A partir de 2050 les usines du pays ne produiront plus que des automobiles électriques ou des hybrides.

Le gouvernement et les constructeurs automobiles japonais ont planifié de commun accord la fin des voitures thermiques en 2050. Une décision qui n’est pas surprenante puisque Toyota, le plus grand constructeur japonais, avait déjà annoncé l’année dernière, la mort des thermiques en 2050. A noter que les véhicules utilitaires ne sont pas concernés par cette décision.

En se donnant plus de 30 ans pour opérer la transition vers l’électrification complète de leur production, l’industrie et le gouvernement japonais ne font pas preuve d’une grande ambition quand on sait que la part des hybrides dans les ventes de Toyota en Europe dépasse déjà aujourd’hui les 60 %.

Volvo, par exemple, a pris une décision beaucoup plus radicale puisque le constructeur suédois ne produira plus de véhicules 100 % thermiques dès l’an prochain.

D’autres pays industrialisés comme la Norvège, les Pays-Bas, l’Inde, l’Irlande, la France ou la Grande-Bretagne, notamment, ont quant à eux décrété l’interdiction de la vente des véhicules thermiques à des échéances qui s’échelonnent entre 2025 (pour la Norvège) et 2040.

En marge de cet accord, les constructeurs japonais ont également annoncé la création d’un consortium qui aura la mission d’assurer aux partenaires une disponibilité à long terme des matières premières nécessaires à la fabrication des batteries. Un objectif qui vise à contrer la domination des fabricants chinois et à garantir la compétitivité de l’industrie automobile japonaise.

 

Le Japon planifie à son tour la fin des voitures thermiques
4.2 (84%) 15 votes