Tesla : les SuperChargers débarquent en France

tesla-supercharger

Le constructeur californien a lancé son plan pour envahir les routes européennes, et cela passe par le déploiement d’une infrastructure de recharge ultra-rapide. Les premiers SuperChargers seront installés en France d’ici la fin de l’année.

L’actualité de Tesla est chargée, sans mauvais jeu de mot, à tel point qu’on a un peu de mal à tout suivre !

Le constructeur, dont la capitalisation boursière a dépassé celle de PSA ou Fiat (rien que ça…), a mis le cap sur l’Europe. Il vient d’ouvrir une nouvelle usine d’assemblage aux Pays-Bas et s’apprête à déployer un réseau d’une centaine de SuperChargers en Europe d’ici fin 2014, dont une vingtaine en France.

Tesla veut aller vite : selon nos informations, les deux premiers SuperChargers français devraient être déployés à Paris d’ici la fin de cette année. Toutes ces informations feront l’objet d’une annonce officielle lors du salon de Francfort dans quelques jours.

Pour rappel, les SuperChargers sont des bornes de recharge ultra-rapide à 120 kW, soit 320 km d’autonomie récupérés en 30 minutes seulement selon Tesla… c’est nos amis de chez ERDF qui vont être contents, eux qui redoutent tellement l’impact des voitures électriques sur le réseau ! En tout cas, les clients de Tesla vont apprécier : la recharge sera gratuite pour eux, à vie.

Par contre, pas de nouvelle pour l’instant concernant d’éventuelles stations d’échange de batterie dont le constructeur avait fait une démonstration assez convaincante au début de l’été…

Pour les fans de Tesla, rendez-vous la semaine prochaine pour notre essai de la Model S.

Billet rédigé par
fr.chargemap.com
48 commentaires pour ce billet
  1. sigma_me écrivait le 28/08/2013

    Intéressant car ça peut vraiment convaincre de passer à l’électrique, après il faut que leur déploiement ne soit pas uniquement parisien … a quand en Alsace ? ;)(enfin je ne sais pas si y a déjà des Tesla dans le coin j’en ai jamais croisé)

    Répondre
  2. Tcho écrivait le 28/08/2013

    comme quoi une voiture un minimum joliment dessiné (j’ai pas encore lu un avis negatif sur la ligne de la tesla S) peut encore permettre a une marque d’avoir du succès; les autres constructeurs devraient en prendre de la graine.
    Je reste persuadé que la technologie fait partie de son succés, mais je pense que l’esthétique prime.

    Répondre
  3. Daniel écrivait le 28/08/2013

    Oui, c’est à l’image du véhicule !
    Attention toutefois à l’usure prématurée des batteries Li-Ion, à cette puissance là.
    §

    Répondre
    • byrazor écrivait le 28/08/2013

      Usure prématurée? Pas tant que celà, la tension de sortie restant autour des 400v mais la batterie étant de plus forte capacité (4 à 5 fois supérieure à celle d’une ZOE ou d’une Leaf) et donc étant composée de plus d’éléments en parallèle, le courant reçu (en charge) et extrait (en décharge) de chaque cellule est moins important sur la tesla que sur une ZOE. A 120Kw on sort du 300A sous 400V alors que la batterie est 4 fois plus grosse (85kWh), là où la ZOE ou la Leaf se mange 125A sous 400V pour seulement 22kWh de capacité, les cellules sont soumise individuellement as un courant aumoins 2 fois inférieur dans le cas de la tesla, donc pas d’usure prématurée… bien au contraire, c’est là tout le paradoxe!

      Répondre
      • Image avatar
        Triphase écrivait le 28/08/2013

        Pas un paradoxe, juste un chargeur adapté à la taille des batteries Tesla et pas du tout à celles des VE « normaux ».

        Ces superchargeurs pourraient aussi servir à d’hypothétiques futurs autobus électriques non? Ils doivent avoir le même genre de capacité de stockage!

