Présentant son nouveau plan stratégique « Drive the Future » pour les six années à venir, Renault annonce le lancement de 4 nouveaux véhicules électriques et de 8 modèles « électrifiés ».

« Nous étions des pionniers hier, nous sommes désormais des leaders avec plus de 500.000 véhicules électriques vendus par l’Alliance. Les véhicules électriques sont désormais devenus un contributeur de notre performance alors que les concurrents ne sont qu’au début » a introduit Carlos Ghosn lors de la présentation du nouveau plan stratégique « Drive the Future ». Succédant au précédent plan, « Drive the Change », il définit les objectifs de la marque au losange pour les six années à venir avec un volet complet dédié au véhicule électrique.

Quatre nouveaux véhicules électriques d’ici 2022

« Au total, notre gamme sera étendue de 4 à 8 modèles d’ici 2022 et nous allons couvrir tous les segments, des voitures particulières jusqu’aux utilitaires » a indiqué Gilles Normand, Directeur de la Division Véhicule Electrique de Renault. « L’objectif est de demeurer le leader du VE en Europe et en même temps nous allons mettre le pied sur le plus gros marché du véhicule, le plus prometteur, la Chine » a-t-il ajouté.

« Dans la première partie de notre plan, nous allons continuer d’améliorer notre offre actuelle et dans la seconde partie, nous introduirons une nouvelle génération de véhicules électriques avec une autonomie accrue » a-t-il précisé. Un discours qui reste en ligne avec ce que nous avons déjà attendu par le passé. A savoir que l’objectif premier reste de conforter le positionnement de la gamme actuelle avant d’envisager de l’étendre.

En termes de calendrier, si Renault n’a donné de précisions, il y a fort à parier que ces nouveaux véhicules n’arriveront pas avant 2020, date à laquelle l’Alliance doit lancer de sa nouvelle plateforme commune.

Cap sur la réduction des coûts

Pour Renault, l’avenir de sa gamme électrique passe également par des synergies à l’échelle de l’Alliance. Au premier plan, la mise en place de cette fameuse plateforme commune dédiée aux véhicules électriques.

« Notre nouvelle plateforme électrique évolutive, que l’on appelle CMFV, sera capable d’incorpore différents packs de batteries pour couvrir tous types de segment » précise Gilles Normand. Selon Thierry Bolloré, cette nouvelle plateforme pourra couvrir les segments B à D, soit de la citadine, au SUV jusqu’à la grande berline. « Nous prévoyons que 80 % de nos véhicules seront construits sur des plateformes de l’Alliance » précise Gilles Normand.

Pour Renault et l’Alliance, l’objectif est évidemment de parvenir à réduire les coûts. Selon Gilles Normand, cette plateforme commune aux trois constructeurs permettra de diminuer les coûts de R&D de 40 % et ceux liés à la production de 30 %.

En parallèle, le constructeur s’intéresse à la réduction des coûts des différents composants. « L’introduction de batteries nouvelle génération va permettre de réduire les coûts d’au moins 30 % sur chaque pack batteries » promet Gilles Normand. Le constructeur travaille également sur une nouvelle génération de moteurs électriques à la fois plus puissante et efficace. Développée en interne, elle sera 20 % moins chère que les motorisations actuelles.

De l’électrique pour tous

Une gamme étendue, attrayante mais surtout abordable. Telle est l’ambition de Renault qui souhaite faire de la voiture électrique un produit accessible à tous.

« Nous allons prendre la tête de cette transition qui fera en sorte que le TCO (coût de possession ndlr) d’un VE sera au même niveau que celui des véhicules à moteurs thermiques. Même si les gouvernements réduisent les primes pour les VE, notre gamme sera à parité – à commencer par le segment B – et ce dès le début des années 2020 » précise Gilles Normand.

Recharge : 230 km en 15 minutes

Sur les évolutions techniques à venir, Renault n’a pas vraiment donné de détails mais plutôt des orientations.

Côté autonomie, les prochaines générations de véhicules électriques Renault devraient dépasser les 600 km d’autonomie NEDC. « En 2022, on n’aura plus à craindre de ne pas avoir suffisamment d’autonomie » promet Gilles Normand. « Les véhicules seront plus spacieux car le pack batteries sera réduit » ajoute t-il.

Sur la partie recharge, d’importantes évolutions sont également attendues.  « La recharge pour 230 km pourra se faire en 15 minutes alors que pour l’instant vous pouvez parcourir 120 km avec 30 minutes de charge » indique Gilles Normand. Si le protocole de charge n’est pas précisé, ce sera vraisemblablement du Combo en 150 kW pour l’Europe en association avec de la charge en 22 kW AC. Une information que nous avait déjà confirmé Eric Feunteun lors d’une interview réalisée il y a quelques mois.

En termes de fonctionnalités, les technologies autonomes ont évidemment été évoquées tout comme l’intégration de systèmes de mises à jour à distance qui évitera aux clients d’avoir à passer en concessions.

Technologie Mitsubishi pour l’hybride rechargeable

Pionnier de la technologie hybride « plug-in » avec son Outlander PHEV, Mitsubishi fournira à l’Alliance son savoir-faire en la matière.

Chez Renault, l’hybride rechargeable sera principalement intégré aux modèles « premium ». Pour les plus petits modèles, le constructeur se concentrera davantage sur des technologies « low cost » telles que l’hybride 48 volts.

50 % de modèles électrifiés d’ici 2022

Pour Renault, le nouveau plan « Drive the Future » doit permettre d’atteindre 50 % de modèles électrifiés à horizon 2022, soit 20 modèles sur une gamme totale de 39 véhicules.

« Nous entrons maintenant dans l’ère de l’électrique, il faut en tirer le meilleur parti possible » a conclu Gilles Normand lors de son intervention.

Drive the Future : Renault détaille sa stratégie véhicule électrique d’ici 2022
Notez cet article