Ce français convertit des Dacia Logan à l’électrique en Roumanie
4.9 (98%) 10 votes

Ils sont nombreux les électromobiliens à souhaiter que soit possible la conversion des voitures thermiques en électriques. Certains sont allés jusqu’au bout de la démarche… enfin presque. Effectuer la modification, c’est dans le domaine du faisable, mais lorsqu’il s’agit de passer à l’homologation…

Continuer à rouler avec les voitures que l’on aime

Globalement, il existe deux deux principales raisons qui poussent des automobilistes à vouloir convertir une voiture thermique en électrique. La première, c’est le souhait de rouler plus vertueusement avec des voitures attachantes. Ainsi des modèles plus ou moins anciens et des sportives, et parfois des engins qui entrent dans les deux catégories à la fois. Depuis des années, des passionnés à travers le monde adaptent à la mobilité branchée des véhicules des années 1960 à 1990 et au-delà. On ne compte plus les Volkswagen Coccinelle et Combi, les Fiat 500 et 126, les Citroën 2 CV et dérivées qui ont été soumis à un tel sort.

Eviter un certain gaspillage en ressources et énergie

Penser convertir une thermique en électrique, c’est aussi parfois chercher à modérer l’impact d’un changement de technologie de chaîne de traction pour se déplacer. Pourquoi finalement détruire des voitures en parfait état mais que l’on condamne sur leurs émissions polluantes, alors que cette opération va nécessiter de l’énergie et la perte de certains matériaux et que la construction d’un modèle neuf demandera aussi d’utiliser une certaine somme de ressources. Combien de Peugeot 306, Citroën C3, Renault Clio ou Dacia Logan diesel pourraient bénéficier d’une seconde vie ?

Acte militant

Convertir une voiture thermique en électrique relève en France de l’acte militant, face à la liste des difficultés administratives qui vont progressivement barrer la route au projet. En juin dernier, nous présentions l’ElectroCox, sur base de Volkswagen Coccinelle de 1972, que Jérémy Cantin a dévoilée en marge du Vendée énergie Tour 2017.

Le jeune dirigeant de Brouzils Auto n’hésite pas à interpeller les pouvoirs publics pour autoriser ce type de transformation. Le savoir-faire est facile à acquérir pour un professionnel de l’automobile, il y a un marché, potentiellement créateur d’emplois locaux, mais ça coince au niveau de l’homologation. C’est ce frein administratif surpuissant qui a bloqué Marc Areny dans son projet. Et ce n’est pas faute d’avoir effectué un bon nombre de démarches. « Jusqu’à adresser des courriers au ministre des Transports et à celui de l’Ecologie », commente-t-il.

En pays catalan

Lorsque Bob66 a travaillé sur le Catalan electric Tour, en 2016, ceux qui ont eu en main l’une des toutes premières maquettes du programme ont très certainement vu passer le nom de Marc Areny. Il était prévu qu’il s’associe à l’événement avec une Dacia Logan convertie par ses soins. Sachant que j’allais participer au parcours tracé sur les routes des Pyrénées-Orientales, d’Andorre et d’Espagne, j’avais personnellement hâte de voir cette curiosité ! Et je n’étais pas le seul ! Des impératifs en ont décidé autrement : la Logan n’a finalement pas fait partie du voyage.

De la Porsche 944…

La première conversion d’une voiture thermique en électrique réalisée par Marc Areny, en 2013, s’appuyait sur une Porsche 944 de 1985 achetée en occasion pour pas plus de 2.500 euros.

Un choix plutôt bien senti, puisque ce véhicule est purement une voiture plaisir, à la fois sportive et ancienne. « Le coffre est particulièrement spacieux sur ce modèle, ce qui est un atout pour la y loger la moitié du lot de 32 batteries, le reste prenant place sous le capot moteur », plaide notre interviewé. « Je l’avais équipée d’accumulateurs lithium fer phosphate pour une capacité de 20 kWh, assurant à la Porsche une autonomie d’environ 150 kilomètres » ajoute t-il. Et pour la vitesse de pointe ? « Au-delà de 150 km/h, très certainement, mais je n’ai pas spécialement cherché à le savoir », répond-il. En revanche, ce que l’on sait, c’est que la 944 qui a conservé sa boîte de vitesses d’origine, – une option souvent prise par ceux qui effectuent une première conversion -, atteint le 100 km/h en 10 secondes. Budget pour le matériel et la batterie : 15.000 euros.

…à la Dacia Logan

« J’ai récupéré tous les éléments que j’avais monté sur la Porsche pour convertir ma première Dacia Logan », indique Marc Areny. « Pour pouvoir rouler sur route en France avec mes voitures converties, je me suis installé en auto-entrepreneur, ce qui m’a permis d’obtenir une immatriculation de garage », poursuit-il.

Mais point d’homologation officielle possible dans l’hexagone pour ce passionné qui a pleinement conscience des méfaits de l’exploitation des produits pétroliers sur l’environnement et la santé publique. Et la Porsche : Définitivement abandonnée ? « Non ! Je compte la reprendre avec des éléments de Tesla, dont le moteur qui prendra la place de la boîte de vitesses d’origine, pour que la 944 retrouve des performances dignes de sa qualité de sportive », prévoit-il. En attendant, la Logan totalise aujourd’hui plus de 30.000 kilomètres depuis sa conversion.

Pourquoi la Roumanie ?

« Au départ, je voulais retrouver une vie un peu ‘à l’ancienne’ », explique Marc Areny. « J’avais fait du volontariat dans une ferme, à cheval sur les années 2012 et 2013, et je me suis aperçu qu’on est très bien en Roumanie », détaille-t-il. Dans ce pays, il n’a pas eu de problèmes majeurs pour faire homologuer sa Logan. Elle l’est depuis 2014 pour circuler sur le territoire.

