La façon de conduire à bord d’une voiture, qu’elle soit thermique ou électrique, influence beaucoup la consommation d’énergie et donc l’autonomie. Si l’abondance de pétrole nous a longtemps fait oublier le caractère précieux et limité de l’énergie, la situation économique et environnementale de notre planète impose désormais de l’économiser. A bord des véhicules électriques, adopter des méthodes simples d’éco-conduite permet de rallonger considérablement l’autonomie et d’épargner de précieux kilowatts. Voici nos conseils.

Se détendre et lever le pied de l’accélérateur

Notre conduite reflète souvent notre état d’esprit : nerveux, anxieux, pressé de rentrer chez soi, on a tendance à appuyer fortement sur la pédale d’accélérateur. Dommage, car le gain de temps est souvent nul, le stress augmente et la consommation explose. En somme, de l’argent jeté par la fenêtre, votre énergie et celle de la planète dépensée pour rien.

Soufflez un coup, relativisez, et levez le pied de l’accélérateur ! Inutile par exemple, d’accélérer lorsque le prochain feu est au rouge ou qu’un ralentissement est en vue. Les accélérations exigent une grande quantité d’énergie pendant un court moment. Mis bout à bout, ces courts instants représentent de longues phases de forte consommation.

Dans les embouteillages, évitez d’accélérer pour rattraper le pare-choc du véhicule en face et s’arrêter aussitôt. Relâchez la pédale et laissez plutôt l’embrayage artificiel des véhicules électriques faire le travail. La voiture se déplacera à très faible allure et traversera l’embouteillage avec moins d’arrêts. Cette attitude permet également de contribuer à résorber le phénomène d’accordéon dans les bouchons.

Utiliser le frein régénératif le plus longtemps possible

Le frein moteur des véhicules électriques permet de générer de l’énergie et recharger les batteries lors des freinages et décélérations. De l’électricité « gratuite » qui permet de prolonger considérablement l’autonomie.

Bien utilisé, le frein régénératif peut étendre d’environ 20% le rayon d’action d’une voiture électrique et permet également de réaliser d’importantes économies de plaquettes de frein. Sur certains modèles, comme les Tesla ou la nouvelle Nissan Leaf, le frein régénératif est réglable via différentes fonctions propres aux constructeurs, comme le système « E-Pedal » de Nissan par exemple.

Ces réglages permettent de réduire ou augmenter la résistance du frein moteur. Plus le frein est puissant, plus la puissance générée est grande. De cette façon, il est possible de n’utiliser presque jamais le frein mécanique et donc d’augmenter considérablement la durée de vie des disques et plaquettes. Selon le réglage du frein régénératif, les feux stops s’allument et permettent d’utiliser cet avantage propre aux véhicules électriques en toute sécurité.

Utiliser le mode « éco »

La quasi-totalité des véhicules électriques est équipé de différents modes de conduite, et notamment d’un mode « éco » qui permet de réduire raisonnablement la puissance du moteur pour économiser de l’énergie. Ce mode est pertinent au quotidien, la majorité des trajets s’effectuant en ville. Nul besoin d’accélérations décoiffantes au départ d’un feu rouge en zone urbaine.

Eco-mode sur une Renault Zoé

Sur la Renault Zoé par exemple, le mode « éco » bride la vitesse à 96 km/h, diminue la puissance du moteur en l’adaptant à une conduite urbaine, et limite légèrement le chauffage et la climatisation. Ainsi, à l’aide de ce mode, des journalistes ont pu rouler 393 kilomètres avec une seule recharge à bord d’une Renault Zoé ZE40 dont l’autonomie NEDC annoncée est de 400 km .

Réduire la vitesse sur autoroute

L’autonomie d’un véhicule électrique est très sensible aux vitesses élevées. Selon les modèles et la capacité des batteries, le niveau d’énergie réduit rapidement sur autoroutes au-delà de 100 km/h. Adaptez votre conduite en conséquence et surtout en fonction de l’éloignement du prochain point de charge. Évitez de dépasser les 120 km/h surtout si vous n’êtes pas au volant d’une Tesla, la poignée de minutes perdue n’est rien par rapport aux précieux kilowatts gagnés.

Bien choisir et entretenir les pneumatiques

L’entretien des pneumatiques est un impératif, quelle  que soit la motorisation de la voiture. Pour des raisons évidentes de sécurité, mais aussi pour réduire la consommation d’énergie. Des pneus inadaptés ou mal gonflés, et la consommation s’envole. Il convient donc de vérifier régulièrement la pression des pneus et de bien les choisir lors d’un renouvellement.

Certains fabricants de pneumatiques ont développé des modèles spécialement dédiés aux véhicules électriques. Par exemple, les pneus « E-Contact » de Continental et « Energy E.V » de Michelin ont une résistance au roulement annoncée de 20 à 30% inférieure à un pneu de tourisme classique. Les frottements ainsi diminués permettent d’augmenter l’autonomie de quelques dizaines de kilomètres selon le véhicule.

L’éco-conduite en voiture électrique
5 (100%) 1 vote