        Répondre
      • Daniel écrivait le 29/08/2013

        Oui elles sont plus grosses, mais charger à 120kW pour une 85kWh entame malgré tout, sa durée de vie. Car le nombre de cycle de recharge (pour une perte de 20%), est qualifié à 1C. Alors, à moins que Tesla possède une nouvelle technologie, les 2500 cycles vont se réduire à 1771 cycles. En fait c’est simple, une batterie li-Ion actuelle possède un capital de 2500 x Capacité avant de se dégrader. La Tesla a donc une possibilité de recharge totale de 212500kWh. Et si l’utilisateur « joue » beaucoup avec sa voiture, disons une quick-charge journalière-ment, sa batterie ne fera pas plus de 4.85 ans !

        Idem, voire pire en effet pour la ZOE (3.4 ans à 44kWJ). Idéalement, si vous voulez garder la batterie plus de 16 ans, ne chargez pas plus qu’avec du 9.4kWJ, en moyenne bien-sûr. Du temps-en-temps, les 44kW restent possibles.
        §

        Répondre
        • Karlimero écrivait le 25/01/2014

          Meme avec ces conditions extreme que vous decrivez, la batterie tiendra 500000km.

          Répondre
  4. Paco écrivait le 28/08/2013

    Alors qu’on se bat entre le Chademo et le Type 2, nos amis de la Silicon Valley viennent installer chez nous des bornes qui ont dix ans d’avance sur les standards sur lesquels on n’est même pas d’accord… (Nous, c’est à dire les Européens).
    Jack Ricard dit que ça finira très vite par l’abandon de ce qui est obsolète avant d’être sorti, et une licence Tesla accordée (vendue) aux autres OEM.

    Répondre
  5. Image avatar
    Triphase écrivait le 28/08/2013

    Ben non… C’est difficile de se mettre d’accord à plusieurs, c’est plus facile d’être d’accord avec soi-même. Donc Tesla invente un énième protocole/connecteur à leur sauce garanti incompatible avec le reste du monde. C’est pas un exploit du tout. Après il faut qu’ils assument seuls le coût du déploiement.

    Et faire un truc qui envoie 120kW en continu à la place de 50, c’est électroniquement pas difficile, juste une question de dimensionnement des composants et de coût du chargeur (la SNCF envoie encore bien plus!). Bien sûr tout ça est inutile pour les autres VE dont la batterie risque de souffrir déjà à 50kW.

    Donc chargeur spécifique, puissance sur mesures pour leur grosse batterie. Très bien. Mais fermé. C’est pas de l’avance, c’est juste à part. Apartheid comme diraient les détracteurs, dont je ne suis pas, hein, j’admire aussi Tesla, mais pas béatement.

    Répondre
    • Paco écrivait le 28/08/2013

      Plus compact, plus intelligent, plus puissant … on peut jouer sur les mots et appeler ça différent, ou mieux, c’est selon. En tous cas, nous on déploie du 22kW qui sera trop faible dans 5 ans.

      Répondre
    • J-Philipp écrivait le 30/08/2013

      120 KW DC ça répond à un problème : le (long) voyage en véhicule électrique. Les stations ne seront pas situées dans les villes. Elles seront ENTRE les villes. On roule 3h, on fait 30mn/45mn de pause (café sandwich) et on repart pour 3h. Ces Tesla sont des voitures pour tout faire. Pas pour faire Boulot-Maison 1 fois par jour, puis 8h branchée dans le garage la nuit.

      Tesla voit dans le véhicule électrique le véhicule universel du futur. Elle dit à ses futurs clients que non seulement ils rouleront propre, mais qu’ils rouleront plus vite (4,4s 0-100), plus beau, plus loin. Par ailleurs, s’agissant d’une technologie onéreuse, elle se tourne vers (et séduit) les clientèles fortunées, seules capables d’assumer le coût de développement.

