Au-delà d’un salon de l’automobile de Pékin particulièrement riche en nouveautés, les véhicules « nouvelles énergies » étaient rassemblés dans un autre hall, situé dans l’ancien centre d’exposition du salon, plus proche de la capitale. L’occasion de faire le point sur l’offre chinoise en matière de mobilité électrique.

STOOOOOP ! Si la pauvreté de l’offre française et européenne en matière de véhicules électriques vous désole, peut-être vaut-il mieux arrêter dès maintenant la lecture du présent sujet. Vous êtes encore là ? Commencez à sortir les mouchoirs car nous allons vous donner un petit aperçu d’une offre chinoise tout simplement titanesque en matière de véhicules 100 % électriques.

Pour tous les goûts

Petites citadines, grandes berlines et SUV/crossovers… sur les stands des différents constructeurs, trois catégories principales se distinguent, le tout avec des niveaux de finition et des prix plus ou moins élevés pour convenir à toutes les catégories de clientèles. Une offre électromobile qui ne laisse pas les conducteurs chinois indifférents,  nombreux à avoir fait le déplacement dans ce hall « énergie nouvelle » pour découvrir les dernières nouveautés.

BJEV

Disposant déjà d’un stand assez conséquent au salon de Pékin, BJEV (Beijing Electric Vehicle Company) était également présent en force dans l’espace « nouvelle énergie ». Filiale 100 % électrique du groupe BAIC, BJEV y présentait une pléthore de modèles dont la petite EC200 qui est aujourd’hui la voiture électrique la plus vendue en Chine.

Avec près de 20.000 unités écoulées au cours des trois premiers mois de l’année, la petite EC est avant tout un modèle d’entrée de gamme. Design simple et finitions basiques, elle se caractérise par un moteur électrique de 36 kW (48 ch) couplé à une batterie d’environ 20 kWh. Autonomie annoncée : 162 km NEDC, soit finalement l’équivalent d’une Peugeot iOn ou d’une C-Zero mais avec un prix débutant à seulement 11.000 euros une fois les aides déduites.

Au-delà de cette petite citadine, BJEV présentait également d’autres véhicules :

  • L’EX360 : un SUV qui succède à l’EX260 et dont l’autonomie a été portée à 318 km (250 km pour le modèle précédent) grâce à une nouvelle batterie de 51.2 kWh remplaçant les 38 kWh du modèle précédent.
  • L’EU300 : une berline animée par une batterie 45 kWh annonçant 285 km d’autonomie et équipée d’un chargeur embarqué de 6.6 kW. En rapide DC notons que le standard chinois GB/T est présent sur la plupart des modèles présentés.
  • L’EU5 qui semblait être la grosse nouveauté du constructeur à Pékin. Sans doute appelée à remplacer l’EU300, l’EU5 est alimentée par une batterie de 53.6 kWh fournie par le chinois CATL et animée par une motorisation de 160 kW. Performances annoncées : 155 km/h de vitesse de pointe et 500 km d’autonomie NEDC.

Cherchant à se positionner comme la première marque électrique en Chine, BJEV a récemment ouvert un nouveau site de production à Changzhou qui sera à terme capable de produire jusqu’à 300.000 voitures électriques chaque année.

BYD

Figurant parmi les premiers constructeurs chinois à avoir tenté d’investir le marché européen, BTD était naturellement présent en force à Pékin où il présentait ses toutes dernières nouveautés.

Sur le tout électrique, c’est le petit SUV Yuan EV360 qui était à l’honneur. Embarquant un moteur électrique de 160 kW alimenté par une batterie de 43.2 kWh, il annonce une autonomie NEDC de 305 km.

Pour 2018, BYD prévoit le lancement de quatre nouveaux modèles sur le marché chinois. Outre le Yuan EV360, la marque prévoit de lancer les nouvelles versions de la Qin et du Song PHEV et la nouvelle e5 450, une berline électrique alimentée par un nouveau pack batteries de 60,5 kWh.

Chery New Energy – EQ1

Sur le stand de Chery New Energy, c’est la petite EQ1 qui a attiré notre attention. Compacte, cette petite voiture n’est pas sans rappeler la Smart électrique à cela près que son autonomie est bien supérieure. Avec 300 kilomètres NEDC annoncés, elle embarque une batterie de 38 kWh selon la fiche technique présentée par le constructeur.

Sur un segment plus familial, Chery New Energy exposait la 5e, une grande berline (4.572 m) associant une motorisation de 90 kW et 279 Nm à une batterie de 49 kWh. Autonomie annoncée : 351 km en cycle NEDC.

