Ghost Rider, Mad Max et Road Runner : voilà le surnom des trois « mulets » actuellement expérimentés par Renault pour préparer ses futures technologies autonomes et électriques.

Chez Renault, l’avenir sera autonome et électrique. A travers une courte vidéo diffusée sur son compte Youtube, le constructeur au losange présente trois prototypes de véhicules  basés sur la Talisman et l’Espace dont l’objectif est de tester les technologies  qui équiperont ses futurs modèles de série.

Sur les trois « mulets » présentés, deux sont basés sur la Renault Talisman. Baptisé Road Runner, le premier conserve la forme du modèle original et teste un moteur électrique inédit. Logé sur le train arrière, il est alimenté par des batteries installées sous le plancher, les sièges arrière ayant été remplacés par l’équipement électronique requis pour les tests. « Ce laboratoire roulant est réservé au test et à l’optimisation de toutes les caractéristiques de châssis du futur véhicule dans différents scénarios : confort, stabilité, freinage, direction ou acoustique de la transmission » explique le constructeur.

Basé sur la Renault Espace, le Ghost Rider n’est à priori pas électrique et se concentre sur la conduite autonome. Rempli de 200 kilos de matériel électronique qui condamnent l’ensemble du coffre, il intègre une panoplie de systèmes d’aide à la conduite et revendique une classification en « Niveau 4 », soit un fonctionnement totalement autonome sans intervention du conducteur.

Appelé MadMax, le troisième et dernier prototype est présenté comme la fusion du Ghost Rider et du Road Runner. Egalement 100 % électrique, il est beaucoup plus en rupture en termes de design en raison des nombreux équipements supplémentaires.  Capteurs à ultra son, caméra 180°, radar longue etc… cette Talisman électrique reprend les éléments du Ghost Rider mais en beaucoup plus miniaturisés tout en y intégrant de nombreux systèmes de sécurité supplémentaires. Grâce à l’utilisation de nouveaux logiciels, ordinateurs et processeurs, les équipements électroniques intégrés prennent quatre fois moins de place que dans le Ghost Rider. Présenté comme le « meilleur laboratoire de conduite pour tester toutes les interactions entre systèmes embarqués« , le prototype MadMax devrait débuter ses sorties sur route ouverte très prochainement.

Malheureusement, le constructeur n’indique pas les caractéristiques techniques de ces trois prototypes dont les technologies autonomes préfigurent ce que souhaite commercialiser le constructeur à l’horizon 2020, date à laquelle les premières voitures autonomes devraient être intégrées à sa gamme. Quant à l’éventuelle arrivée d’une Renault  Talisman électrique, le constructeur au losange ne donne pas plus d’indications quant à l’avenir de ces « mulets » dont les composants testés pourraient tout aussi bien intégrer une future Talisman Z.E que d’autres modèles de la gamme…

Communication avec les infrastructures routières

Toujours dans le domaine de la voiture autonome, notons que Renault a également conclu un partenariat avec les sociétés d’autoroutes SANEF pour développer les systèmes de communication entre les véhicules autonomes et les infrastructures routières. L’idée est notamment de mettre au point un système de franchissement de péage sans intervention du conducteur…

La Renault Talisman électrique et autonome en phase de tests
Notez cet article