      La réussite de Tesla ne remet pas du tout en cause l’indispensable développement d’un réseau intra-urbain de bornes tripasées à 22 ou 43 KW, que les Tesla utiliseront aussi bien évidemment. La model S est donc bien évidement équipée d’une prise compatible Mennekes de type 2, standard européen soutenu par la commission. Mais pendant ce temps, seule contre tous, la France, la tête dans le sable, installe des type 3, qu’il faudra bien changer à terme…

      L’approche minimaliste, qui consiste à concevoir des véhicules à autonomie limitée (100-200 km), où on roule sans chauffage l’hiver, sans clim l’été, sans essuie-glaces quand il pleut, et sans éclairage la nuit (j’exagère…) en flippant sur l’autonomie, est vouée à l’échec. Le client veut une vraie voiture, pas un joujou d’écolo. Il veut faire ENVIE, pas pitié. Tesla a compris cela, et le mastondonte Renault, avec des investissements et des moyens financiers sans commune mesure avec la petite startup, est en train d’apprendre la leçon. Car les chiffres de vente de la ZOE sont loin, très loin, des objectifs annoncés au départ…

      Répondre
  6. Calomel écrivait le 28/08/2013

    120kW pour 85kWh de capacité, on est à 1,4C.
    Pour la Zoé, 43kW (charge rapide) pour 22kWh donne 1,95C.
    Donc proportionnellement la vitesse de charge est plus faible pour la batterie 85kWh de Tesla. (et oui!)

    D’ailleurs, pour rappel, en considérant une consommation de 28kWh/100km (pessimiste a priori), pour une autonomie de 300km/charge de 85kWh, une distance totale parcourue de 300 000km (10 ans à 30 000km/an) correspond à 1000 cycles seulement.
    Donc le cyclage n’est pas vraiment un problème avec une telle capacité.

    Calomel

    Répondre
  7. Image avatar
    benoitkayser écrivait le 28/08/2013

    une charge à 120kW, wouahou, je charge ma mia en 6 minutes alors ?
    … nan, c’était pour rire, oupss, elle a fondue sur place :-)

    Répondre
    • marc67 écrivait le 28/08/2013

      excellent :-)

      Répondre
      • Image avatar
        benoitkayser écrivait le 29/08/2013

        Bon je complète un peu plus sérieusement…(en gardnat le ton, tout de même)
        Il est juste à faire remarquer que aujourd’hui déjà, certains roulent en VT qui consomment « beaucoup » plus que d’autres. Cette même « démesure » peut se retrouver dans les V.E..

        Mais c’est vrai qu’aucun constructeur de voiture de luxe gloutonne ne propose des stations services. Bugatti par exemple fait vraiment ringard de ne pas proposer des stations « Veyron » avec de l’essence améliorée et un pistolet à gros débit :-)

        Répondre
        • Jethan91 écrivait le 29/08/2013

          Entièrement d’accord avec benoitkayser, étant moi aussi propriétaire également d’une MIA, je ne détecte aucun potentiel de solidarité dans les préoccupations d’un acheteur de Tesla.
          Avec une autonomie de plus de 300 Km, ses problématiques ne seront pas les miennes (des problématiques de personnes qui peuvent dépenser près de 100 000 euros dans une voiture dirais-je pour caricaturer ?)
          Ce que je recherche, ce ne sont pas des points de recharge hyper-rapides, générateurs de pics de charge superflus et en nombre limité (qui seront donc saturés), mais tout simplement de nombreux points de recharge simple 16A pour pouvoir lisser les recharges dans la journée et éviter le pic de consommation du soir, surtout en hiver lorsque les chauffages pompent sur le réseau.
          Aujourd’hui ne disposant pas d’une place de parking proche de mon lieu de travail et louée pour le mois, je me vois contraint de recharger le soir chez moi entre 19h00 et 22h00 alors que je pourrais compenser en journée mes 40 km de trajet domicile-travail quotidien (20 km retour de la veille + 20 km aller du jour). Du reste c’est ce que je ferai cet hiver.