Denza

Renouvelée il y a peu avec une batterie de 70 kWh, la Denza 500 propose 451 kilomètres d’autonomie en cycle NEDC. Longue de 4.672 m, la berline se décline en deux niveaux de finition : la Lifestyle et l’Aurora. Outre les équipements, les deux versions se distinguent par la puissance de leur motorisation :  86 kW et 290 Nm pour la Lifestyle et 135 kW et 300 Nm pour l’Aurora. La première pourra ainsi abattre le 0 à 100 km/h en 14 s et la seconde en 10.5 s. Dans les deux cas, la vitesse de pointe reste la même : 150 km/h.

Plus chère que ses rivales, la 500 est proposée à partir de 298.000 yuans une fois les aides déduites, soit environ 39.000 euros.

JAC

Longue de 4590 mm, la berline est proposée avec trois versions batteries : 46.5, 47 ou 60 kWh, soit une autonomie respective de 310, 330 et 400 kilomètres. Egalement deux choix au niveau de la motorisation : 85 kW/270 Nm et 110 kW/330 Nm. Selon CarNewsChina, la iEVA50 est proposée à partir de 70.000 yuans une fois les aides déduites, soit moins de 10.000 euros.

Aux côtés de cette grande berline est présenté l’IEV7S, un SUV animé par une motorisation de 85 kW et 270 Nm et alimenté par une batterie de 39 kWh autorisant 280 km d’autonomie. Vendu aux alentours de 120.000 yuans une fois les aides déduites (15.700 euros), l’IEV7S servira de base à l’E20X, le premier véhicule de Sol, la nouvelle marque dédiée à l’électrique du groupe Volkswagen.

Sur un segment plus citadin, il y a enfin l’IEV6 avec une motorisation de 45 kW, une batterie de 22 kWh et une autonomie de 162 km.

Dans tous les cas, la charge comprend à la fois les standards AC et DC.

En termes d’intégration, si les batteries ne viennent pas empiéter sur l’espace de chargement des trois modèles, la trappe à carburant, inutile, a été simplement « masquée » par un autocollant. Un peu limite…

Trumpchi

Propriété du groupe GAC, Trumpchi présentait à Pékin le GE3, un SUV 100 % électrique. Long de 4.337 m et large de 1.825 m, le GE3 embarque un moteur électrique de 132 kW et 290 Nm autorisant jusqu’à 156 km/h en vitesse de pointe.

Si la capacité de la batterie n’est pas précisée, l’autonomie annoncée (310 km) et la consommation (16.6 kWh) annoncées laissent présager un pack de l’ordre de 50 kWh. Côté recharge, le chargeur embarqué 6.6 kW est complété par le standard rapide DC GB/T.

En termes de prix, comptez entre 150,200 to 173,200 yuans une fois les aides déduites, soit entre 19.800 et 22.800 euros.

XM Motor

Byton, Nio… de nombreuses marques dédiées à l’électrique tentent de percer en Chine. Au salon de Pékin, c’est la startup chinoise WM Motor qui a annoncé l’ouverture des commandes de son premier modèle, un crossover 100 % électrique baptisé EX5. Proposé en trois configurations batteries, de 45 à 60 kWh, il est animé par un moteur électrique de 160 kW (218 chevaux) et 315 NM autorisant un 0 à 100 km/h en 8 secondes.

Long de 4.58 m et large de 1.83 m, le WM Motor EX5 compte sur les importantes aides gouvernementales pour s’imposer en Chine. Une fois les primes déduites, son prix débute à partir de 200.000 yuans, soit 26.000 euros…

Made in China : vraiment mauvais ?

Dans les commentaires de notre sujet lié au bilan du salon de l’automobile de Pékin, certains semblaient septiques sur la qualité des modèles présentés, laissant entendre qu’ils ne pourraient sans doute pas être commercialisés en Europe. C’est peut-être vrai pour les modèles les plus basiques, qui n’ont pas forcément les mêmes normes d’homologation que ceux commercialisés en Europe.

Pour le reste, les constructeurs chinois ne semblent pas avoir grand-chose à envier à certaines marques européennes. N’oublions pas que cela fait maintenant quelques dizaines d’années qu’ils travaillent avec les constructeurs étrangers via les joint-ventures imposées par les autorités. Une collaboration qui leur a permis d’acquérir des compétences et du savoir-faire pour arriver à des standards sans doute assez proches de ce qui peut se faire en Europe. Reste à savoir si la fiabilité est également la même…

Quant à savoir si ces modèles pourraient un jour débarquer en Europe, il semble que la plupart des marques chinoises restent aujourd’hui davantage focalisées sur leur propre marché qu’à l’export.

BJEV, Trumpchi, JAC, BYD, Chery… les voitures électriques disponibles en Chine
4.4 (88.57%) 7 votes