Associés au gouvernement japonais, constructeurs et fabricants de batteries viennent d’annoncer la création d’une nouvelle alliance visant à accélérer le développement des batteries solides.

Relayée par le quotidien Nikkei, cette nouvelle alliance compte pour partenaires des constructeurs (Toyota, Nissan et Honda), des fabricants de batteries (Panasonic et GS Yuasa) et le Libtec, l’organisme de recherche nippon sur les batteries lithium-ion.

Financé à hauteur de 1.6 milliards de yens (12 millions d’euros) par les autorités japonaises, le programme vise à accélérer le développement des batteries solides, considérées par beaucoup d’industriels comme la prochaine technologie majeure pour les voitures électriques.

En combinant l’expertise de chaque membre du consortium, il s’agit de doubler l’autonomie des voitures électriques pour passer à 800 kilomètres d’ici 2030 avant un premier objectif fixé à 550 kilomètres à l’horizon 2025.

Contrer la montée en puissance de la Chine

Pour les industriels nippons, cette alliance est également stratégique et vise à contrer la montée en puissance de la Chine et de la Corée du Sud dans le domaine des batteries.

En 2013, les industriels japonais représentaient 70 % du marché mondial des batteries destinées au marché automobile. Une part de marché tombée à 41 % en 2016. Sur la même période, la Chine a vu sa part de marché mondiale passer de 3 à 26 %.

Un consortium nippon pour développer les batteries solides
4.5 (90%) 8 votes