          Répondre
  8. Guillaume PORCHER écrivait le 28/08/2013

    Combien de bornes de charge par SuperCharger Tesla prévoit-il pour les « stations européennes »?
    Pour la Bretagne, même pas besoin de poser la question à ERDF, on connait déjà la réponse…
    j’espère que Tesla sera un peu plus bavard à propos de ses superchargers un jour pcq jusqu’à présent, pas facile de savoir précisément l’impact sur le réseau électrique de ses superchargers.
    D’ici là probable que bcp de territoire appliqueront le ô célébre principe de précaution : don’t move en attendant d’avoir une évaluation coût/bénéfices en bon et due forme…

    Répondre
    • Image avatar
      rickobotics écrivait le 28/08/2013

      les stations équipées du système quick drop made by Tesla utilisent les batteries stockées pour faire tampon avec le réseau. Comme ça la recharge s’effectue en continue à valaleur nominale faible sans aucun impact sur le réseau. En Califormie, ils y a des panneaux solaires pour réduire également le pompage sur le reseau et je pense qu’ils ont encore des supercondos ou batteries dédiées pour amortir l’impact reseau et pouvoir charger 5 Tesla à fond en même temps ! Et n’oublions pas que 120kWh doit représenter tout au plus qqs bureau avec chauffages elec, ordi, plafonnier et machine à café en route ! Donc je vois pas où se situe le pb avec votre réseau ??

      Répondre
  9. Image avatar
    Kratus écrivait le 29/08/2013

    Je ne vois pas quel devrait être le problème pour ErDF. Le principe des superchargeurs, si j’ai bien compris, est d’être des centrales solaires, reliées au réseau pour y injecter le surplus d’électricité produite par rapport à ce qui est utilisé pour charger les véhicules.

    Répondre
    • Image avatar
      Triphase écrivait le 29/08/2013

      Et la nuit? Non le côté « solaire » est juste pour la déco écologiquement correcte. En clair, ils vont pomper dans le réseau. Mais le réseau, il sert à ça! Et puis, avec toutes les usines qui ferment et ne pompent plus…. Il doit rester des MW de disponibles :-/

      Répondre
      • Image avatar
        Kratus écrivait le 29/08/2013

        En tout cas, je partage l’avis de rickobotics: il y aura un lissage.
        Il me vient à l’esprit une analogie avec le fonctionnement de mon Ampera. Le moteur électrique fait 150 CV. Le moteur thermique qui sert de générateur d’électricité lorsque la batterie est vide fait seulement 86 CV. Beaucoup pensent, à tort, que la voiture est moins puissante lorsque la batterie est « vide ». En réalité, le tampon inférieur de charge de la batterie permet de disposer des 150 CV pour un laps de temps suffisant pour une accélération, et se reconstitue ensuite très rapidement.
        Je vois l’impact d’un superchargeur sur le réseau de façon similaire: le soutirage sur le réseau sera lissé.

        Répondre
        • GP écrivait le 29/08/2013

          euuuhh oui, à ce petit détail près qu’une accél au volant d’une Ampera dure qlq seconde là où une recharge, même partielle, d’une batterie de 85 kWh avec un supercharger de 120 kW durera plusieurs minutes. S’agissant d’électricité, C qd mm pas tout à fait la même chose!
          Va falloir BLINDER les SuperCharger de SuperCapa dans ce cas.
          Tout ça pour imiter au plus près le modèle de la voiture à pétrole et contourner ainsi l’épouvantable inertie des mentalités dès qu’il s’agit de faire autrement.
          Qd on est mentalement prêt pour rouler à l’électrique, en principe, on est également prêt à faire autrement!
          « Je ne m’arrête pas pour recharger, je recharge qd je m’arrête » qui disait…

          Répondre
          • K-lein écrivait le 02/09/2013

            Sur autoroute, la sécurité routière recommande de s’arrêter pour faire une pause toutes les deux heures.

