Profitant de notre passage à Tokyo pour découvrir la nouvelle Nissan Leaf, nous avons pu brièvement embarquer à bord de la petite Nissan Note e-Power. Nos impressions.

N’ayant pas de permis traduit en japonais, impossible de prendre le volant de cette Note e-Power. C’est donc sur le siège passager que s’est déroulé cette courte session de découverte.

De l’électrique sans recharge

Dans le milieu automobile, le fonctionnement de cette petite Nissan e-Power est sans doute unique. Là où le système diffère de celui des autres hybrides, et notamment ceux proposés  le groupe Toyota, c’est par son fonctionnement en « série ».

Alors que les voitures hybrides utilisent leurs deux moteurs pour animer le véhicule, la e-Power n’utilisera que son moteur électrique, son petit moteur essence étant relégué à  un rôle de « range-extender » venant alimenter une petite batterie lithium-ion située sous les sièges avant. Une position qui permet de ne pas amputer l’espace du coffre dont le volume est comparable aux versions classiques.

 

Héritages de le Leaf

Si la batterie n’a strictement rien à voir avec celle qui anime la Leaf- on parle de seulement 1.5 kWh contre 40 kWh pour la dernière version de la berline – la Nissan Note e-Power emprunte bon nombre d’éléments à sa grande soeur. On retrouve le même sélecteur de vitesse mais aussi le même moteur de 80 kW et 254 Nm embarqué à bord de l’actuelle Leaf. Une façon pour le constructeur de réduire ses coûts.

A l’usage, on retrouve également un mode « S » censé maximiser la puissance du frein moteur pour permettre une conduite avec la seule pédale d’accélérateur. Un dispositif à la philosophie assez proche du système « e-Pedal ». A ce mode S viennent également s’ajouter un mode Eco et un mode « B ». Ce dernier renforce également, mais dans une moindre mesure, l’intensité du frein moteur.

Et en pratique ?

Encore une fois, l’essai n’a duré qu’une petite vingtaine de minute et aurait mérité d’être prolongé pour être plus complet.

Lorsque la voiture se met en route, une chose choque : le bruit du moteur thermique qui, assez présent, gâche un peu l’argument du fonctionnement tout électrique. Côté insonorisation, cela aurait valu la peine de faire mieux. Heureusement, il n’est pas omniprésent.

Comme sur une hybride classique, il y a une alternance. Le mode 100 % électrique revient assez régulièrement tandis que le moteur thermique est plus présent lors des phases de fortes accélérations. En estimant à la louche, on peut estimer avoir rouler environ 30 à 40 % du temps en électrique lors de notre trajet en milieu urbain avec des portions en 100 % électrique qui excèdent rarement le kilomètre. Sur autoroute ou en zone extra-urbaine, ce sera sans doute autre chose et le moteur thermique promet d’être bien plus présent pour soutenir la batterie…

Consommation : 40 % d’économie théorique

Comme nous n’avons pas pu obtenir d’information sur la consommation « réelle » de cette Note e-Power , on va se contenter de rappeler les chiffres communiqués par le constructeur. Sur sa dote technique, Nissan annonce une consommation en cycle japonais JC08 oscillant entre 34 et 37,2 km (2.94 à 2.68 l/100 km) contre 23,4 à 26,2 (4.2 à 3.8 l/100 km) pour la note thermique à finition équivalente, soit un gain de consommation théorique de l’ordre de 40 %. Une consommation comparable à celle la Prius Aqua, équivalent japonais de notre Yaris hybride, qui annonce une moyenne de 37 km/l (2.7 l/100 km).

Plein succès au Japon

Proposée en quatre niveaux de finition, dont une version Nismo, la e-Power est vendue à partir de 1.901.880 yens au Japon, soit aux alentours de 15.000 euros, et reste environ 30 % plus chère que la version thermique avec une différence de l’ordre de 4000 euros. Un surcoût qui n’empêche pas cette Note e-Power d’être un véritable phénomène au Japon.  S’il est toujours délicat de parvenir à sourcer les chiffres en Asie, cette déclinaison e-Power représenterait plus de 70 % des ventes de Note dans le pays.

Un succès qui pourrait vivement encourager Nissan à étendre la technologie à d’autres modèles et à la proposer sur d’autres marchés. Au delà de la note, le constructeur pourrait prochainement présenter sa technologie e-Power sur le Nissan Juke.

Quant à savoir si la Note e-Power sera un jour proposée en France ou en Europe, nous avons pu poser la question à un représentant de Nissan France. « Officiellement non » nous a t-il simplement répondu. Et officieusement ?… Affaire à suivre…

Vidéo : à l’intérieur de la Nissan Note e-Power

Essai Nissan Note e-Power : premier contact !
5 (100%) 2 votes