En France, il lui était demandé de procéder à un crash test frontal et à un second, latéral. Les médias roumains ont largement relayé le travail de Marc Areny. Ainsi chez Auto Bild, l’équivalent de notre Auto Plus, ou Digi TV Romania, pour ne citer qu’eux. Sur place, il est connu comme « le Français qui convertit des voitures à l’électrique ».

Nouvelle base…

Marc Areny a installé à Pitesti sa société Areny Energie Alternativa, au Nord-Ouest de Bucarest, et à 15 kilomètres de l’usine où sont fabriquées les Dacia habituelles. « Ce secteur a un passé important avec l’automobile, qui laisse sur place un bon nombre de tourneurs, soudeurs et fraiseurs prêts à travailler sur des transformations de véhicules », assure notre interlocuteur. Il dispose d’une chaîne Youtube et de 2 sites Internet. Le premier, https://www.evromania.ro/, présente son atelier de conversion.

A travers un second, http://evshop.eu/fr/, encore en version bêta, il propose au détail tous les éléments qui lui permettent de convertir ses Logan, à destination de ceux qui veulent tenter l’aventure. « Ils sont de plus en plus nombreux, avec une croissance marquée depuis l’été 2017, avec 5 ans de retard par rapport aux Etats-Unis », relate notre interlocuteur, citant les universités et des sociétés pour des usages en interne. Ses Logan ? Oui, car il en a déjà livré un exemplaire converti à l’électrique, et procédé à une transformation sur un modèle plus récent et mieux équipé d’origine. « Pour la première, j’avais choisi un modèle de base à essence de 2005. Maintenant, je prends spécifiquement des diesel pour des raisons techniques. La dernière que j’ai modifiée, mise en circulation en 2013, dispose d’origine de l’air conditionné et de la direction assistée ».

…nouvelle homologation

« Par rapport au premier que j’ai transformé, le nouveau modèle, sur base Logan 2, accepte la recharge CHAdeMO et dispose d’un écran Android qui permet de suivre individuellement l’évolution de chacune des batteries installées dans la voiture », révèle-t-il. Justement, les accumulateurs sont désormais de technologie lithium-ion (cellules 18650).

Sur se site, il est promis une autonomie de 150 à 300 kilomètres, selon le choix du pack, entre 3 possibilités : 25, 31 et 36 kWh. Egalement homologuée ? « Oui, et je viens tout juste de recevoir le document », s’enthousiasme-t-il, en s’étonnant toutefois du délai de plusieurs mois pour le recevoir. Mais ce n’est pas n’importe quelle homologation, puisqu’un simple certificat de conformité en rapport avec le précieux sésame lui permet de commercialiser désormais les voitures qu’il transforme. « Je n’ai plus besoin de demander une homologation pour les voitures que je convertis si je respecte le cahier des charges qui m’a permis de l’obtenir », confirme-t-il.

Un proto prêt à être commercialisé

« Mon deuxième prototype pourrait donc être commercialisé en série », se réjouit Marc Areny. Ce n’est cependant pas l’option qu’il compte suivre. « Je souhaite proposer à la location, en particulier pour les chauffeurs de taxi et assimilés, mes Dacia Logan électriques », révèle-t-il. « Je vais faire un test d’une semaine avec un chauffeur Uber, pour lui démontrer qu’il est économique de rouler électrique, seul argument acceptable pour ceux qui vivent en transportant des personnes. Ce sera d’ailleurs ma tâche principale dès février 2018, de lancer mon projet par une bonne communication », envisage notre interviewé.

Un choix pas anodin

C’est en évoquant l’avenir de son entreprise, que Marc Areny rebondit sur le choix de la Dacia Logan. Bien sûr, elle est fabriquée en Roumanie. Et son projet est d’ailleurs cohérent avec cela. « Ici, les taxis roulent au GPL. Ce sont des Logan à 70%. Elles sont plus spacieuses pour les passagers et ont un coffre plus grand que les Renault Clio, par exemple », nous confie-t-il.

« En Roumanie, il faut qu’une voiture soit rentable, pratique et économique, peu importe qu’elle soit belle ou pas ! », souligne-t-il. Sur son site, notre interviewé mentionne que le kit de conversion démarre à 16.000 euros HT, avec une garantie de 2 ans sur le moteur et de 5 sur les batteries. « Il n’y a pas encore beaucoup de conversions de véhicules thermiques en électriques, ici. Une autre société s’était lancée dans le secteur sur le même créneau, mais un certain manque de connaissances techniques en a eu raison », nous précise-t-il.

En France en 2018 ?

« Je ne sais pas encore si l’homologation que j’ai reçue en Roumanie permettrait d’importer dans l’Hexagone une de mes Dacia convertie. Mais il est probable que je participe en 2018 à une ou deux manifestations dédiées aux véhicules électriques en France », avance Marc Areny. « En revanche, ma société produit aussi des remorques solaires et des powerwall domestiques », complète-t-il en précisant que ces 2 équipements pourraient peut-être un jour être commercialisés en France. Equipée d’une batterie lithium-ion de 10 kWh de capacité, la remorque, d’un poids de 700 kilos, peut servir de prolongateur d’autonomie à une voiture électrique, ou de source d’énergie pour des événements extérieurs. Si un jour la France permettait la conversion des voitures thermiques en électriques, Marc Areny envisagerait sérieusement d’ouvrir sur le territoire une succursale de son entreprise.

Automobile Propre et moi-même remercions Marc Areny pour sa disponibilité, et Renaud Lemaire, président de Mobil’Eco, de nous avoir mis en relation avec notre interviewé.