            Autant recharger à 120KW en même temps.

  10. JPPX écrivait le 29/08/2013

    Elle sort de où cette information que ERDF craindrait pour son réseau?
    Je pense que certaines personnes parlent sans connaître le sujet, mais c’est désormais hélas monnaie courante.
    120 kW, c’est du menu fretin pour ERDF qui véhicule des MW en toute sérénité.
    Quant aux frais d’adaptation de réseau, ils sont souvent à la charge de demandeur ou de la collectivité locale. Où est donc le problème pour ERDF?

    Répondre
    • GP écrivait le 29/08/2013

      @JPPX euuhh là franchement, vous tendez le bâton pour vous faire battre!???
      120 kW en appel ponctuel totalement aléatoire sur le réseau HTA, C qd même pas tout à fait la même chose à gérer qu’un gros bâtiment tertiaire qui appelle tout au long de la journée ou presque la même puissance!
      Nier le fait que des bornes de charge ultra-rapides à 120 kW sont tout sauf la panacé le réseau HTA, c’est justement faire preuve d’un manque d’expertise sur le sujet!
      Mais p-ê être vous en mesure de nous apporter la preuve qu’une fois ces bornes installées, « on » limitera leur nombre à quelques unités seulement par tranche d’un million d’habitant?
      Dans ce cas pq pas. Mais alors apporter m’en la preuve car je suis comme st-thomas, je ne crois que ce que je vois…

      Répondre
      • Image avatar
        benoitkayser écrivait le 29/08/2013

        Oh ce qui limitera fortement la demande, c’est le nombre de personne qui pourront se payer une S

        Répondre
      • JPPX écrivait le 29/08/2013

        à GP
        Depuis quand faudrait-il apporter des preuves de ce que l’on avance sur ce forum?
        Je peux tout au plus vous faire part de mon expérience:
        30 ans en ingénierie chez ERDF, des km de lignes HTA et BTA étudiés et réalisés, des centaines de branchements BT entre 36 et 250kVA, des branchements HTA dimensionnés en MW, des dizaines de postes HTA/BT…
        Évidemment, je n’y connais pas grand-chose…
        Si vous pensez qu’un four industriel de fonderie, une excavatrice dans une carrière, la liste n’est pas exhaustive font moins de 120 kW et que chaque client prévient ERDF à chaque fois qu’ils mettent en route, vous vous trompez. Et je ne parle pas des centaines de chauffe-eau qui se mettent en route simultanément, des touristes qui arrivent tous en même temps dans leur appartement au bord de mer et qui allument leur chauffage ensemble.
        Les plus petits postes HTA/BT font 100 kVA, les plus gros 650, voire 1000kVA dans les grandes villes. Et il y en a des milliers sur tout le territoire, le rayon d’action d’un poste étant d’environ 300 mètres.
        Permettez moi de rire de vos quelques branchements de 120 kW qui mettraient le réseau par terre et terroriseraient ERDF.
        Je vous laisse avec vos convictions.

