edition One Bose. Nous avons pu en prendre le volant, nos impressions.

Présentée sur Automobile Propre en octobre, la Zoé équipée de sa batterie de 41 kWh nous a livré la plupart de ses secrets, notamment en terme d’autonomie, éprouvée lors du e-rallye de Monte-Carlo. Mais faute de matière sur la version mise à disposition à cette occasion, nous n’avions pu nous attarder sur les nouveaux équipements et autres petits rafraichissements dont a bénéficié la nouvelle Zoé. Avec l’essai de cette nouvelle finition « Edition One Bose » nous allons donc nous concentrer sur ces aspects qui rendent cette voiture encore plus agréable.

Plus chic, plus jeune

Premier regard sur cette « nouvelle » Zoé, première impression : la petite Renault assume enfin son côté branché ! Le gris foncé « Yttrium » propre à cette finition et les jantes noires donnent un coup de jeune à cette voiture techniquement à la pointe mais qui avait quelque chose de trop sage, voire ennuyeux. L’aspect dynamique est ainsi mis en valeur et il faut reconnaître que, malgré l’absence de restylage extérieur, les lignes restent très actuelles.

Sur l’aile avant, un petit badge Bose indique la présence d’un système hifi de la marque américaine réputée pour sa signature sonore riche en basse. Les nouveautés extérieures s’arrêtent cependant là et on peut regretter que la signature LED en C que l’on retrouve sur les projecteurs des nouveaux modèles de la marque au losange n’ait pas été transposée à la Zoé au bénéfice de sa personnalité…

A l’intérieur, bonne surprise. A l’instar de la Clio restylée, la finition a été améliorée. L’élément le plus visible : la console centrale est ici habillée d’un doré métallisé exclusif qui s’accorde harmonieusement avec le gris extérieur et qui respire davantage la qualité que le plastique laqué noir ou blanc des autres finitions. Cette même couleur est appliquée à différents éléments de l’intérieur (bandeau de la planche de bord, pourtour des haut-parleurs, etc.) et améliore la qualité perçue à bord.

Les sièges ont également été revus et reçoivent une nouvelle sellerie cuir offrant une assise plus agréable. Autre exclusivité de cette finition éponyme, le système hifi Bose intègre l’habitacle avec ses 6 haut-parleurs et son caisson de basse. Disposé dans le coffre, ce dernier est particulièrement plat et a été spécialement conçu pour consommer moins d’électricité. Dans notre véhicule d’essai, il était disposé à même le coffre et on s’interroge néanmoins sur la praticité d’une telle disposition au quotidien. Pas de doute en revanche sur l’efficacité de l’ensemble qui sonorise parfaitement et puissamment la Zoé.

Deux nouvelles applications sur R-LINK

A l’occasion de la présentation presse de la Zoé rafraichie, Renault a également présenté deux nouvelles applications qui devraient être intégrées début 2017 au système multimédia R-LINK embarqué à bord de la Zoé.

La première, nommée Z.E. Trip, localise les bornes et donnent leur état en temps réel à partir de la base de donnée du Gireve (Groupement pour l’Itinérance des Recharges Electriques de Véhicules).

La seconde, Z.E. Pass est une solution de paiement qui se prolonge à travers une application pour smartphone et permet un paiement sans contact sur les bornes partenaires.

Deux solutions qui ont vocation à faciliter la vie des utilisateurs de véhicules électriques, mais qui pourraient renforcer encore le casse-tête lorsqu’il s’agit d’avoir le bon abonnement pour pouvoir se recharger. On espère donc que Renault développe ces deux applications en bonne intelligence avec l’offre déjà présente sur le marché. L’application pour smartphone Z.E. s’enrichira également de nouvelles fonctionnalités telles que la navigation porte à porte ou un récapitulatif des trajets effectués.

Autonomie et usage

Impossible de conclure cet essai sans revenir sur la plus-value qu’apporte cette nouvelle batterie de 41 kWh. Au cours des deux jours d’essai au volant de la Zoé, nous n’avons pas été inquiétés une seule fois par l’autonomie restante.

La première journée, Renault proposait même de masquer le témoin de charge de la batterie par un autocollant afin de jouer sur la peur de la panne qu’inspire généralement les électriques aux journalistes.

Le lendemain, après avoir parcouru 140 km, dont la moitié sur autoroute à 120 km/h de moyenne, le tableau de bord affichait encore 120 km d’autonomie, le tout avec un (mauvais) score d’éco-conduite de 51/100.

Évidemment on est loin des performances d’une Tesla, mais pour une citadine crédible et à peine plus chère qu’une Clio, ça fait réfléchir. Pour les versions d’entrée de gamme du moins, car l’Edition One se monnaye à un prix « premium » de 28 000 euros.