        Répondre
        • Guillaume PORCHER écrivait le 29/08/2013

          certes. N’empêche qu’à ce jour, je partage bcp plus les mises en garde à répétition de vos collègues de ERDF Bretagne à propos de l’impact potentiel à terme de la recharge rapide, plutôt que la votre qui se veut extrêment rassurante. Et je pense pas que leur mise à garde soient valable uniquement pour la péninsule bretonne (?).
          Que certaines régions de France aient la capacité pour accueillir des bornes de recharge rapide en grd nombre, c’est possible. Mais y a un moment donné, où il faut aussi être cohérent avec les objectifs à long terme (Facteur 4) que la France est supposé atteindre, un jour…
          A titre personnel, je ne pense pas qu’accueillir à bras ouvert des superchargers à 120kW (* le nb de place offerte par station) soit la meilleure façon d’offrir un environnement durablement propice au déploiement des VE en France. Dans l’automobile comme ailleurs, on sait très bien comment ça se passe : une fois qu’on offre à certains la possibilité d’avoir tout plus vite, plus loin, plus puissant, les autres veulent tôt ou tard la même chose. Considérer auj. que les superchargers Tesla à 120 kW resteront l’apanage de qlq « riches » propriétaires de model S, c’est un peu comme affirmer au milieu des années 80 que les voitures à pétrole de + de 100ch resteraient propriétés des automobilistes les plus fortunés.
          La seule différence, c’est qu’en 2013, le contexte n’est définitivement plus le même : avec 1 Mds de consommateurs potentiels en + dans les 10 ans à venir, y a qd mm de bonnes raisons de penser que le modèle de « toujours + de » du siècle dernier ne va pas pouvoir vivre encore lgtps…
          Bref, mon point de vue, C que s’agissant d’un produit de masse comme l’est encore à ce jour l’automobile, il n’est pas cplt idiot de mettre en garde les collectivités locales sur l’impact potentiel à venir de la recharge ultra-rapide des VE. On aura déjà bien assez de soucis potentiels à régler avec les GMS ne vont pas se priver de déployer de la bornes à gogo vu la capacité des postes source qui alimentent certains Hyper dévoreurs de MWh…
          Le futur sobre dans 10 ans lorsque la moitié de la planète consommera comme on consomme nous depuis plusieurs années déjà, ca ne sera plus une option. Ca sera une obligation (c’est mon point de vue en tout cas!) :o

          Répondre
          • Belprius écrivait le 30/08/2013

            Oui, on connait ton point de vue. Toujours moins, toujours plus d’interdiction, toujours plus d’étroitesse de mouvement. Bientôt il faudra demander un permis de déplacement pour allez à pied nus à la boulangerie du coin.
            Pour ma part je trouve que la vitesse de recharge n’a rien à voir avec la consommation mais rend les VE pur électrique potentiellement faisable sans prolongateur d’autonomie. Dans ce sens, je vois plutôt les superchargeurs 120 KW comme le point de départ en attendant les futur superchargeurs à 720 KW, voir les Hyperchargeurs à partir de 1 MW.
            En ce qui concerne la durabilité sur le reste de la planète, il ne faut pas croire que notre modèle n’est pas extensible au reste du monde ou qu’il n’est pas pérénisable dans le temps. Actuellement on gaspille inutilement d’énorme ressources et on ne recycle que très peu. Demain nos voitures seront en aluminium recyclé à 99 % et notre énergie sera renouvelable à 99%. Ces deux paramètres changent toute la donne en comparaison avec la situation actuelle. On pourra avoir des milliards de véhicules issus du recyclage, on pourra charger des GWh issu des énergies renouvelables. Ce qui est important par contre c’est d’effectivement recyclé et d’effectivement quitter les énergies fossiles et passer au renouvelable.

          • Daniel écrivait le 30/08/2013

            Belprius,
            Oui, 1MW pic c’est possible, mais pendant 3 min. Ce qui ne ferait que 50kWh. Il faut juste derrière la borne, … une centrale inertielle pour stocker l’énergie sur 3 min.
            Par contre, le câble du VE devra faire 2500A, et c’est par-là que la limitation viendra !
            §

          • Guillaume PORCHER écrivait le 30/08/2013

            Ce sont les gens du voyage qui vont de gaver dans le futur vu la taille des cables de cuivre que certains sont en train de nous imaginer… lol
            Certains d’entre eux ont déjà montré par le passé des capacités assez surprenantes en terme de manipulation des courants forts. La SNCF peut confirmer… :/

          • Belprius écrivait le 30/08/2013

            Je pense qu’à terme la recharge hyperrapide se fera par en dessous car on peut mettre d’énorme plaques de contact. Le voltage sera aussi plus élevé que 400 V, avec plutôt 6000 V ou même 25000 V si l’électronique de sécurisation est mise en place de façon correcte.
            Sans parler du plus long terme avec des SMES et des supraconducteurs a température ambiante.

          • Image avatar
            triphase écrivait le 30/08/2013

            Ohhhh Guillaume! Tu veux dire que les « gens » voyagent déjà en VE depuis longtemps? :-))) Ils sont vraiment en avance sur nous!

    • Yoann, l'auteur du billet, écrivait le 29/08/2013

      > Elle sort de où cette information que ERDF craindrait pour son réseau?

      Pour répondre rapidement : c’est une crainte qui a été exprimée à plusieurs reprises par des responsables d’ERDF dans de nombreuses réunions et conférences de presse, dont la dernière en date est Les assises des infrastructures de recharge organisée par l’AVEM.

      À chaque fois, il est expliqué que l’arrivée en masse des voitures électriques ne doit pas d’accompagner de la recharge rapide car cela poser des problèmes au niveau de certains noeuds du réseau.

      Je ne suis pas spécialiste de problématiques de réseau électrique, mais j’ai entendu ce discours plusieurs fois de la bouche de représentant d’ERDF.

      Répondre
      • JPPX écrivait le 29/08/2013

        ERDF craint peut-être 10 millions de voitures à 22 kW, mais certainement pas quelques centaines de bornes à 120 kW. Pour compléter ma réponse à GP, je l’informe que jusqu’à 120 kW, un branchement est pour ERDF un « petit » branchement qui se raccorde en plein réseau, basse tension évidemment. Au delà, il faut tirer un câble spécifique jusqu’au poste le plus proche, toujours en basse tension. A partir de 250 kW, le client est normalement alimenté en HTA, à moins qu’il ne choisisse 2 branchements BT.

        Répondre
        • Daniel écrivait le 30/08/2013

          Le branchement reste quand-même délicat pour ERDF.
          Une borne de 120kW représente tout-de-même l’équivalent, en puissance du branchement, de 16 maisons en monophasé. Il faut donc qu’un site de recharge TESLA, disons de 4 à 5 bornes, ne soit pas trop loin du transformateur du quartier.
          §

          Répondre
      • J-Philipp écrivait le 30/08/2013

        Comme il a été dit, les stations Tesla ne sont pas un ennemi du réseau. Elles sont un allié.
        Comment une startup californienne peut-elle ouvrir, aux EU et en Europe simultanément, une centaine de stations, dont le coût d’utilisation pour les clients Tesla est nulle ?
        Tout simplement parce que Tesla enterre sous ses stations des packs de batteries réformés, qui ont perdu une trop grande partie de leur continuer leur vie sur véhicule sans affecter trop durement l’autonomie, mais qui n’atteindront 50% de capacité résiduelle que dans 20 ans ou plus
        Cette capacité de stockage permet à Tesla d’acheter de l’électricité pas chère en période creuse, et de la revendre au réseau pour venir en soutien lorsqu’il en a besoin. Et la plus-value réalisée permet de couvrir l’ensemble des frais d’opération de la station, et d’offrir la recharge aux clients à vie.
        Certains critiquent l’égoisme supposé de Tesla. Mais pendant que certains perdent leur temps à théoriser dans des tables rondes et réunions d’harmonisation, qui débouchent sur des situations absolument ridicules en France (Adoption de la prise de type 3, Autolib incompatible avec Zoé, et autres gags du même genre, etc…) d’autres agissent. Et réussissent de façon spectaculaire.

        Répondre
  11. Belprius écrivait le 29/08/2013

    Avec une vingtaine de superchargeurs on est a une par 25000 km² sur la France, soit une distance entre de 154 km en moyenne. Vu l’autonomie de 400 km et une batterie pleine au départ, on doit pouvoir atteindre n’importe quel endroit.

    Répondre
    • GP écrivait le 29/08/2013

      @Belprius : si la répartition de la pop. française était à peu près homogène sur le territoire, je vous répondrais « oui, à la rigueur ». Au moins au lancement…
      Hélas, on en est loin, très loin et vu la part de la pop. française désormais concentrée à l’intérieur des grandes aires urbaines françaises, il faut imaginer la chose très différemment hélas…
      Rien que sur le corridor Lille-Paris-Lyon-Marseille, faudra certainement blindé pas mal si ce type de recharge finissait par s’imposer un jour…

      Répondre
      • Belprius écrivait le 30/08/2013

        En termes de nombre de station superchage cela ne change pas vraiment la donne mais c’est certains qu’il faudra une station avec plus de postes de recharge entre Lille et Paris qu’entre Biarritz et Toulouse.

        Répondre
  12. chris75sf écrivait le 29/08/2013

    Tesla vient d’ajouter un onglet « Europe » à sa page SuperCharger sur TeslaMotors.com: http://myelifenow.blogspot.fr/2013/08/tesla-supercharger-european-network-now.html

    Répondre
  13. Etienne068 écrivait le 30/08/2013

    Je crois que Tesla est entrain de tracer le futur du VE… Quelle magnifique entreprise…
    J’adore aussi l’idée des Tesla Rangers qui viennent faire la révision chez vous contre un abonnement sur 4 ans…. La révolution est en marche…

    Il ne nous reste plus qu’à trouver les pépettes pour acheter une Tesla modèle S… en attendant le modèle C plus abordable..

    Répondre
    • Image avatar
      rickobotics écrivait le 31/08/2013

      Tiens, chez MIA on appelle ça les flying doctor et … C gratuit … Mais sinon, oui, aux US tout le monde disait il y a 2 ans: « n’importe quoi chez tesla ! Des super chargeurs à 90kW ? Jamais le réseau tiendra !! ». Et maintenant ils sont montés à 120kWh sans qu’il n’y ai de souci. Ça fait 5 ans qu’ERDF nous demandent de faire gaffe en heure de pointe ici en Bretagne. Je suis abonné à ecowatt, je coupe mon chauffage de 19h a 21h les jours rouge, évite les plats au four… Sauf qu’on a jamais eu de coupure et qu’un rapport à annoncé que le seul but était politique avec la construction de la nouvelle centrale à gaz ds le Finistère … Merci ERDF pour ses soirées couette-sandwich citoyenne ! Dsl a ceux qui pense qu’il faut toujours faire moins, mais je penses tout simplement que l’on peut faire mieux, et plus sobre ne veut as dire moins vite ou moins lourd. Merci a tesla de Montrer cette voie et à MIA aussi pour une autre approche complémentaire ! Vive le futur sobre et INTELLIGENT !

      Répondre
  14. roro ev fan écrivait le 02/09/2013

    De mon point de vue! Il est hors de question d’acheter une S neuve, mais dans 5 ans, quand je rendrai ma Fluence, il y en aura d’occase et bien plus abordable. Ceci dit, comme je ne serai pas le seul à en vouloir, ce sera la bagarre :)

    Répondre
  15. Image avatar
    alainl007 écrivait le 09/09/2013

    Bonjour,

    Les superchargers seront-ils utilisables par la Mercedes classe B qui utilise la technologie Tesla?
    Cela serait un énorme avantage pour la classe B avec sa batterie de 28Kwh et son autonomie de 200 Km !!!

    Bonne route en VE.

    Répondre
  16. Image avatar
    alainl007 écrivait le 10/09/2013

    Bonjour,

    Voici l’annonce de Tesla au salon de Francfort 9/2013.

    http://www.teslamotors.com/fr_FR/supercharger

    Bonne route en VE.

    Répondre
    • J-Philipp écrivait le 10/09/2013

      Ce qui permet de modifier légèrement le titre de ce billet : « les superchargers débarqueront en France, mais pas avant 2014″

      Répondre
Et si vous laissiez un commentaire ?